Entrez dans le foot des sixties avec George Best

0
158

Vous adorez le foot ? Alors ce livre est fait pour vous en suivant le joueur de légende, George Best. Vous détestez le foot ? Alors cette bd est faite pour vous en illustrant un héros des changements de l’Angleterre des années 1960.  Découvrez par cette chronique comment un joueur est devenu l’idole d’un pays.

Une mythologie du footballLes débuts de George Best

George Best s’ouvre par la description de la légende. Deux enfants, fascinés, regardent à la télé une action de Georgie. On est en 1974 et l’écrivain Vincent Duluc est en voyage linguistique en Angleterre. Déjà fan de foot, il découvre la foi des Anglais pour ce sport. En voyant les actions de George Best sur le terrain, devient un amoureux fou du ballon rond et du joueur de Manchester. Né en Irlande du Nord, George Best se passionne surtout pour le foot. Repéré par un entraîneur malgré sa petite taille, il quitte Belfast pour aller dans le centre de formation de Manchester United. Il y révèle de grands talents mais aussi un caractère fort. Aussitôt arrivé, il repart en Ulster car il ne supporte pas la solitude avant de changer d’avis. Il faut dire que le club est marqué par un lourd traumatisme. En 1958, une partie de l’équipe est morte lors d’un crash aérien. On le voit par l’attaquant Bobby Charlton qui ne sourit plus depuis l’accident.

Les débuts de Best dans l’équipe A ne sont pas glorieux car il fait l’expérience d’un jeu bien plus viril qu’en junior. Mais il devient très vite indispensable. On rentre dans les coulisses du club autour de l’opposition entre George Best et Bobby Charlton. Se détestant dans la vie, ils vont écrire la légende des Reds sur le gazon. Le dessinateur et coloriste Florent Calvez rend très bien la tension pendant et après les matchs. A l’image du scénario, son dessin classique s’intéresse à la précision historique des vêtements et des décors. La noirceur du récit est mise en valeur par un encrage à la pointe fine très présent.

Bien plus qu’un footballeur L'apogée de George Best

En dehors du stade, George Best gagne beaucoup d’argent et devient une star ce qui est très neuf à l’époque. Cette renommée et ce changement social sont difficiles à gérer sans aide. Aucun joueur n’a connu une telle notoriété. George Best devient un membre essentiel du Swinging Manchester. Tiré du roman Le cinquième Beatles de Vincent Duluc, le scénariste Kris dresse un parallèle avec le groupe mythique de pop comme la couverture parodiant l’album Abbey Road. Débutant tous à Manchester, le jour et les membres des Beatles sont issus de la classe ouvrière. Ils vont ensuite révolutionner le pays et la musique populaire.

Le groupe musical et le joueur de foot sont les symboles d’un changement d’époque. Derrière une attitude timide, ils vont devenir des rebelles multipliant les coups médiatiques. Kris le montre par divers indices en comparant l’ancien Bobby Charlton et le plus jeune George Best. Le jeune achète une voiture de sport, fait très attention à sa coiffure. Il brille sur le terrain mais aussi en dehors où il multiplie les conquêtes féminines sans jamais établir une relation stable. Il investit dans une boutique de mode et multiplie les publicités.

Ce livre est également un documentaire sur le football du début des sixties. Un lecteur d’aujourd’hui sera très surpris par le fonctionnement des équipes de jeune. George Best prend seul un navire pour l’Angleterre. Il vit chez une logeuse qui est une mère de substitution. Elle surveille ses horaires. Il abandonne ses études très tôt. En plus des entraînements, la loi l’oblige à avoir un travail à côté mais c’est fictif. Son maigre salaire du club est presque entièrement envoyé à sa famille. Un jeune peut être renvoyé du jour au lendemain sans préavis. Cette vie est loin d’une future star mais ressemble à celle des ouvriers de l’époque. La rupture est d’autant plus forte avec sa vie de star et ce choc explique en partie la chute.

Édité par Delcourt, George Best, Twist and Shout ne fait aucun hors-jeu. Le scénariste Kris multiplie les passes brillantes pour raconter les succès sur le terrain de la légende de Manchester et sa vie privée tumultueuse. Plus en retrait, le dessinateur Florent Calvez sait pourtant se démarquer pour servir avec talent le jeu collectif de la bd. Une équipe digne d’un championnat d’Europe.

Vous pouvez trouver sur le site d’autres titres mêlant la petite et la grande histoire avec Au nom du pain et Chez Adolf.