Une exposition sur James Tissot à découvrir au musée d’Orsay

Le Musée d’Orsay accueille du 23 juin au 13 septembre une sublime exposition sur le célèbre peintre, James Tissot. L’occasion de visiter cette rétrospective ainsi que ce sublime musée tout l’été.

Qui est James Tissot ?

James Tissot, de son vrai nom Jacques Joseph Tissot, est né à Nantes en 1836. Son père possède un magasin de tissus et sa mère est modiste. Sa fascination pour les étoffes vient sûrement de cette atmosphère familiale.

Formé à l’École des Beaux-Arts de Paris, il deviendra l’ami d’Edgar Degas et de James Abbott McNeill Whistler. Sa carrière en France et en Angleterre fera de Monsieur Tissot un artiste majeur de la seconde moitié du XIXe siècle.

A la fin des années 1850, Tissot se forge une réputation à Paris, il est féru de l’art japonais dont il s’inspire pour ses toiles. Ses relations avec les cercles les plus influents sont aussi une source d’inspiration. Dans les années 1870, il s’installe à Londres, ville dans laquelle il continue de côtoyer la société mondaine.

En 1875, Tissot rencontre une Irlandaise divorcée, Kathleen Kelly, épouse Newton. Elle deviendra sa compagne et lui servira de muse dans un bon nombre de ses tableaux. Il la peint en particulier dans le jardin de sa charmante maison ou dans son salon japonais. Cette liaison assumée n’était pourtant pas conventionnelle pour l’époque. Le fait qu’ils ne se soient pas mariés était un fait choquant pour une grande partie des relations de Tissot. Cette jeune femme vivra à ses côtés jusqu’à sa mort due à la tuberculose, en

Les tableaux que l’on retrouve de Kathleen sont à l’image de sa santé déclinante. Au début radieuse, elle sera ensuite représentée avec un teint blanchâtre et affaiblie dans la fin de sa vie.

Ce drame sera la raison du départ de Tissot vers Paris. Après de nombreux voyages aux Etats-Unis, à Jérusalem ou encore au Japon, il décèdera en 1902.

Une exposition unique

L’exposition a pour titre L’Ambigu moderne et cela pour une raison bien précise. Ambigu car, comme le dit Cyrille Sciama, directeur général du musée des impressionnismes de Giverny, également commissaire de l’exposition :

« Il est inclassable, il est impressionniste et pas impressionniste, Il est très proche de Degas, mais il refuse d’exposer avec les impressionnistes ».

Un portrait de Tissot réalisé par Degas est d’ailleurs affiché au début de l’exposition. De quoi nous mettre tout de suite dans l’ambiance de l’époque.

Quant à la seconde partie du titre, Tissot est moderne, c’est un dandy. Selon Paul Perrin, conservateur au musée d’Orsay et co-commissaire de l’exposition :

« Il est moderne parce qu’il a compris que ses images pouvaient être reproduites. Le style même qu’il adopte, très lisible, très dessiné, efficace, va lui permettre de faire reproduire ses tableaux par la photographie, de les diffuser par la gravure, par le livre. »

L’exposition au Musée d’Orsay représente la première rétrospective consacrée entièrement à Tissot depuis celle de 1985 au Petit-Palais. Une large sélection de peintures y est exposée, dont L’apparition médiumnique. Œuvre très chère à Tissot puisqu’il représente la vision qu’il a eu lors d’une séance de spiritisme suite au décès de sa tendre Kathleen. Il est dit qu’il a vu apparaitre deux formes, celle d’un homme tenant une source de lumière éclairant la seconde forme, Kathleen Kelly.

L’apparition médiumnique, James Tissot

Une exposition à découvrir de toute urgence au Musée d’Orsay, du 23 juin au 13 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.