Fédération 1 – « Le Test » par Ange et Janolle : classique mais solide

Fédération 1 – « Le Test » par Ange et Janolle : classique mais solide

Soleil vient de publier Le Test, premier tome de Fédération, adaptation par Ange de son propre roman, La Mâchoire du dragon, paru en 1996 sous le pseudonyme de G. Elton Ranne, une histoire de science-fiction classique mais non dénuée d’intérêt.

La Terre, 2040. Les Hommes cohabitent avec les représentants de trois espèces extraterrestres qui dominent le monde économiquement et appartenant à une obscure Fédération de planètes inaccessibles. Dans un contexte de tensions socialo-raciales, la police doit enquêter sur le meurtre d’un alien, un Chivas aux activités douteuses. Pour compliquer le tout, un serial killer sévit depuis quelques semaines dans New York. L’inspecteur Alex Green, tout juste débarqué de l’avion, entre en fonction à son nouveau poste et doit mener l’enquête dans un climat hostile, confronté, de plus, à l’animosité de ses nouveaux collègues.

 

La première planche plante un décor de cité new-yorkaise classique, ambiance polar : une scène de crime, un attroupement, des flics, des gyrophares, les taxis jaunes et les badauds. Puis, on découvre en dernière case le dessin tracé à la craie blanche sur le pavé de la forme d’un cadavre extraterrestre à quatre bras.

Ce qui fait avant tout plaisir à la vue de cette première page, c’est sa luminosité. La scène à beau se passer de nuit, cela n’empêche pas les couleurs vives, habituellement « interdites » dans la bande-dessinée contemporaine, sous prétexte que ça « pique les yeux ». Rendons donc d’emblée hommage à l’excellent travail de la coloriste, Elvire de Cock, qui prouve que l’on peut faire de belles choses avec des colorisations numériques, lorsqu’on veut vraiment s’en donner la peine et sans que cela fasse ringard ou enfantin. Son travail est juste de bout en bout et on se passe très bien des rose, gris, violet, marron et vert caca-d’oie habituels. Ça fait plaisir !

L’intrigue est donc lancée dès la présentation des personnages, on ne perd pas de temps et, de ce fait, l’espace et le temps mis à disposition par les quarante-huit planches sont pleinement utilisés, et l’on peut passer sur les quelques moments de remplissage (le serial killer). Le scénario est donc plutôt bien rythmé, le découpage est généralement clair et efficace. On pourra en revanche regretter un certain manque d’originalité dans le sujet et des dialogues parfois trop stéréotypés. Il est vrai qu’on a tout de même souvent la sensation d’avoir déjà vu cette histoire quelque part. Comme de plus, les personnages sont très classiques, pour ne pas dire banals concernant certains, l’enthousiasme redescend légèrement. Mais l’intrigue, quoi que classique, demeure solide et l’on souhaite réellement connaître la suite et l’issue de cette histoire, dont le propos est également de nous parler du monde actuel, des considérations sociales et politiques de 2018 ou de la confrontation entre communautés : on fait d’ailleurs une analogie assez maladroite entre extraterrestres colonisateurs du futur et Européens colonisateurs du passé (Sarah qui dit que les colonisés-pillés sont racistes envers les colonisateurs-exploiteurs est pour le moins étrange).

 

Pour ce qui est du dessin, Janolle fait un travail à l’avenant du scénario : une ligne claire très lisible, des décors précis, un univers très bien caractérisé. On ne peut éviter de penser à Blade Runner (le film de 1982) à la vue des voitures volantes et des ambiances glauques au ras du sol, mais le lecteur pourra également s’amuser à trouver d’autres influences et références au fil des pages, qui heureusement ne sentent jamais le fan service, déplorable tendance de la (science-)fiction contemporaine.

 

Le Test constitue une bonne introduction, prometteuse pour la suite de Fédération. On espère simplement que les tomes suivants gagneront en personnalité ou en originalité afin de se démarquer de la pléthorique production SF dans laquelle il est toujours très difficile de faire sa place.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.