Critique «Les gens heureux lisent et boivent du café» d’Agnès Martin-Lugand : un roman léger et riche en émotions

En attendant le huitième roman de l’auteure à succès Agnès Martin-Lugand, la rédaction vous propose de (re)découvrir son premier roman qui a su séduire le cœur du public : Les gens heureux lisent et boivent du café.

Diane n’arrive pas à faire le deuil de son mari et de sa fille, morts subitement dans un accident routier. Elle aimerait être morte avec eux ce jour-là, mais la vie s’accroche à elle. Sur un coup de tête, désespérée et surtout obstinée à fuir la réalité ainsi que son entourage, elle va s’enfuir au fin fond de l’Irlande afin de se plonger dans l’isolation totale. Mais, la vie n’a pas dit son dernier mot…

Thématiques

Contrairement à ce que le titre du livre pourrait faire croire, ce livre traite de thématiques assez douloureuses et lourdes.

Deuil

Un des thèmes principaux du livre est le deuil. Diane, l’héroïne du livre, a perdu sa petite fille de six ans et son conjoint façon violente. Incapable d’avancer et d’affronter la vie, on la découvre dans une spirale auto destructrice, repliée sur elle-même et prisonnière des souvenirs du passé. Mais le lecteur comprends bien pourquoi elle n’arrive pas à avancer : la douleur la paralyse.

Au fur et à mesure que le livre progresse, le personnage fait ses étapes de deuil. Nous la découvrons dans un stade de dépression et de douleur où elle fuit l’acceptation. Agnès Martin-Lugand traite délicatement cette thématique, montrant que le deuil des êtres chers est difficile. Il semble insurmontable, mais avec les bonnes personnes autour de soi, on peut le faire.

Bien que le deuil ne soit pas le seul élément présent dans le livre, ni même mentionné explicitement, il est le fil conducteur de l’aventure irlandaise de Diane. Ce qui va la pousser dans des situations imprévues mais bénéfiques.

Redécouverte de soi

Un autre thème très important présent dans ce livre est la redécouverte de soi. Tandis qu’elle se réfugie dans un cottage en Irlande, Diane va être confrontée à elle-même… Mais aussi à son voisin exécrable Edward, ainsi qu’a sa sœur Judith et au vieux couple, Jack et Abby. On devine l’influence du métier d’Agnès Martin-Lugand (Psychologue) sur son style et sur le développement des personnages.

Chacun à sa manière va faire sortir les différentes facettes de la personnalité de Diane. Malpoli, agressif et solitaire, Edward va tout de suite mettre ses nerfs à vif. À travers leur mauvaise entente, Diane va retrouver son tempérament de feu et retrouver ses priorités. Jack et Abby traitent la française en amie. Leur gentillesse et leur discrétion vont renouer Diane avec le monde. L’espièglerie et la légèreté de Judith pousseront Diane à refaire surface dans le monde des vivants.

Toutes ces thématiques sont habilement et délicatement liées. Le résultat est une lecture fort délicieuse.

Les Gens Heureux Lisent et Boivent du Café

Première de couverture

Style 

Misant surtout sur le dialogue et des phrases courtes, le résultat est un roman léger, addictif et avec un très bon rythme. Le lecteur est tout de suite porté par les émotions de Diane et ne peut s’empêcher de les ressentir lui- même.

En utilisant la première personne et un langage courant, le lecteur se sent investi dans le livre. Il est témoin du conflit et de la douleur interne qui habitent Diane. Cette méthode d’écriture permet très facilement au lecteur d’établir des liens et s’attacher à ce personnage.

L’auteure traite les thématiques délicatement avec des pointes d’humour qui permettent de remonter le moral du lecteur et de démontrer que l’objectif est de vivre, pas juste survivre. On ne reste pas de marbre en lisant certains dialogues injectés d’humour ou d’ironie très française. L’humour n’est ni forcé ni déplacé. Au contraire, il est un remède efficace contre la dépression. La façon dont il est utilisé à travers le livre permet au lecteur de respirer avant de replonger dans l’histoire de Diane, sans pour autant casser le rythme établi.

Impressions Globales

Agnès Martin-Lugand nous offre des personnages attachants et une aventure sur la résilience humaine, sans pour autant tomber dans la mièvrerie ni les clichés. C’est une lecture simple et rapide, idéale pour faire passer le temps. Ce livre permet aux lecteurs de fuir en Irlande sans quitter le confort de leurs canapés et en leur permettant de déguster une bonne tasse de café.

Les gens heureux lisent et boivent du café est une oeuvre très agréable à lire. Les lecteurs seront séduits par le franc-parler et les diverses personnalités des personnages. Ce roman se lit rapidement et d’une traite avec un plaisir qui pousse le lecteur à en vouloir toujours plus.

Ce livre est disponible en version électronique et en librairie. Il a été publié en 2013 aux éditions Michel Lafon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.