More
    More

      Découvrez Spider-Man sous un jour nouveau

      Face à la jungle des livres, des séries ou des récits, de nombreux fans du MCU se demandent par où commencer les comics. Alors que Spider-Man : No Way Home sort, on peut vous assurer qu’Un jour nouveau est une bonne porte d’entrée.

      Retour aux origines

      Spider-Man dans Un jour nouveau

      Édité par Panini comics, Un jour nouveau est un reboot, terme propre aux comics bien défini en introduction. La maison d’édition confie à des artistes la tâche de revenir aux bases de la série. Ils construisent donc une parfaite porte d’entrée pour un nouveau lecteur. Dès la première aventure introductive, on retrouve les classiques de la série de presque 70 ans. Spider-Man empêche un vol mais, ce faisant, il prend du retard pour l’anniversaire de sa tante May. En même temps, J.J. Jameson, directeur du journal le Daily Bugle, lance une campagne médiatique contre le héros araignée. Peter retourne en colocation. Lui et son meilleur Harry Osborn sont de nouveau célibataires. Malgré tous ces problèmes, Peter Parker ne cesse de faire des blagues pendant le combat : il argumente sur l’inutilité de posséder une voiture à New York par exemple. Le jeune homme se retrouve souvent dans des positions inconfortables. Pieds nus, il pourchasse un voleur et on le prend pour un sdf. En dehors de ces phases d’action, Peter Parker ne cherche pas à sauver l’univers car, ne possédant pas la fortune d’Iron Man ou le statut de Captain America, il doit trouver un travail et bien qu’ayant été un étudiant brillant, il sacrifie sa carrière pour ses aventures super-héroïques.

      Début d’un grand run sur le tisseur

      Pop-Art et Spider-Man

      Ce volume marque l’arrivée d’un nouveau scénariste, Dan Slott. Grand connaisseur de la série, il reprend tous les codes cités précédemment. Le scénario multiplie les pistes narratives et, comme Peter Parker, jongle entre activités de super-héros, travail de photographe au Daily Bugle et relations avec ses amis et sa famille. Certains codes sont habituels pour les lecteurs réguliers du Tisseur. Spider-Man est vu comme un ennemi public à cause des médias. Contrairement à beaucoup de super-héros de Marvel, Peter n’est pas déconnecté du réel mais il doit gérer les problèmes du quotidien. Il se fait voler son lance-toile et doit prendre un taxi en pleine action. Mais heureusement, il reçoit une forte somme pour une photo… quitte à y perdre sa moralité. En tant que super-héros, il affronte de simples criminels et des clans mafieux. Dans la première partie, il affronte un vilain au physique original, l’homme négatif dont nous vous laissons découvrir l’aspect. Sa froideur et sa violence en font un opposant charismatique. Dans la deuxième partie, c’est l’ancien Bouffon Vert, Norman Osborn qui revient.

      Cependant, Dan Slott joue avec ces codes pour nous surprendre. Quand sur la première page d’un épisode on voit Peter embrassant J.J. Jameson, le lecteur est forcément curieux de comprendre comment cette situation improbable a pu se dérouler. Le scénariste modernise également ces habitudes. Spider-Man doit affronter, Srewball, une voleuse qui diffuse ses méfaits en direct sur la toile. Le Bugle en faillite a un nouveau directeur.

      Pour réaliser son programme, Dan Slott est soutenu par de grands artistes. Cette relance est en effet l’occasion d’accueillir de petits nouveaux dessinateurs dans la série. Le volume s’ouvre par les magnifiques dessins de Phil Jimenez comme une double-page sur un accident de voiture. Steve McNiven tout juste sorti de Civil War suit. Le dessinateur canadien sait mettre en avant les corps en action mais plus encore la chair des corps donne envie de caresser le papier. Marcos Martín le remplace dans un style radicalement différent qui peut paraître plat. Cependant, son immense talent se situe dans la mise en page toujours juste et dynamique. Il profite d’un combat dans une galerie d’art pour partager sa passion du pop art. On retrouve également un vieil habitué Romita Jr. qui met en scène le retour d’Eddie Brock, l’ancien Venom.

      Un jour nouveau cumule tous les avantages. Pour le néophyte, ce volume est le meilleur moyen de découvrir la richesse de cette série. Habitué, vous retrouverez les classiques du Tisseur remis au goût du jour.

      Si vous désirez découvrir d’autres titres de Spider-Man, vous pouvez lire les chroniques sur Miles Morales et Absolute Carnage.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité