More
    More

      La plateforme MUBI gratuite pour tous durant la Saint-Valentin

      MUBI a décidé d’ouvrir l’intégralité de son catalogue au monde entier pour les prochaines 24 heures. Journée de célébration pour une plateforme qui fête aujourd’hui ses 14 ans d’existence. L’occasion nous est donnée de revenir sur un service SVOD mésestimé bien que connu, au contenu florissant croisant les époques, les genres et le monde.

      Une plateforme axée sur les classiques mais pas seulement

      The Terrorizers, Edward Yang, 1986 (Disponible sur MUBI)

      Lancé en 2007 par le turc Efe Çakarel, à la même période que son homologue Netflix pour ce qui est de la SVOD, l’idée a toujours été de se différencier et d’aller chercher un contenu ambivalent et hétéroclite sans jamais sacrifier la qualité et la pertinence. Décrit depuis quelques années comme le “Netflix pour les cinéphiles”, il est bien plus que cela bien que partant d’un projet cinéphilique. Anciennement, MUBI fonctionnait par la venue d’une trentaine de films durant un mois entier, à raison d’un film par jour suivant le départ d’un autre. Un catalogue mouvant donc sans l’aspect quasi-permanent de ses pairs, de part leurs productions propres à la manière d’un Netflix.

      C’est récemment, au mois de mai 2020, que MUBI a élargi considérablement son offre avec une vidéothèque permanente. Sous le nom de Library, c’est bien plus de 400 films qui feront leur retour dans une catégorie constante sans limitation de temps. Des chefs-d’œuvre du cinéma occidental à toute la filmographie de cinéastes mondiaux ayant lancé des mouvances nationales, ce choix réfléchi a permis à MUBI de se concentrer davantage sur sa distribution personnelle et son authenticité.

      Un cinéma de quartier à la maison

      Campagne publicitaire de Jack Arts pour MUBI en Angleterre

      Ce qui fait la force de MUBI, ce n’est pas tant son catalogue pointu que ses stratégies pour se différencier. En réalité, c’est bien un ensemble d’éléments qui font de MUBI une alternative sérieuse aux autres plateformes du marché. Nous le disions plus tôt, MUBI est un service nous proposant du grand cinéma impliquant donc un choix éditorial et c’est bien ici que se trouve la différence majeure avec les autres plateformes les plus populaires. Celles-ci privilégiant, communément, une vitrine et les algorithmes produits par ses utilisateurs quotidiens pour y sonder le catalogue de demain. MUBI, quant à lui, s’accorde une liberté d’authenticité, ses programmateurs faisant des choix liés à leur subjectivité et leur propre cinéphilie. Ainsi, dans la veine du cinéma de quartier, la plateforme anglaise s’adonne à des choix personnels.

      S’ouvrant au cinéma international, beaucoup plus que ses confrères étatsuniens, les anglais de MUBI sondent le cinéma d’hier et de demain à travers différentes catégories comme des programmations spéciales accompagnées d’interviews, de documentaires sur le cinéma ou encore de rétrospectives évènementielles. On y retrouve également des films et des court-métrages exclusifs à leur plateforme. Du dernier film de Pablo Larraín (Jackie, 2016) à des redécouvertes d’œuvres oubliées comme Meeting the Man: James Baldwin in Paris réalisé par Terence Dixon, nous plongeant dans des images rares de l’écrivain dans différents lieux emblématiques du Paris du début des années 70.

      En définitif, MUBI ne saura convaincre tout le monde, de part une ligne éditoriale qui assume un contenu atypique. Néanmoins, la gratuité de son service pendant une journée est l’occasion de se plonger dans le catalogue d’une plateforme étonnante. Une expérience que vous pourrez prolonger avec un essai de sept jours.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité