More
    More

      Shades of the heart

      Le réalisateur indépendant Kim Jong-Kwan revient avec la sortie de Shades Of The Heart. Toujours aussi fidèle à lui-même, il fera de ce voyage une quête vers le salut.

      Synopsis

      Chang Seok (Yeon Woo-Jin) est un écrivain fraîchement divorcé qui, après avoir séjourné au Royaume-Uni pendant sept ans, rentre en Corée du Sud. Il rencontre quatre personnes qui partagent avec lui le traumatisme et leur impuissance devant une perte. Ces entretiens permettent à Chang-Seok d’affronter sa propre perte.

      shades of the heart

      Impressions

      Bien sûr, si nous connaissons ne serait-ce qu’un peu le réalisateur, on s’aperçoit de son style et de savoir-faire dès le début du film. La première rencontre, d’ordre presque mystique, pourrait être qualifiée sans le moindre doute, de la meilleure confrontation filmée par ce cinéaste adepte des relations humaines, de leurs interactions et leur quête d’identité ou reconnaissance. Assis dans une cafétéria en face d’une jeune femme, il lui dit attendre quelqu’un pendant qu’il lit tranquillement.

      Apparemment intéressé ces derniers temps par la maladie et ses conséquences, Kim Jong-Kwan explore un sujet devenu très courant dans le quotidien de la plupart d’entre nous et qui nous laisse perplexes malgré l’évidence de la nature du problème. Perdre une personne qui est quand même toujours là, provoque une souffrance qui ne peut que s’atténuer que par l’acceptation. Une approche magnifique d’Alzheimer qui nous fera plutôt sourire par sa beauté que pleurer par ce qu’aurait pu être un mélodrame. Cette rencontre mettra en évidence et donnera de la lumière à la conclusion de Shades of the Heart.

      Elle accordera aussi une importance primordiale à la mémoire, ce qu’on comprendra au fur et à mesure. Ne pas oublier, se rappeler des moments clés de notre vie, de nos enfants, de ce que nous avons vécu avec l’être aimé. Nous sommes le résultat de tous ces souvenirs mais, qu’est-ce que la mémoire peut parfois nous jouer comme tour ! Il serait parfois tellement délivrant de pouvoir oublier !

      Par cette introduction, on pourrait se croire voués à la même approche que dans « The table », mais Chang Seok ne peut pas rester sur place. Son voyage ne se résume pas à un parcours entre deux continents. Mais plutôt à l’exploration de sa nouvelle identité. Dans une ambiance très feutrée on s’attendrait presque à entendre Vangelis et à voir une fusée ou deux se déplacer dans le ciel. Nous ne sommes pas dans « Blade Runner ». Mais il se dégage quelque chose d’existentialiste, d’un Spleen que Baudelaire décrirait comme un sentiment de culpabilité, de mélancolie, de solitude, de mort qui plane dans une atmosphère dense et suffocante qui nous colle à la peau.

      Il rencontre ensuite une jeune femme qui lui raconte son vécu, une histoire très dure et impossible d’oublier. Si on continue dans le trip de Ridley Scott, sa froideur pourrait être comparable à celle du personnage de Sean Young. Une lumière s’ouvre dans votre esprit. Serait-ce le sujet de la perte, quelle que soit la forme, l’intention du dernier film de Kim Jong-Kwan ? Chang Seok écoute attentivement comme malgré lui. Aussi présent qu’un écran plat qui annonce le décès d’un patient, il semble trimbaler ses os sans trop savoir où les poser. La mort pointe son nez au milieu de leur conversation, comme un détail venu de nulle part.

      Il rencontre ensuite une jeune femme qui lui raconte son vécu, une histoire très dure et impossible d’oublier. Ayant perdu la plupart de ses souvenirs, elle est prête à acheter les souvenirs des autres. Ilusion de Rutger Hauer, splendide, magnifique en quête des souvenirs qui n’ont jamais existé. Et qui pourraient lui faire croire qu’il a eu une enfance alors qu’il n’est qu’un répliquant. Le style onirique inhérent aux films de Kim Jong-Kwan devient presque pesant. La soi-disant légèreté cache un mal-être qui se concrétise au fur et à mesure.

      La quatrième rencontre est une histoire de perte imminente. Son interlocuteur s’accroche aux dires d’un moine avec l’espoir de sauver sa femme. Cette histoire sur le fait de passer à autre chose et de lâcher prise, centre son drame autour d’un homme qui croit en l’impossible, qui a déjà prévu le dénouement. Il part à la hâte, il oublie sur la table ce qui était le plus important pour lui. Le tourment de Chang Seok, inévitablement en crescendo, déborde de lui et malgré lui. S’approprie de toute l’essence du film.

      Conclusion

      Krishnamurti a dit une fois que nous n’avons pas besoin de maître spirituel. La personne que nous rencontrons « par hasard », celle qui se trouve sur une terrasse à côté de nous en train de boire un café, n’importe qui peut devenir notre maître si on sait écouter. Il est extrêmement difficile pour Chang Seok de s’identifier à ce qu’il est en train de vivre. À ce qu’il était mais qu’il n’est plus.

      Il est indéniable que Kim Jong-Kwan sait aller jusqu’au bout de son objectif premier. Il est capable de nous l’exposer rien que par des conversations qui semblent anodines. Par des scènes qui peuvent souvent paraître très longues, sans dialogues, où on entend les personnages réfléchir, se poser des questions, hésiter, souffrir et exprimer toute une panoplie de sentiments que les mots ne pourraient que parasiter.

      Le relief de ce film confirme l’évolution du réalisateur. Une fois de plus, sa subtile exploration de l’identité nous mènera au cœur de la constante métamorphose du genre humain.

      Fiche technique

      Titre original : Amudo Eopsneun Got / 아무도 없는 곳
      Pays : Corée du Sud
      Date de sortie : 31/03/2021
      Genre : Drame
      Durée : 1h23

      Distribution

      Yeon Woo-Jin : Chang-Seok
      Kim Sang-Ho : Sung-Ha
      IU : Mi-Young
      Lee Joo-Young : Joo-Eun
      Yoon Hye-Ri : Yoo-Jin

       

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité