More
    More

      Superman red son, et si Krypton avait explosé douze heures plus tard ?

      Superman a atterri en Ukraine et pas dans le Kansas. Que peut devenir l’homme d’acier avec des idéaux soviétiques plutôt que capitalistes ? La réponse dans ce volume de Superman Red Son.

      Scénarisé par Mark Millar et dessiné par Dave Johnson et Kilian Plunkett, Superman Red son est un comics de chez Urban Comics. Il pourrait faire partie de la collection des « et si… ? ». Et si Krypton avait explosé douze heures plus tard ? Le jeune Kryptonien aurait atterri en Ukraine en pleine U.R.S.S. et aurait été recueilli par de gentils paysans d’un kolkhoz. On peut suivre l’évolution d’un monde uchronique et la différente tournure des événements si l’homme d’acier était soviétique. Et si à la mort de Staline, il reprenait le pouvoir du bloc rouge ? Quel camp Wonder Woman rejoindrait-elle ? Que de questions dont les réponses se trouvent dans Superman red son.

      Un superman aux couleurs de l’U.R.S.S.

      Biberonné aux valeurs communistes, le jeune superman se rend à Moscou pour assister Staline. Cela fait l’effet d’une bombe dans le monde entier, les communistes ont une arme plus puissante que la bombe nucléaire. La guerre froide prend un nouveau tournant et les États-Unis tentent de développer de quoi stopper l’homme d’acier. Pour cela, ils font appel à Lex Luthor, un brillant inventeur Américain. Lex va tout mettre en œuvre pour arrêter cet alien venu d’un autre monde. Que peut faire un humain surdoué face à l’homme d’acier ? Mais Lex Luthor n’est pas du genre à se laisser abattre si facilement.

      Le comics se déroule sur plusieurs années et est séparé en trois livres. L’avènement, qui montre les origines et les débuts de Superman. L’ascension, qui explore un Superman qui a pris de l’âge et de l’expérience. La chute, car tout ce qui monte doit un jour descendre. Chacune de ces trois parties raconte une période de l’histoire, avec comme narrateur Superman lui-même. On y lit l’évolution de personnages bien connus, Lex Luthor, Loïs Lane, Wonder Woman ou Brainiac. Même Batman y est, il est Russe et il se bat toujours pour la justice, mais Superman est il juste ?

      Un auteur de génie et deux talentueux dessinateurs

      Mark Millar, connu pour the autority, kick-ass ou reborn, signe ici le scénario. On reconnaît la patte de cet auteur Écossais dans le détail qu’il accorde à la psychologie des personnages. Ils ne sont ni bons ni mauvais, il ont seulement un idéal qu’ils veulent atteindre. Dans la construction de son histoire, il ne laisse rien au hasard, chaque événement est calculé et sert l’intrigue. Il arrive assez, et de manière crédible, à se projeter dans ce que serait une planète avec un Superman communiste. Jusqu’à la fin, il tient son histoire où il glisse un twist inattendu dans les dernières pages du comics.

      Dave Johnson et Kilian Plunkett se sont alliés pour ce comics, Johnson s’occupant aussi des couvertures. Ils arrivent à dessiner des personnages avec des émotions, chose qui n’est pas toujours évidente dans les comics. Les deux dessinateurs vieillissent correctement les protagonistes de l’histoire. C’est un travail admirable qu’ils ont fait sur Superman red son.

      Pour conclure, Superman red son, est un comics uchronique que tout fan du personnage devrait lire. De plus, cette version Black Label est augmenté de bonus qui comprennent une biographie des auteurs et des croquis des carnets des deux dessinateurs. C’est une belle version indispensable et à lire de toute urgence.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.