More
    More

      Annecy 2018 – « Seder-Masochism » de Nina Paley : l’histoire religieuse revisitée avec humour et une pointe de féminisme

      Le festival d’Annecy aime prendre des risques, aller à contre-courant et proposer des réalisations surprenantes pour le meilleur et parfois pour le pire. Seder-Masochism fait partie de la catégorie des ovnis cinématographiques tant sur la forme que sur le fond et on salue sa prise de risque et son audace ! 

      Une histoire religieuse revisitée

      Seder-Masochism est, comme son nom l’indique, une interprétation du repas traditionnel Seder, de la Pâque juive Pessa’h. Cette fête commémore l’exode du peuple hébraïque d’Egypte, les 40 ans d’errance dans le désert puis l’arrivée sur  » la terre promise « . 

      Le film reprend ainsi les différentes étapes du repas de Seder suivant l’ordre des quatre verres de vin rituels. Si la tradition est respectée en apparence, la mise en scène audacieuse propose bien des surprises. Nina Paley n’hésite pas en effet à mettre son grain de sel féministe dans cette histoire des patriarches avec l’intervention de la déesse originelle à différentes étapes de l’intrigue. Mais revenons à nos moutons (sacrificiels), Nina distille son propos tout en conservant la trame officielle, grâce à sa mise en scène particulièrement audacieuse. 
       

      Une animation économe et pleine d’humour

      Nina Paley a réalisé Seder-Masochisme seule ou presque. De ce fait, et comme pour le très réussi Have a Nice day, elle a dû recourir à des économies de moyens en trouvant des solutions originales. L’animation est relativement économe, en particulier pour les différents avatars de la déesse originelle puisqu’il s’agit d’animer un squelette appliqué à des représentations de statuettes antiques, et cela fonctionne très bien. 
      Le rythme est également donné par différentes phases narratives, que ce soit un Jésus de la Renaissance à la voix d’un animateur radio américain des années 1950 énonçant les différentes phases de Seder, ou encore le dialogue entre Nina, la petite brebis rebelle sur l’autel de l’immolation en grande conversation avec la figure du très haut, son père, sur les traditions et la religion. 
      Mais c’est surtout lors des épisodes de l’Exode où tous les dialogues 
      sont … des chansons plus ou moins célèbres qui donnent un relief tout particulier à ce film. Les chansons sont particulièrement bien choisies et collent parfaitement aux propos de la réalisatrice, tout en soulignant une certaine absurdité des images. 

      Seder-Masochism est un film qui ne plaira pas à tout le monde, en particulier à ceux qui manquent de recul et les obscurantistes. A ce titre, il risque fort de ne jamais sortir en salle et on remercie le festival d’Annecy de nous l’avoir fait découvrir. Ce n’est pas réellement un film féministe, quoique, mais il propose un débat sur les conventions et pousse à s’interroger sur les dogmes millénaires qui régissent les trois religions du livre. 

      Bande-annonce de Seder-Masochism :

      Sandrahttp://katatsumurinoyume.com/
      Sandra est passionnée de découvertes culturelles au sens large et d'Asie plus particulièrement !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité