More
    More

      10ème édition du Champs-Elysées Film Festival

      Le Champs-Élysées Film Festival est le grand rendez-vous du cinéma indépendant français et américain. Habituellement au mois de juin, cette édition-anniversaire se déroule exceptionnellement du 14 au 21 septembre. Au programme : une sélection inédite de films en compétition (longs et courts-métrages), des rétrospectives et des rencontres. Au total, plus de 65 séances auront lieu dans les salles de l’avenue des Champs-Élysées. 

      Défendre le cinéma indépendant

      Créé en 2012 par la productrice, distributrice et exploitante Sophie Dulac, l’objectif du Festival est de soutenir le cinéma d’auteurs indépendants. Chaque année depuis sa création, il réunit plus de 25 000 spectateurs et professionnels. A travers une programmation audacieuse, le public français a pu découvrir le « véritable » cinéma indépendant américain, celui d’une expérimentation narrative et visuelle. Mais ce Festival est aussi l’occasion d’alerter le public sur la fragilité du cinéma indépendant aux Etats-Unis, et de rappeler à tous les cinéphiles que la quête d’un cinéma libre exige un soutien sans réserve.

      Une édition particulière

      Cette année, la Présidente et Fondatrice promet un Festival hors du commun : « Après la période que nous venons de vivre et une édition 2020 entièrement digitale, il est temps de mettre à nouveau à l’honneur le cinéma indépendant, de le rendre accessible à toutes et à tous, et de recréer l’émotion, la découverte et le partage qui constituent l’ADN du Festival depuis 10 ans ».

      Deux invités d’honneur sont attendus : la réalisatrice, productrice, scénariste, actrice et monteuse américaine Susan Seidelman pour la nouvelle section Riot Girls. Ainsi que le réalisateur, acteur et producteur Jim Cummings (révélé par le festival en 2016) pour la rétrospective « Dix ans d’indépendance ». Tous deux sont très investis pour l’avenir du cinéma indépendant.

      Invités d’honneur

      Films en compétition

      En compétition cette année, huit longs-métrages indépendants français et huit longs-métrages américains. La sélection française (cinq long-métrages de fiction et trois documentaires) nous amène à regarder l’autre différemment, et à l’aimer toujours plus. Car c’est d’amour dont il est question au sein de cette compétition. L’amour filial, l’amitié, la passion, le grand amour, le collectif, l’être ensemble, la bienveillance, une place pour tous et toutes. Un panorama de regards portés sur notre société, l’indépendance célébrée avec douceur et bienveillance. Quant à la sélection américaine, elle explore les rêves et les cauchemars d’une Amérique en pleine crise identitaire. Rêve de liberté, d’immortalité, d’émancipation, ou encore de protection.

      Les onze courts-métrages français offrent un panorama de la jeune création française. Porté par sept réalisatrices et sept réalisateurs, la sélection propose autant de documentaires que de fictions et de remarquables excursions expérimentales. Du côté des Etats-Unis, treize courts métrages où les réalisateurs.trices nous invitent à une interrogation sur la symbolique du foyer, espace plus ou moins chaleureux où nous avons passé nos confinements en rêvant d’un ailleurs.

      Longs-métrages à découvrir

      Longs-métrages français :

      Entre les vagues d’Anaïs Volpé (présenté à la Quinzaine des Réalisateurs – Cannes 2021). Le Monde après nous de Louda Ben Salah-Cazanas (découvert lors de la Berlinale 2021 – section Panorama). Mi iubita, mon amour de Noémie Merlant (présenté en séance spéciale à Cannes 2021). Trop d’amour de Frankie Wallach (découvert au FIFIB 2020). L’Été nucléaire, troisième long métrage de Gaël Lépingle. Au cœur du bois, documentaire de Claus Drexel. L’Énergie positive des dieux, documentaire de création de Laetitia Møller. Nous de Alice Diop (Prix du meilleur film documentaire et Grand Prix de la compétition Encounters à la Berlinale 2021).

      Longs-métrages américains :

      The Sleeping Negro de Skinner Myers. Topside de Celine Held et Logan George. Strawberry Mansion d’Albert Birney et Kentucker Audley. Cusp d’Isabel Bethencourt et Parker Hill. Materna de David Gutnik. Queen of Glory de Nana Mensah. Cryptozoo de Dash Shaw. All Light, Everywhere de Theo Anthony.

      Rétrospective « Dix ans d’indépendance »

      Pour fêter cet anniversaire, la programmation 2021 reviendra sur les œuvres qui ont jalonné les différentes éditions. Une sélection de neuf courts métrages et de six longs métrages, issus des précédentes compétitions américaines, sera proposée au public. Parmi eux, des œuvres de Jim Cummings, Danny Maden, Patrick Bresnan, Alex Johnson, Joséphine Decker, Vincent Grashaw… Les plateformes UniversCiné et Tënk, partenaires du Festival, rendront disponibles en VOD un grand nombre des films des dernières éditions.

      L’invité de cette rétrospective est le réalisateur Jim Cummings, découvert en 2016 avec son court métrage Thunder Road. « Nous voulions inviter le public à rencontrer ce phénomène indépendant américain d’un autre genre, qui fascine par sa maîtrise du cinéma en tant qu’objet narratif et sa maîtrise de la communication comme un véritable enjeu de différenciation dans un marché saturé » confie Chantal Lian, Responsable de la programmation.

      Riot Girls, le cinéma féminin des années 80

      L’édition 2021 marque la création d’une nouvelle section au sein de la programmation : Riot Girls. L’objectif : créer un espace de rencontres autour de la rage de vivre, de la rébellion et de la liberté. Cinq longs métrages français et américains seront présentés, qui mettent à l’honneur la scène underground des années 1980, filmée par les femmes.

      Pour incarner cette section, le Festival invite Susan Seidelman. Elle présentera le très beau Smithereens, premier film américain indépendant sélectionné en compétition officielle à Cannes (1982). Un vibrant portrait de femme, emblématique du cinéma new-yorkais des années 1980.

      Nouvelles collaborations

      Cette année, deux nouvelles collaborations viennent enrichir la programmation du festival : l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) programmera trois longs métrages de sa sélection 2021, présentée lors de la 74e édition du Festival de Cannes. Down with the King de Diego Ongaro (France/Etats-Unis); I comete de Pascal Tagnati (France) ; Soy libre de Laure Portier (France).

      La société de production Yukunkun et le CNSAD (Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique) présenteront le projet La Collection, Jeunesses d’aujourd’hui. Produite entre deux confinements, cette collection témoigne de l’urgence de représenter la jeunesse. Mathilde Chavanne, Clémence Poésy, Aurélie Reinhorn, Florent Gouëlou et Pierre Giafferi ont réalisé cinq films particulièrement singuliers et libres, qui feront leur première mondiale au festival.

      Découvrez le Pass Festival sur champselyseesfilmfestival.com et sur seetickets.com. 49 euros, 35 euros pour les moins de 26 ans(Séances et rencontres en illimité dans toutes les sections, Accès aux films et cérémonies d’ouverture et de clôture – hors soirées ; Tarif réduit sur les Soirées du Rooftop du festival où se dérouleront les DJ Sets (20€ au lieu de 35€) ; Accès au Lounge du Festival ; Un film en VOD offert sur le corner UniversCiné dédié aux 10 ans de Champs-Élysées Film Festival).

      Vivre le Festival à la séance : tarif unique de 7 € par séance. Places de cinéma en vente dans les salles participantes des Champs-Élysées. Carte UGC illimité et Pass Gaumont Pathé acceptés.

      Toute la programmation est à découvrir ici (Plus de 70 films au Balzac, Lincoln, Gaumont Champs-Élysées et au PublicisCinémas).

      Vous aimez les films d’horreur ? Alors lisez vite cet article !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité