More
    More

      Critique “Le Manoir Sheridan” aux éditions Glénat – Au-delà de la porte de Géhenne

      Le 9 juin dernier est paru dans la collection Vents d’Ouest des éditions Glénat La porte de Géhenne, premier tome du diptyque Le manoir Sheridan. Écrit par Jacques Lamontagne et illustré par Ma Yi, ce premier opus ouvre les portes du mystérieux manoir et d’un autre monde.

      Le manoir Sheridan, un refuge hospitalier

      Après un accident de traineau sur un lac gelé au Québec au début du XXème siècle, Daniel est sauvé par Mickhaï, l’impressionnant majordome des Sheridan. Le temps de sa convalescence, Daniel se voit offrir l’hospitalité par Angus Mac Mahon, le maître des lieux. Une seule obligation lui est imposée en contrepartie : ne pas se rendre dans l’aile ouest. Poussé par la curiosité, Daniel s’y aventure malgré tout et fait la rencontre de la belle Edana, nièce d’Angus victime de catalepsie. Sous le charme de la mystérieuse jeune femme, il est bien décidé à tout mettre en oeuvre pour la sortir de cet état. 

      Un conte fantastique

      La catalepsie de la belle Edana n’est pas due à une cause naturelle. C’est dans un autre monde, un monde parallèle peuplé de créatures cauchemardesques, que Daniel va devoir s’aventurer afin de sauver sa bien-aimée. L’histoire du Manoir Sheridan, passionnante et pleine de mystères, promet de belles aventures de chaque côté de la porte de Géhenne. Quant aux illustrations, elles sont à la hauteur de la magie du conte, sombres, fines, précises et envoûtantes. Les 56 pages de La porte de Géhenne sont parsemées de décors et paysages magnifiques et captivants.

      Des personnages intrigants

      Le manoir Sheridan n’est pas le seul sur lequel plane un mystère. Tous les personnages, y compris Daniel, recèlent leur part d’ombre et soulèvent des interrogations auxquelles ce premier tome ne répond que peu. Le traîneau conduit par Daniel contenait le butin obtenu suite au vol d’un magasin général. Mis à part cet élément et quelques flashbacks, l’identité du personnage principal reste bien intrigante. Ces secrets entourant les différents protagonistes entretiennent l’intérêt du lecteur bien après la fin du premier tome, non seulement pour l’intrigue principale mais aussi pour l’histoire personnelle des personnages croisés au fil de la visite du manoir.

      Le premier tome du Manoir Sheridan est une très belle réussite qui donne envie d’en découvrir davantage sur les secrets du manoir et de la porte de Géhenne.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité