More
    More

      [Critique] Flash Rebirth – Tome 1 chez Urban Comics

      Flash nous revient chez Urban Comics à l’occasion du Rebirth. L’occasion de retrouver notre bolide préféré dans une nouvelle aventure, face à un tout nouveau vilain : Godspeed. Notre critique.

       

      Tandis que Barry Allen travaille sur une scène de crime lui rappelant le meurtre de sa mère, il est soudainement frappé d’un malaise lié à des perturbations de la Force Véloce. Il parvient à se souvenir de son ancien partenaire Wally West qui réapparaît dans sa vie. Mais les aventures ne s’arrêtent pas là pour le bolide écarlate puisqu’il est confronté à une violente tempête de foudre qui frappe son ami l’inspecteur August Heart, qui se retrouve avec des pouvoirs de vitesse. Mais il ne semble pas être le seul dans ce cas-là. En effet, Central City se découvre une véritable armada de bolides mais surtout un nouveau vilain bien décidé à les anéantir : Godspeed.

      Après une fin de run poussive lors des New 52, Flash est enfin de retour avec la sortie de Flash Rebirth – Tome 1 : Coup de foudre. Ce volume contient les numéros 1 à 8 de The Flash ainsi que The Flash Rebirth #1. Ce dernier est d’ailleurs déjà disponible dans le recueil DC Universe Rebirth paru en juin dernier. Ce nouveau run est l’occasion d’introduire le Dr Carver et Black Hole, une organisation maléfique mais aussi de retrouver le personnage de l’inspecteur August Heart. Passé l’introduction qui sert à replanter le décor, nous voilà rapidement embarqué dans le petit monde de Central City.

       

      Un nouveau vilain charismatique

      C’est assez excitant de découvrir une flopée de nouveaux bolides liée à une tempête de Force Véloce. Chaque personnage traite les choses différemment, August veut venger la mort de son frère et Meena a soudainement le don de détecter les autres speedsters. Le Dr Carver et Black Hole ne sont finalement qu’un prétexte à l’introduction d’une nouvelle menace pour Flash : Godspeed. Autoproclamé Dieu de la vitesse et portant un magnifique costume blanc et jaune, ce nouveau méchant se révèle très énigmatique. A l’instar d’autres, il n’est pas là pour faire le mal mais plutôt le bien. Sauf que sa propre définition du bien n’est pas celle de Flash loin de là ! L’histoire nous gratifie donc d’un nouveau vilain charismatique et cela fait du bien ! Le retournement de situation final laisse à espérer une suite à la hauteur de ce premier volume.

      Pour faire avancer l’histoire, Barry tombe amoureux d’une belle scientifique, Meena, qui se retrouve elle aussi dotée de pouvoirs. Il est regrettable que cette intrigue ne serve que de bouche trou. Barry heureux ? Il est loin le temps où c’était le cas et ce n’est pas encore prêt d’arriver. Cette petite parenthèse risque cependant de se poursuivre puisque la fin du tome laisse présager un grand mystère…

       

      Dynamisme et défauts

      Le scénariste Joshua Williamson prend la suite du duo Venditti/Jensen et nous livre une bonne histoire. Le personnage a ses défauts mais il parvient à nous raconter quelque chose de nouveau. Tout n’est pas parfait loin de là mais l’esprit perdure et c’est le plus important. Les dessins sont signés par l’italien Carmine Di Giandomenico. A l’opposé du travail de Brett Booth sur la série précédente, il nous livre de belles planches. Le trait est dynamique et permet une lecture fluide de l’histoire. Le monsieur est plutôt doué quand il s’agit des arrières plans ainsi que de la représentation de la Force Véloce. Neil Googe et Felipe Watanabe assurent chacun un chapitre.

      Urban Comics nous propose un ouvrage dans la plus pure tradition. S’insérant parfaitement avec les autres titres de la collection Rebirth, Flash Rebirth – Tome 1 présente une couverture dans un style pop-art avec le visage du bolide sur un fond à pois jaunes. A l’intérieur, 216 pages sur papier glacé accompagnées d’une petite introduction, d’une présentation des personnages, de couvertures alternatives ainsi que du travail de recherche sur les lieux et les différents protagonistes.

       

      En conclusion, Flash Rebirth – Tome 1 : Coup de foudre, même s’il est loin d’être parfait reste néanmoins une lecture agréable et un bon redémarrage pour le bolide écarlate. Les situations évoluent et nous prenons du plaisir à retrouver les personnages que l’on aime. Mention spéciale au nouveau méchant Godspeed, une véritable réussite ! Urban Comics est toujours là pour proposer un produit de qualité. A suivre à la vitesse de l’éclair !

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.