More
    More

      Avant Moi, Moche et Méchant 3, retour sur les précédents opus

      Ce mercredi sort Moi, Moche et Méchant 3 de Pierre Coffin et Kyle Balda. Il s’agit du troisième opus d’une saga initiée en 2010 par Pierre Coffin et Chris Renaud. Succès critique et commercial, Moi, Moche et Méchant a créé un certain émoi lors de l’été 2010, surtout grâce à ses petites mascottes : les Minions. A tel point qu’un spin-off a été mis en scène en 2015 par le duo derrière la caméra de ce troisième opus. Retour sur ces trois précédents films.

       

      2010 : Moi, Moche et Méchant

      Moi-Moche-et-Méchant-img

      Entre les gros studios d’animations Pixar, Dreamworks et Disney, il est difficile de se faire une place, même si les japonais ont largement réussi avec le studio Ghibli de Miyasaki. Illumination Entertainment est pourtant parvenu à se faire un petit nom grâce à Moi, Moche et Méchant. Un succès qui s’explique par son protagoniste charismatique : Gru (doublé en version originale par Steve Carell et par Gad Elmaleh en version française ; Deux comiques qui savent donner de la voix). Avec un petit accent de l’est, Gad Elmaleh, est parvenu à donner sa propre identité comique à cet anti-héros. Gru devient une boule d’humour qui va évoluer au fil des films. D’abord défini comme un invétéré méchant, imaginatif dans ses méfaits, il est prêt à faire ce que l’homme lambda n’oserait pas.

      Il en ressort des situations très drôles. L’apparition des trois petites filles va par la suite créer un ressort émotionnel intéressant. Gru va évidemment s’humaniser grâce à ces enfants. Il va évoluer, garder son côté grincheux, tout en devenant une âme pure et protectrice. Les trois petites filles sont évidemment le ressort émotionnel du film. Drôles et attendrissantes, elles permettent de faire avancer l’histoire et de créer l’évolution du protagoniste central. Mais la grande force de Moi, Moche et Méchant réside évidemment dans les Minions. Petites mascottes indissociables de la saga complètement cultes aujourd’hui, ces petites bestioles jaunes sont le principal ressort comique de la saga.

       

      Moi, Moche et Méchant 2

      MoiMocheMechant2

      Trois ans plus tard, voici la suite. Un deuxième opus qui éclate le Box office qui démarre deux fois mieux que son prédécesseur. Quant aux critiques presses, elles demeurent positives. Gru est devenu gentil et vit toujours avec ses trois petites réfugiées. Les Minions n’en font encore qu’à leur tête. Mais Pierre Coffin et Chris Renaud décident d’y insérer un nouveau personnage en la personne de Lucy. Vous voyez venir la suite… Opposition entre Gru et Lucy, puis attirance, romance, amour, désillusion, réconciliation, complicité, victoire. Ce deuxième opus propose un schéma de narration classique avec une dose d’action supplémentaire et comble son manque d’inventivité dans l’écriture par un humour parfaitement dosé. Que ce soit à travers les situations ou les dialogues, le duo de réalisateurs parvient à créer quelques vannes très drôles. Cette suite est divertissante mais s’avère très (trop ?) classique. Le potentiel humoristique des mignons est toujours présent et est superbement bien exploité. Le personnage de Gru quant à lui, parvient à être plus drôle que dans le précédent opus. De même, les trois fillettes sont d’avantage en retrait ce qui permet une écriture de Gru plus poussée et plus émouvante. Plus d’humour donc mais un scénario paresseux. 

       

      Les Minions 

      Les-Minions-La-deuxième-bande-annonce-en-VF

      En 2015 exit Chris Renaud, Kyle Balda prend sa place et travaille avec Pierre Coffin sur Les Minions, le spin-off de la saga Moi, Moche et Méchant centré sur les mascottes mondialement célèbres. Le film marche encore mieux que ses aînés. Il réalise plus de 6 millions d’entrées en dix semaines . Plus cette saga avance, plus elle domine le box office. L’idée est très bonne : offrir une histoire entière à ces petits individus, permettant de plus amples explications ou encore plus d’humour décadent. Ces personnages rappellent parfois la folie des pingouins de Madagascar. Ces personnages sont une représentation de la masse. Comme chez les Schtroumpfs, l’individu n’existe pas, la masse domine envers et contre tous. Les ambitions individuelles ne sont pas censées exister et ces êtres coexistent en colonie ou n’existent pas. Cette représentation est une évidente critique de notre société ou la masse prédomine sur l’individu. Bien évidemment, le postulat de départ va être la contradiction de cette règle établie lorsque trois Minions vont partir à l’aventure par leurs propres moyens. Schéma classique, peut-être trop pour le potentiel comique de ces personnages. Contre toute attente, Les Minions s’avère moins drôle que les deux Moi, Moche et Méchant. Après tout, peut-être que les Minions étaient-ils si drôles en raison de leurs apparitions correctement dosées. Utilisés avec parcimonie, toutes les apparitions de ces personnages étaient excessivement drôles. Là, les deux cinéastes signent 1h40 de Minions. Certaines situations sont extrêmement drôles, mais le film manque de rythme, et le final est d’une banalité affligeante.

      Moi, Moche et Méchant 3 sort donc ce mercredi sous la direction de Kyle Balda et Pierre Coffin, avec bien évidemment le retour des Minions. En attendant de retrouver tout ce beau monde dans les salles obscures, profitez dès à présent de la bande-annonce. 

       

      Bande-annonce : Moi, Moche et Méchant 3

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.