More
    More

      De la littérature de science-fiction dans l’espace grâce à SpaceX

      Le mardi 6 février 2018, à 21H45 (heure française), la fusée Falcon Heavy, construite sous la direction d’Elon Musk, a été envoyée dans l’espace. Considérée comme étant la fusée la plus puissante du monde actuel, elle n’est pas seulement un bijou technologique à la pointe de son efficacité. En effet, cette fusée a pour particularité de renfermer en son sein quelques unes des meilleures productions artistiques que l’humanité ait pu créer. Parmi elles, de la littérature de science-fiction.

      En quoi consiste le nouveau projet de SpaceX ?

      En association avec l’Arch Mission Foundation, une association chargée de « préserver et disséminer les plus importantes données de l’humanité à travers le temps et l’espace », Elon Musk et ses équipes ont pris la décision d’envoyer dans l’espace la célèbre Tesla Roadster, accompagnée d’un mannequin humain, du chef d’oeuvre musical « Starman » de David Bowie, ainsi que de quelques indices sur la provenance de l’engin.

      Pourquoi un tel projet ?

      Officiellement, la justification de cette décision est que des civilisations extraterrestres puissent un jour trouver la fusée et prendre conscience que l’espèce humaine existe. Cette intention est justifiée d’autant plus par la composition du système de stockage, conçue en Crystal de Quartz. Ce matériaux est capable de résister à des températures supérieures à 1000 degrés Celsius. Cela représente sans aucun doute la meilleure garantie qualité du marché. En effet, d’après le journal Les Echos, la durée de vie de la machine serait de 13,8 milliards d’années. 

      Mais officieusement, et cela n’aura échappé à personne, ce projet est surtout un coup de publicité très efficace pour les sociétés SpaceX et Tesla.

      C’est précisément dans ce système de stockage que se trouvent les trois premiers ouvrages du Cycle de Fondation, série littéraire de science-fiction écrite par Isaac Asimov. Publiée entre 1942 et 1993, elle reçoit en 1996 le prix Hugo spécial de la meilleure série de science-fiction / fantasy. Son sujet principal est la psychohistoire, discipline scientifique fictive qui prévoit le futur grâce aux données psychologiques et sociales dont l’homme dispose. Dans le récit, un grand psychohistorien prévoit l’écroulement proche de l’Empire galactique annonçant une période d’obscurantisme peu souhaitable pour les humains. Nova Spivack, fondateur de l’Arch Mission Foundation, déclare que cette série de livre a été « l’inspiration originale de notre mission ». La littérature peut donc parfois être à l’origine de projets très ambitieux…

      L’envoi d’une oeuvre littéraire dans l’espace à des civilisations inconnues qui n’existent probablement pas demeure un geste symbolique. Mais cela met en lumière l’importance du savoir et du partage.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité