Notre critique du tome 1 de Monstress chez Delcourt

0
109

Découvrons ensemble la nouveauté de l’éditeur français Delcourt, avec le premier tome de Monstress. Une série qui ne laisse pas de marbre. Petite critique.

Qualifiée par Entertainment Weekly de meilleure nouvelle série de l’année, Monstress fait son apparition en France chez l’éditeur Delcourt, avec la parution du premier tome le 18 janvier dernier. Scénarisé par Marjorie Liu, romancière à succès (The Iron Hunt, Shadow Touch) et dessiné par Sana Takeda (Ms Marvel), Monstress est édité aux Etats-Unis par Image Comics.

 Maika est une jeune adolescente qui partage un lien psychique avec un monstre aux pouvoirs incommensurables. Et ce lien va profondément les affecter tous les deux. Il va placer Maika au centre d’une guerre terrible entre les Humains et des forces issues d’un autre monde…

8edc9470e589deca2c2cd49c69c0dd00Au premier abord, la série peut-être déroutante. Mélange de steampunk et de Kaiju, nous voilà embarqué dans une Asie uchronique, au début du XXème siècle. Maika est une hybride mi-humain mi-animal, mais à l’intérieur d’elle se cache une créature monstrueuse et redoutable. C’est au travers d’elle que nous faisons connaissance de l’environnement et des personnages, au fil de ses péripéties. Avec une narration non-linéaire, on se retrouve vite plongé dans cet univers fantasy, très fortement inspiré par la culture japonaise.

Le travail de Sana Takeda nous rappelle indéniablement les mangas, culture oblige. Ses traits sont impeccables et ses fonds sont aboutis. Ce n’est que pour mieux accompagner le récit, qui, chose assez rare, met en avant presque uniquement des femmes. Un haut niveau visuel s’il en est.

Du côté du récit, Marjorie Liu connait son sujet. L’histoire est à la fois fluide mais aussi très recherchée. On passe de l’émerveillement au cauchemar au fil des pages, pour encore mieux surprendre le lecteur. Celle que l’on connait aussi pour avoir écrit le premier mariage homosexuel de Marvel, entre Kyle et Vega, affirme son style pour notre plus grand plaisir.

Un travail reconnu aux Etats-Unis que Delcourt met à l’honneur en France, dans une édition splendide. On se retrouve avec un ouvrage de bonne qualité, avec une jolie couverture cartonnée et surtout un format plus grand que d’habitude.

 En conclusion, on tient ici une des meilleures sorties de ce mois chez Delcourt, et peut-être même la meilleure de l’année, qui sait  ? L’univers de Monstress est encore tout à découvrir, mais l’enchantement a fait son œuvre et la lecture du premier volume suffit à nous rendre accro. La culture japonaise liée à celle des comics à de belles heures devant elle…