More
    More

      Notre critique de Cache-cache mortel à Bréhat

      La Bretagne, ses plages, ses fest-noz… et ses meurtres. Voici le programme pour le moins surprenant de l’été sur l’île de Bréhat dans ce livre édité par Glénat.

      Une enquête policière en BretagneUne enquête sur l'île de Bréhat

      Alors que plusieurs couples pensent passer des vacances paisibles sur l’île de Bréhat, tout change quand un homme est trouvé mort dans la piscine d’une maison. Cependant, cet inconnu ne s’est pas noyé, il a été poignardé. Le scénariste Patrick Weber et le dessinateur Nicoly construisent dans Cache-cache mortel à Bréhat un whodunit à la Agatha Christie. Cette île est un huis clos et une enquêtrice organise plusieurs interrogatoires pour découvrir les secrets de chacun. La révélation du coupable viendra lors d’une réunion de l’ensemble des protagonistes.

      Comme chez Hercule Poirot, il y a aussi des touches d’humour : le cadavre disparaît car le policier responsable est parti manger. Cette tonalité est renforcée avec l’arrivée de l’inspectrice Rose Le Ploedec’h. Elle est vraisemblablement une grande amatrice de polars et ne cesse de repérer les codes dans son enquête pour en jouer. Cependant, ce détachement ne l’empêche pas d’être très têtue et perspicace. Ses méthodes sortent des conventions car elle utilise les légendes pour pousser les suspects à sortir de leur réverse. De plus, Nicoly n’en fait un top model mais une femme banale. Elle découvre de petits indices au départ et provoque une accélération de l’action qui mène à un dénouement final surprenant. Le dessin de Nicoly contraste avec le propos sombre avec un style naïf et des traits à la main sans ligne droite.

      En effet, comme la plupart des récits policiers, Cache-cache mortel à Bréhat fonctionne par la riche galerie de personnages. Le livre débute en 2000 comme le montre les jeux Pokémon sur Game Boy et Fort Boyard a la télé. Un couple banal est en vacances mais un fils entend des bruits inquiétants. La suite se déroule de nos jours. Une famille découvre Bréhat pour la première fois : le père Luigi Rocchi est restaurateur, la mère Marcelline est illustratrice et attend un enfant. Ils ont déjà un garçon, Nathan. En promenade, ils rencontrent Hervé, un cantonnier excentrique à la tenue de vieux loup de mer et peu avant sur le bateau Audrey Lesueur qui se révèle être leur voisine de gîte. Cette actrice amoureuse de l’île subit une carrière déclinante mais garde sa fierté. La maison suivante appartient à Tristan Lannoy. Ce parisien a fait fortune dans la lingerie et il en est fier. Il est le père célibataire de trois jeunes femmes. Joy, Kim, et Mel pimentent les journées de leurs voisins tout en se faisant haïr de tous les locaux. La richesse très affichée de cette famille déplaît aux îliens. De plus, sa première épouse, une Américaine, est décédée dans des circonstances inhabituelles. Il n’en faut pas plus pour faire de Lannoy le suspect numéro un. Tout au long de Cache-cache mortel à Bréhat, ces personnages se croisent et des secrets sortent au grand jour, parfois trop proches d’un téléfilm.

      Une découverte de BréhatUn mystère du passé à Bréhat

      Les deux artistes sont déjà auteurs de trois livres autour des îles bretonnes. Cache-cache mortel à Bréhat s’intéresse cette fois-ci à l’île de Bréhat. On peut la voir par les décors mais également en un bonus par un reportage photo de six pages autour des particularités de Bréhat. Les pas des personnages les conduisent dans les lieux remarquables de l’île : un moulin à marée, le sémaphore. Au fil des dialogues, l’enquête policière se mêle à un guide pour découvrir une île prisée par les stars depuis le XIXe siècle avec Pierre Loti, Paul Gauguin ou Emil Cioran. Un dîner est à la fois un moyen pour l’inspectrice de découvrir les contes et légendes de l’île et pour le lecteur de découvrir un historien local. Les voitures sont interdites mais un tracteur sert de bus pour arriver au gîte rural. On retrouve même les étapes sur la route pour s’y rendre.

      La description de trois maisons voisines est l’occasion de faire une sociologie de l’île : un gîte rural représentant le changement d’activité de l’île passant de l’agriculture au tourisme, une ferme avec toit en chaume qui sert de résidence secondaire et une villa moderniste avec piscine montrant l’embourgeoisement de Bréhat.

      Alors que l’été s’approche, Cache-cache mortel à Bréhat pourrait à la fois vous motiver à découvrir cette île pleine de mystères et vous inquiéter. Mais, rassurez-vous, le ou la coupable sera découvert à la toute fin du livre.

      D’autres chroniques sur le site vous présenteront des pays différents avec Redemption et La terre vagabonde.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité