Liberté en marche dans la révolution américaine

0
63

Dans le premier tome de Liberté !, le créateur américain du jeu Prince of Persia et les dessinateurs français de 14-18 remontent aux origines de la révolution américaine.

La Liberté en route vers l’histoire

Par une phrase introductive de Liberté !, le scénariste Jordan Mechner montre combien la révolution est une surprise pour les futurs Américains. Le Royaume-Uni n’est pas en crise mais au sommet de son rayonnement après sa victoire contre la France. Cependant, l’auteur oublie de signaler que c’est justement cette guerre qui, indirectement, va provoquer la révolution. La victoire a coûté très cher et la métropole a besoin d’argent. Elle refuser donc de négocier avec les Insurgés américains sur l’exclusif et les taxes. Liberté ! montre l’engrenage en train de se mettre en place. La révolte commence par une agitation locale puis se diffuse en raison de la réaction violente de la métropole. La monarchie anglaise envoie plus d’hommes et de navires pour mater l’agitation accrue.

La révolte des colons semble mal partie quand on observe la disproportion des forces. Les maigres miliciens s’opposent à une vaste armée de professionnels. Les Américains n’ont aucun canon et juste assez de poudre pour neuf balles par homme. Des civils en armes sans formation ni tenue luttent contre une armée professionnelle possédant une marine.

Ce premier tome de Liberté ! détaille l’opération clandestine franco-américaine à l’origine de l’indépendance des États-Unis. Face au manque d’armes et de fond, les Insurgés ont besoin d’un allié. Le lecteur voyage donc de l’Amérique vers Versailles et Paris en suivant Silas Deane. Cet envoyé des Insurgés part en secret en France pour sauver la révolution. Il découvre une cour remplie d’espions. Liberté ! montre un jeu de miroirs et même littéralement un labyrinthe de miroirs pour dissimuler la vérité. Un ministre souhaite en effet soutenir la révolution américaine pour affaiblir son grand rival anglais. Cependant, la France n’a pas les moyens d’organiser une guerre directe avec le Royaume-Uni.

La géopolitique faut bon ménage avec le profit. En effet, ne pouvant officiellement faire alliance, la livraison d’armes se fera d’abord par un lien économique où le dramaturge Beaumarchais joue un rôle déterminant. Liberté ! décrit également le fonctionnement de la monarchie absolue. Les ministres conseillent le roi avec respect mais c’est bien lui qui décide à la fin. Les informations sont donc nombreuses et on le ressent dans des dialogues parfois trop denses. De plus, Louis XVI est à nouveau présenté comme idiot.

La révolution américaine à hauteur d'homme dans Liberté !
La révolution américaine à hauteur d’homme dans Liberté !

Des personnages en quête de Liberté

Liberté ! multiplie dès le début les allusions à des personnages réels comme le chevalier d’Éon dans un dialogue ou Benjamin Franklin et Thomas Jefferson sur quelques pages. Cependant, on voit davantage l’auteur français Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais. Il commence par venir à une répétition une pièce. En effet, en parallèle de sa carrière littéraire, Beaumarchais est un agent du roi efficace mais dont la trop grande confiance en lui le pousse à l’impertinence.

Liberté ! décrit un conflit de génération. Pour montrer les deux branches de la révolution, le lecteur suit deux personnages réels mais à l’influence mineure. Le beau-père, maître Silas Deane, est un homme prudent car il pense d’abord à la survie de son domaine foncier. Il agit en politique par le Congrès en tant que délégué du Connecticut. À Philadelphie, Silas Deane retrouve Franklin, Harrison, Jefferson et Jay. Au contraire, son fils Sam est possédé par la fièvre du combat et le désir de liberté. Il participe localement à la guerre. En 1776, une armée rebelle américaine hétéroclite défend le port de New York à Boston face à une écrasante force navale britannique.

Pour incarner Liberté !, le dessin réaliste d’Étienne Le Roux et Loïc Chevallier est classique mais très efficace. Les décors sont très riches comme une magnifique vue de Londres ou une juste représentation de la galerie des glaces. Les détails des costumes sont très précis tandis qu’une vaste bataille reste très lisible. De plus, un cadavre sur la première page donne bien l’ambiance.

La Liberté américaine commence à Versailles. Ce premier tome d’une trilogie sur la révolution américaine éditée par Delcourt est en effet largement consacré aux premiers pas d’une aide française à la révolution américaine. À travers l’action de Beaumarchais, le lecteur voit les arcanes complexes pour permettre à la France de soutenir les insurgés sans rentrer en guerre. La conclusion du tome montre des préparatifs d’une bataille massive rendant cette aide d’autant plus nécessaire.

Retrouver sur le site la biographie familiale de Jordan Mechner avec Replay et le polar historique de Red Gun.