More

    Ouistreham d’Emmanuel Carrère : réussir à rendre visible les invisibles

    Film réalisé par Emmanuel Carrère, « Ouistreham » est une adaptation du livre autobiographique « Le quai de Ouistreham » de Florence Aubenas paru en 2010. Pour écrire ce livre autobiographique, la journaliste avait décidé de devenir femme de ménage sur un ferry sans révéler son identité dans le but de mettre en lumière la précarité et la déshumanisation de ce métier. 

    Dans le film, Florence Aubenas devient Marianne Winckler (interprétée par Juliette Binoche) qui est une romancière souhaitant mettre en lumière le quotidien des agents d’entretien. Son nom de couverture est Hélène Lambert. Venant s’installer dans la région de Caen, elle se présente comme fraîchement divorcée et sans emploi depuis 20 ans. Elle se met à chercher un poste de femme de ménage et finit par obtenir un CDD à bord d’un ferry reliant Ouistreham à Portsmouth. C’est là que commence son enquête au plus proche de la réalité.

    @AlloCiné, le cast de « Ouistreham »

    Un rythme insoutenable 

    La règle étant de s’immerger entièrement pendant 6 mois, aucun contact avec sa véritable vie n’est permis. Cette nouvelle vie où il faut se lever très tôt et où les journées se ressemblent devient la sienne. Une heure trente pour faire soixante lits et pas une minute de plus. La technique « SBAM » (Sourire Bonjour Au Revoir Merci) doit être appliquée en toute circonstance. Les cadences sont infernales, mais le travail doit toujours être irréprochable. Le niveau de propreté des chambres est un critère essentiel pour les clients du ferry. C’est ce qui est toujours attendu lors d’un quelconque voyage. Alors il n’est pas envisageable de se plaindre où d’aller moins vite. Le temps, c’est de l’argent.

    La nouvelle vie de Marianne sera cependant plus douce à vivre suite aux différentes rencontres qu’elle va faire. Certaines de ses collègues deviennent des amies, bien qu’elles ne connaissent pas sa véritable identité. L’écart de classe sociale ne doit pas se faire sentir pour que son histoire reste crédible. Elle découvre ainsi leur niveau de vie, bien différent de celui qu’elle connaît habituellement. Une voix-off vient apporter son point de vue d’enquêtrice qui écrit en parallèle son roman. Certes, ce qu’elle vit est réel, mais pas permanent.

    @Paris Match, Marianne (Juliette Binoche) et Christelle (Hélène Lambert)

    Un film édulcoré ?

    Bien que Juliette Binoche (qu’on a pu voir récemment dans Dix pour cent) soit majestueuse dans son rôle, la scénarisation enjolive quelque peu la réalité. Les femmes de ménage sont au coeur du film, mais l’accent est davantage mis sur les liens tissés entre Marianne et ses collègues, plus que sur la dureté du métier en lui-même. C’est quelque part ce qui fait la beauté du film : l’humanité demeure, peu importe où l’on se trouve.

    Mais le questionnement que l’on peut avoir persiste : est-ce que le roman écrit par l’héroïne sur ces femmes de ménage dans le ferry de Ouistreham réussit à éveiller les consciences ? Ces métiers de l’ombre qui sont essentiels seront-ils davantage pris en considération ? Ce film aura-il un impact sur la société actuelle ? Le challenge n’est pas mince. La réponse reste elle, incertaine. Quoi qu’il en soit, cette fiction met en lumière ces métiers qu’on voit sans vraiment les voir. Et c’est déjà une belle prouesse.

    Mis en avant lors de la quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes en 2020, « Ouistreham » donne un aperçu touchant des difficiles conditions de vie pour les femmes de ménage. La protagoniste principale Marianne Winckler devient la porte-parole de ces femmes qui ne peuvent pas toujours donner leur avis. La crise et la précarité sont toujours actuelles, même si elles semblent parfois invisibilisées. 

    « Ouistreham », au cinéma le 12 janvier   

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.