More
    More

      Voyagez dans l’infernale Amérique avec Colt & Pepper

      Vilain garnement, vous aviez dormi dans les cours d’histoire ? Vous avez oublié que, plus que l’arrivée des Européens, c’est l’invasion de créatures magiques qui a bouleversé l’Amérique au XVIIe siècle. C’est en tous cas ce que propose chez DelcourtColt & Pepper, la série en deux tomes de Macan et Cordey.

      Zéro pointé en Histoire

      Les deux auteurs croates, le scénariste Darko Macan et le dessinateur Igor Kordey se sont durablement installés sur la bande dessinée historique grâce à la série Marshall Bass. Avec Colt & Pepper, ils font un pas de côté en mêlant l’histoire et le récit fantastique. Ce duo avait d’ailleurs démontré leur talent à mélanger les genres dans Nous, les morts entre le récit de zombie et la fresque historique. Colt & Pepper se passe bien dans le monde de la Renaissance. Igor Kordey le prouve par le réalisme des costumes, des armes et des moyens de déplacements. Mais, tout le reste s’éloigne de la réalité. Les créatures venues de réalités alternatives et la magie sont le quotidien des Américains. Les êtres humains vivent côte-à-côte avec des loups-garous ou des épouvantails.

      Paysans et dragon dans Colt & Pepper

      Dans le premier tome, le lecteur a fait connaissance avec le capitaine de la garde Salomon « Pepper » Culpepper et de son neveu métisse Colt. Ce dernier s’est maladroitement plongé dans les méandres des intrigues de la cour du duc de Paragusa. Plus que des héros, ce sont des hommes centrés sur leurs problèmes si bien qu’ils laissent un dragon menacer des paysans. Colt regrette le monde d’avant la magie. Bien que plus âgé que Colt, sa maladresse et son arrogance sont des dangers mortels. Dans le deuxième tome, ce duo mal assorti veut trouver Lytha car Pepper a décidé que la jeune femme sera l’épouse de son neveu Colt. Mais la promise est très loin d’être une future épouse parfaite car elle est la cheffe d’un gang de femmes. Menaçant une autre troupe de brigands, leur chef Theophrastus Levi l’a vendue à un diable.

      20/20 en arts plastique et en littérature

      Avec Colt & Pepper, Kordey s’amuse à multiplier les scènes baroques ou surréalistes évoquant tour à tour les gravures médiévales ou à la peinture surréaliste. Une double page sur une partie d’échec à taille humaine fracasse la rétine du lecteur par sa beauté et la justesse de chaque détail. Chaque page multiplie les allusions à la fantaisie du passé, comme si les créatures fantastiques des folklores du monde entier prenaient vie : une créature issue d’une sculpture assyrienne menacera Colt. Un magnifique mais terrifiant dragon chinois menace des colons espagnols se retrouvera plusieurs pages plus loin. On peut parfois croire qu’il s’agit d’un détail mais ces éléments du décor créent un récit parallèle sur ce monde ou révèlent un aspect du caractère du duo. Le scénario n’est pas en retard sur cette folie graphique. En effet, Macan construit un récit pastichant les chefs-d’œuvre de la littérature classique. Les personnages principaux rappellent Don Quichotte et Sancho et les nombreuses péripéties sont aussi passionnantes qu’un inédit de Dumas ou de Théophile Gautier. On peut même se demander si Coltrayne n’est pas un clin d’œil au saxophoniste John Coltrane. Colt & Pepper est à la fois un récit continu qui suit ces deux anti-héros et une suite de nouvelles en proposant des univers très différents. Chaque chapitre est l’occasion d’une aventure très étrange : une ville a perdu sa joie de vivre car les habitants ont passé un marché avec un sombre mage. Cela contraste avec l’ambiance de la série où l’humour est souvent très présent. Les derniers chapitres à l’inverse deviennent grandioses pour clôturer en beauté les aventures de ce duo.

      Le duo Colt & Pepper

      Au terme de leurs aventures, Colt & Pepper prouvent que leurs créateurs Macan et Kordey sont devenus des auteurs majeurs de la bande dessinée européenne. Le dessinateur prouve qu’il est capable de tout dessiner sans jamais perdre le rythme de la narration alors que le scénariste démontre son talent baroque. Il arrive à faire vivre de multiples aventures, toutes plus délirantes les unes que les autres tout en proposant des personnages principaux touchants.

      Vous pouvez retrouver sur ce lien notre chronique du dernier tome Marshal Bass par les mêmes artistes ouKarolus Magnus sur les vikings.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité