L’odyssée de Salamandre : un premier tome prometteur des Chroniques du Nouveau-Monde de Joffrey Lebourg

0
128

Joffrey Lebourg dresse ici les prémisses d’une grande odyssée épique qui s’étalera sur plusieurs tomes. Nous suivons les aventures de Salamandre, une jeune Celte, à la recherche du Gardien du Feu après avoir été commissionné de le faire par sa déesse Belisama.

Dans un monde post-apocalyptique, après ce que l’auteur a nommé « le Plan S », les Dieux ont éradiqué toute une partie de la population mondiale car celle-ci ne parvenait pas à résoudre les bouleversements climatiques. Donc, pour sauver la planète Terre, les Dieux ont remis la nature au centre du cosmos et ont construit de nouvelles sociétés avec au centre les figures de Gardiens, représentants des divers éléments. Ainsi, Joffrey Lebourg imagine un nouveau monde, avec de nouveaux empires (l’Empire du Nord Sauvage remplace l’essentiel des États-Unis, l’Empire Celtique occupe la Grande-Bretagne, une grande partie de la France, de l’Espagne et du Portugal, le Grand Empire une grande part du sud du bassin du Congo, etc.). Le monde est dès lors divisé en dix zones, des empires, ainsi que de grandes zones inhabitées du fait des dégâts du changement climatique.

L’originalité de cette nouvelle configuration géographique est que l’auteur dresse constamment des parallèles entre l’Ancien et le Nouveau Monde, permettant de créer un univers à la fois réaliste et merveilleux. Salamandre est une jeune Celte, elle vit dans l’ancienne France, dans un village proche de la Gaule d’autrefois, mais cette femme a une particularité. Elle est en effet une « élue », elle n’est pas ordinaire et peut communiquer avec les Gardiens et voir dans ses rêves l’Ancien Monde. Elle se voit donc confiée une mission : elle doit se rendre dans un Temple à Cape Town.

Cette mission initiatique la fera traverser le monde entier : elle partira du Havre pour rejoindre les anciens États-Unis, pour rejoindre l’Amérique du Sud (le nouvel Empire Doré) pour ensuite voyager au bord de ce qui était un avion pour arriver dans l’Empire Oriental et finalement voler à dos de dragon jusqu’en Afrique. Ainsi, cette odyssée homérique est l’occasion pour Salamandre de surmonter des épreuves. Son courage est mis à rude épreuve mais elle pourra compter sur le soutien de rencontres, sur l’amitié et la générosité. L’auteur invente alors un procédé intéressant : le Commun, qui permet aux personnes du monde entier de parler une langue commune.

Par ailleurs, l’univers inventé par Joffrey Lebourg est rempli de magie. Nous sommes donc bien dans un roman merveilleux : il existe des sorciers, des dragons, des capes d’invisibilité, des monstres magiques et tous sont originaux. Le roman se place à la croisée de plusieurs genres et registres littéraires, ce qui fait de L’odyssée de Salamandre un roman unique. Entre Harry Potter de par la prédominance de la magie, Le Seigneur des Anneaux dans cette quête d’un temple tel une terre du Mordor, L’Odyssée d’Homère évidemment dans ce grand voyage par delà les continents et les obstacles dressés par des forces divines, mais aussi Les Misérables avec l’existence de groupes de jeunes truands comme Gavroche en faisait partie, et l’on peut même aller jusqu’à One Piece, le célèbre manga d’Eiichiro Oda avec la présence de dragons, de samouraïs et d’un certain Orochi, qui sont sans rappeler les dernières aventures de Luffy au pays de Wa.

C’est dans ce grand déploiement d’une culture littéraire que Joffrey Lebourg imagine une aventure individuelle mais aussi collective. Ce roman est épique, trépidant, excitant, rempli de rebondissements. C’est également un texte sociologique, historique, ethnographique et philosophique. Multiples sont les réflexions parsemées par l’auteur, notamment celle sur la place des femmes et sur les considérations des temps anciens : « Pour la première fois, les femmes avaient donc plus de pouvoirs que les hommes. En connaissant l’état dans lequel des millénaires de phallocratie avaient mis le monde, c’est sans doute mieux. » À travers cette ironie grinçante, l’auteur dresse le constat de l’échec d’un monde et du succès d’un nouveau. Il met en avant une place plus importante des femmes, rendant les sociétés meilleures et mieux organisées. Joffrey Lebourg explique le fonctionnement des empires, leurs us et coutumes, leurs traditions, pour nous instruire sur les sociétés dans une perspective globalisante et mondialisante.

L’originalité de ce roman réside aussi dans la présence de QR codes qui permettent d’illustrer le roman avec des images des différents décors des aventures de Salamandre, mais aussi pour livrer la voix de l’auteur. En effet, Joffrey Lebourg s’est enregistré pour donner une voix externe, permettant de dynamiser et de vivifier le récit.

Ce roman permet donc une prise de conscience écologique : si nous ne faisons rien, la Terre va s’autodétruire et entraîner de multiples bouleversements. Ce livre est aussi une ode à l’aventure, au courage, à l’abnégation. L’auteur nous fait voyager vers des contrées lointaines, parfois imaginaires, tout en ancrant bien son récit dans notre monde actuel.

Le site de la saga : https://chroniquesdunouveaumonde.fr/