More
    More

      Critique « Brain on Fire » (Netflix) : un combat contre la folie

      Brain on Fire est l’adaptation du livre autobiographique de Susannah Cahalan, Brain on Fire: My Month of Madness. Sorti sur Netflix en 2016, on redécouvre une Chloë Grace Moretz là où on ne l’attendait pas.

      Imaginez-vous sans plus aucun contrôle sur votre corps, votre esprit, votre façon de réagir face au monde. C’est ce qui est arrivé à Susannah Cahalan. 

      Jeune journaliste au New York Post, Susannah a tout pour être comblée. Elle a un travail qui lui plaît et où on lui fait confiance, un petit-ami aimant, une famille qui la soutient. Tout son univers bascule lorsqu’elle commence à souffrir de maux étranges. Effectivement, d’un simple mal de tête et quelques étourdissements, son état passe à de comportements étranges et des convulsions de plus en plus rapprochées. Lorsqu’elle commence à consulter des médecins, on lui prête une vie trop remplie d’excès et une dépression. Sa santé mentale commence néanmoins à être atteinte et elle devient dangereuse pour elle-même et les autres. Lorsqu’elle se fait hospitaliser, on la croit défaillante mentale. Seul un médecin continuera à chercher ce qui la ronge de l’intérieur pour retrouver la Susannah d’avant. 

      Moretz est une surprise dans ce genre de film. Habitués à la voir dans des films hollywoodiens, on ne l’attendait pas dans ce registre. La surprise est néanmoins très bonne. Elle campe à merveille le rôle de Susannah. Narratrice de l’histoire comme dans le livre, Susannah nous embarque avec elle. Tout au long du film, l’incompréhension s’empare du spectateur. En effet, il y a certains moments où le choix de la facilité est fait alors qu’à d’autres moments, le spectateur ne peut croire que cette jeune femme devienne simplement folle et il a envie que les médecins poussent leurs recherches plus loin et n’abandonnent pas la jeune femme. 

      Les autres acteurs sont effacés. La réalisation a voulu mettre en avant Susannah et son point de vue. Le fait d’intégrer le spectateur avec elle dans sa spirale de folie permet d’émouvoir ce dernier.

      Gerard Barrett a bien su adapter à l’écran le livre de Susannah Cahalan. Le message d’espoir, celui de ne jamais abandonner, de Susannah est relayé dans un scénario bien cousu avec Brain on Fire.

      Bande-annonce de Brain on Fire :

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité