« Motor Girl » de Terry Moore : une perle d’un auteur majeur

« Motor Girl » de Terry Moore : une perle d’un auteur majeur

« Motor Girl » de Terry Moore : une perle d’un auteur majeur

Dessins

Scénario

Edition

Summary:
Mars Attack les traumatismes

90%

Attention cette chronique n’est pas comme les autres, elle risque de vous rendre accro à un auteur unique, Terry Moore.

Un auteur complet à découvrir

Publié par Delcourt, Terry Moore est un scénariste et dessinateur américain qui réalise en totale indépendance une œuvre très originale. Il scénarise, dessine et édite lui-même ses livres par sa propre maison d’édition, Abstract Studio. Cette indépendance lui offre une liberté unique. A chaque nouvelle série, il s’empare d’un genre pour le subvertir. Il a déjà transformé le soap opera en une aventure touchante de trois personnages en quête d’amour et de liberté avec Strangers in Paradise, son premier chef-d’œuvre. Les super-héros deviennent des femmes brisées en reconstruisant dans Echo. L’horreur domine dans Rachel Rising. Terry Moore est particulièrement doué pour proposer des figures de femmes extrêmement variées et modernes. Elles subissent la domination des hommes mais ne sont jamais de simples victimes. Elles se débrouillent seules pour se construire un avenir plus rose.

Une équipe très étrange

Entre Irak et Star Wars

Samantha, ex-militaire qui a effectué trois missions à l’étranger, en est revenue traumatisée. Elle s’est retirée dans le désert américain pour tenir une casse de voitures. Elle cohabite avec un Gorille de plus de deux mètres mais qu’elle est la seule à voir. Sorti de son imagination, ce géant est son seul compagnon. Cela ne va donc pas très fort et cela empire quand une soucoupe volante choisit d’atterrir chez elle.

Le dessin de Moore a changé. Souvent réaliste, il a ici un style plus varié et on est parfois plus dans le cartoon. Le gorille et les extra-terrestres sortent tout droit d’une bd enfantine avec des grimaces. Les monstres verts ont des traits bien plus simples que Samantha et les autres humains. Ce contraste fait souvent rire mais inquiète aussi sur la santé mentale chancelante de l’héroïne. Seule Libby, femme âgée propriétaire de la casse, cherche à aider.

Une nouvelle pierre à un monument

Avec l’arrivée de petits aliens tout en rondeurs, on s’attend à une histoire assez drôle et légère mais presqu’à chaque page, Moore nous surprend. Il multiplie les pistes narratives – la vie d’une traumatisée de guerre, la violence de la guerre à l’étranger, les blagues d’un ami imaginaire, la science-fiction… Non seulement les thèmes sont différents mais le ton varie. L’humour côtoie le drame et le ridicule. Ce n’est jamais un collage forcé mais, à chaque fois, l’auteur frappe juste. On est triste de voir cette jeune femme incapable de dormir et dormant avec son arme pour ne pas être surprise par une attaque. Ensuite, juste après, on rit du ton pince-sans-rire du gorille représentant paradoxalement la part rationnelle de Samantha.

Delcourt propose ce volume avec une très bonne traduction et une couverture souple très solide. En fin de volume, on trouve l’ensemble des couvertures et des crayonnés.

Avec Motor Girl, Moore compose un récit magnifique qui réussit l’exploit du mélange entre le burlesque et le réalisme. Ce volume de 200 pages est le premier d’une série de trois qui clôturera cette intégrale. Vivement la suite.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.