More
    More

      Batman, d’une année à l’autre

      Tout bon fan de Batman qui se respecte a déjà entendu parler de Frank Miller, un auteur qu’on ne présente plus. Aujourd’hui, nous allons aborder le chef d’œuvre de Miller, Batman année un, et sa suite Batman année deux. Alors, démarrez votre batmobile et en route pour Gotham !

      Frank Miller: La renaissance de Batman

      Réécrire la légende

      En 1986, l’équipe éditorial de DC comics décida que ses plus grand héros, Batman entre autres, commençaient à dater. Ainsi, Superman et Wonder woman eurent droit à des origines retravaillées, mais pour Batman… ce fut beaucoup plus compliqué.

      En effet, le Chevalier noir créé par Bob Kane et Bill Finger en 1939 avait déjà tout d’un héros moderne. Ses origines, la raison de sa croisade contre le crime était déjà parfaite. Il fut donc décidé de simplement améliorer le personnage, de le complexifier et de lui donner une profondeur dramatique.

      En cela, Batman année un réussit avec brio à retranscrire les origines du justicier en le rendant plus réaliste et plus en accord avec son temps. Aussi, Bruce Wayne apparait-il dans des ruelles sombres baignées par la lumière des néons afin de témoigner de la vie à Gotham.

      Batman reflète ainsi les craintes, les frustrations et les espoirs d’un lectorat confrontés aux réalités de la vie urbaine.

      Des artistes à la hauteur

      Qui mieux que Frank Miller pour réécrire les origines de Batman? Artiste reconnu, il a débuté dans la bande dessinée avec le personnage de Daredevil de Marvel.

      Auteur complet, il est surtout reconnu chez DC comics pour son travail sur Batman: the dark knight returns. Ayant signé la fin du croisée en cape, il paraissait logique que ce soit lui qui lui redonne naissance.

      Néanmoins, pour Année un, Miller ne voulut se consacrer qu’au scénario, et laissa le dessin à David Mazzucchelli. Celui-ci étant un artiste reconnu pour sa maitrise de la composition et son sens de la dramaturgie.

      Ensemble, Miller et Mazzucchelli signent l’un des récits fondateur du mythe du chevalier noir, un must-have pour tous les fans de la chauve-souris. Mais alors, qu’en est-il de sa suite ?

      Batman année deux, une suite légitime

      Prendre la suite de Frank Miller

      S’il est vrai que Frank Miller n’a pas travaillé sur Batman année deux, son travail sur Batman année un constitue le fil directeur du récit. L’histoire se déroule quelque temps après les événements d’Année un, notre héros lutte toujours contre le crime, jonglant tant bien que mal entre ses deux identités de playboy et de justicier nocturne. Seulement voilà, un nouveau venu le contraint à de nouvelles méthodes: le faucheur.

      Alors que Miller orientait son histoire sur l’origine du justicier masqué, Mike W. Barr a voulu se concentrer sur le mythe de Batman, son fondement et les question qui demeuraient jusque là sans réponses. Le scénariste a voulu expliquer pourquoi la chauve-souris n’utilisait jamais d’armes à feu.

      Pour cela, Barr n’a pas hésité à utiliser des personnages issus des premières aventures de Batman écrites par Bob Kane et Bill Finger. Citons par exemple Joe Chill, le meurtrier des parents de Bruce Wayne.

      Deux dessins, deux ambiances

      Suivant le combat acharné de Batman contre son nouvel ennemi, le faucheur, le lecteur voit se dérouler un récit complexe où le vilain est en fait le reflet des questions qui hantent le héros. Jusqu’où peut-il aller pour arrêter les criminels ?

      Afin d’immerger au mieux le lecteur dans cette histoire, le dessin se doit d’être à la hauteur du travail de David Mazzucchelli sur Année un. Aussi, nous retrouvons deux artistes de talents, Alan Davis et Todd McFarlane.

      Si les traits fin de Davis peuvent rappeler ceux de Mazzucchelli, le style de McFarlane est quant à lui bien différent. En effet, l’ombre et la lumière ne se présentent pas de la même manière, ce qui donne une toute autre atmosphère au récit.

      Dans un sens si Davis se rapproche de l’héritage laisser par Année un par ses trait fin et communicatif, McFarlane lui utilise le jeux d’ombre proposé par Mazzucchelli pour donner à Batman ce coté sombre que nous autres lecteur aimons tant. Ensemble ils font de Batman année deux la suite légitime de l’œuvre de Miller.

      Batman année un a une place particulière dans le cœur de nombreux fans de la chauve-souris, mais ce devrait également être le cas d’Année deux. Suite directe de l’œuvre de Miller, celui-ci poursuit l’exploration et le développement de la psychologie de Batman. Aussi, Justfocus vous conseille grandement de vous plonger, ou de vous replonger, dans ces deux ouvrages afin de découvrir qui est vraiment Bruce Wayne !

      +1
      Goblinleader96
      Collectionneur de comics depuis l'enfance, je suis également l'auteur d'un mémoire sur la représentation historiques dans les comic books américain. L'univers geek c'est mon rayon, les super-héros c'est mon truc, mais pas que !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité