More

    Sélénie vous offre un vol direct vers la Lune

    Édité par Delcourt, Sélénie offre un voyage totalement inattendu : vous prenez un aller simple vers la Lune par la grâce d’une technologie digne de Jules Vernes. Voici une bd magique et unique dans les sorties de 2021.

    Un drôle d’apocalypse

    Dans le bunker d’une ville en ruine, un robot se réveille puis remplit machinalement sa mission : vérifier que l’air est respirable. Ce début sans dialogue installe une ambiance étrange en se contentant des commentaires enregistrés des maîtres humains de cette machine. Cependant, une fois le message transmis, le récit passe sans transition sur la Lune dans d’immenses bulles de verre. En effet, la Terre a été conquise par un extraterrestre et les survivants ont trouvé refuge sous ce dôme. Ils y vivent enfermés et refusent de sortir. Mais, lorsqu’un vaisseau arrive sur le satellite de la Terre, trois jeunes gens, Verne, Méliès, et Sélénie, vont à la découverte des occupants de ce vaisseau… et de leur passé.

    Au moment où le robot Monsieur Cacochyme, tuteur du prince et protecteur de la cité, raconte une histoire à Méliès, le lecteur découvre le passé de la Terre. L’extraterrestre délinquant, Antacyclès a utilisé son avance technologique pour se bâtir un empire. Il semble y parvenir par une guerre nucléaire quand deux policiers intergalactiques, Doria et Magis, viennent l’intercepter. Ils épouseront des terriens et Sélénie, Méliès et Verne sont leurs descendants. Ces métisses extraterrestres et humains ont des talents qu’eux ne connaissent pas encore bien que Sélénie soit devenue l’impératrice de la Lune. Cependant, ce futur post apocalyptique est loin des récits dépressifs habituels car l’humour est très présent… et touche souvent juste. Ces blagues se diffusent dans le scénario – un robot éternue pour analyser l’air – dans les dialogues – Maître Gims est perçu comme un grand poète – et dans les images.

    Un récit plein de mystères

    Telle la face cachée de la lune, Sélénie recèle de nombreux mystères. Quand les survivants ont quitté la Terre, la guerre a évolué sans eux et l’atmosphère s’est purifié mais personne n’est au courant sur la Lune. Pourquoi ? Certains personnages en savent bien plus qu’ils ne le disent et depuis très longtemps. Le scénario cache également ses thèmes. Sélénie est possiblement une métaphore de la fermeture actuelle de la France. Au départ, le gouvernement est divisé en deux camps. La princesse et Monsieur Cacochyme refusent de sortir de la bulle pour se protéger. Face à eux, le jeune Méliès veut revenir sur Terre car il se sent enfermé et le scientifique Monsieur Charpin veut expérimenter. Un œil habile pourra voir entre autres comme décoration d’escalier l’iconique lune du cinéaste ou L’Arzach de Moebius dans un cadre.

    Un univers anciennement futuriste

    Avec Sélénie, on n’est pas loin de la science-fiction du XXIe siècle mais Fabrice Lebeault ici à la fois scénariste et dessinateur s’approprie des visions anciennes du futur. Déjà présente dans sa série précédente Horologion, on retrouve une science-fiction à la française du début du XXe siècle comme les référence explicites à Méliès et Verne pour deux personnages principaux. De plus, les habitants se nomment les Sélénites comme dans Le voyage dans la Lune. L’auteur a un dessin très léger et rond qui peut faire penser à Little Nemo de Winsor McCay ou à La Nef des Fous de Turf.

    Fabrice Lebeault fait également preuve d’une grande originalité dans les moindres détails de cet univers étrange. On peut circuler sur la lune avec des hippocampes dont la queue sert de ressort. Les robots ne sont pas en métal mais ont une chair molle et blanche. Des androïdes construisant une route n’ont pas de tête car leur visage se trouve sur le ventre. Encore plus réussi, Monsieur cacochyme est un robot blanc à tête de croissant de lune qui ne perd jamais son flegme. Les créatures lunaires aux noms très poétiques sont à la fois menaçantes et amusantes. Le cahier graphique en fin de volume par les commentaires de l’artiste permet d’éclairer la création de personnages et des créatures. Cette grande inventivité graphique est si réussie que l’on est triste de quitter cet univers prometteur à la fin de ce récit complet en un tome.

    Sélénie est un titre totalement lunaire au propre comme au figuré. Ce récit rétro-futuriste plonge le lecteur dans l’univers de Jules Verne ou de George Méliès. La fin étonnante du récit sera un choc brutal mais frustrant car le lecteur ne demandait qu’à poursuivre ce voyage magnifique.

    Vous pouvez également profiter d’autres voyages étranges par les chroniques sur L’évadé de C.I.D. Island et Fallen World.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.