[Critique] Une conception déjantée de La Beauté, Recherche et Développements

[Critique] Une conception déjantée de La Beauté, Recherche et Développements

Au Théâtre du Rond Point jusqu’au 21 novembre 2015 à 20h30, la pièce « Beauté, Recherche et Développements » est écrite et mise en scène par Florence Muller et Eric Verdin.

Deux guides conférencières, Brigitte et Nicole, nous proposent une visite guidée d’un parcours virtuel à la recherche de ce que représente la « Beauté ». Une comédie burlesque durant laquelle, les comédiennes, Florence Muller et Lila Redouane, porteront une réflexion singulière et rocambolesque de la Beauté et les représentations qui en découlent.

 

A la recherche de la « Beauté »

Brigitte et Nicole nous embarquent dans leur « parcours Beauté » à la recherche de ce qui pourrait la définir. Leurs observations nous invitent à nous interroger sur l’évolution de la nature humaine avec beaucoup d’humour décadent et sarcastique. Difficile de rester stoïque face au discours décousu de ces comédiennes dont les idées fusent ! Mais par moment, nous sommes pris d’émotion lorsqu’elles évoquent un fragment de leur histoire personnelle révélant une souffrance psychologique.

la-beaute-recherche-et-developpement-741663_w650
Florence Muller et Lila Redouane

A travers la mise en scène, nous percevons une certaine ardeur manifestée par une gestuelle très prononcée des comédiennes. Une influence marquée des auteurs par la « Commedia Dell’ Arte » dépeint des personnages hauts en couleurs. Vêtues d’une tenue semblable à celle des hôtesses de l’air et des mis bas, nous comprenons qu’il va falloir vigoureusement s’accrocher aux turbulences. D’ailleurs la chorégraphie de danse renforce l’esprit loufoque et nous donne l’impression de voyager dans un monde saugrenu. Il est plaisant de voir à quel point Florence Muller et Lila Redouane disposent des rôles avec punch et aisance. L’une impérieuse, l’autre complaisante, elles sont toutes les deux attachantes et en parfaite complémentarité. Brigitte commence une phrase, Nicole la termine. Elles se querellent, se réconcilient.

Nous sommes rapidement happés par le rythme effréné des séquences de danses, de dialogues, de monologues et de chants. On suit les deux conférencières, virevoltant d’une pièce à une autre, tantôt les pieds dans l’eau, tantôt sur une patinoire. D’une prairie à un précipice, la course poursuite semble parfois abracadabrante, presque ridicule. Il est parfois difficile d’imaginer les endroits qu’elles tentent de représenter. Probablement que le décor minimaliste contraste avec la richesse du texte. Cependant, la plongée dans cet univers absurde nous invite à cultiver notre imagination. Par ailleurs, il est amusant de deviner les deux guides marcher dans l’eau ou bien skier grâce à une bande sonore semblable à celle d’un cartoon.

 

Le développement de la « Beauté »

A travers les doutes et les espoirs de Brigitte et Nicole, nous saisissons le véritable propos de cette pièce qui ne se résume pas à un simple « parcours beauté » mais s’apparent davantage à une réflexion philosophique. Ces femmes moins bêtes qu’elles n’y paraissent nous surprennent en évoquant subtilement l’allégorie de la caverne de Platon. Souvenez-vous de vos cours de philo!

« On m’a conseillé de pratiquer une opération de chirurgie esthétique afin de rester jeune et belle » Florence Muller

La notion de la ‘’Beauté’’ est disloquée du fait des diktats esthétique qui nous gouvernent. C’est d’ailleurs cette recherche de la perfection qui incite nos deux conférencières à nous embarquer dans la Salle de Bain de Jouvence. Elles nous invitent à nous dévêtir afin de profiter des bienfaits du bassin, ce qui nous laisse un peu perplexe. C’est alors que Brigitte et Nicole se dénudent, révélant les parties de leurs corps stabilotées. Leurs imperfections ont été rafistolées. Une séquence qui fait échos à la comédienne, Florence Muller. En effet, lors d’une interview, elle confia qu’une personne lui aurait conseillé de pratiquer une opération de chirurgie esthétique afin de rester ‘’jeune et belle’’. Des critères qui, aujourd’hui, semblent indispensables à la longévité d’une carrière professionnelle. Funeste condition que d’être une femme !

Loin des critères physiques et des tendances actuelles, cette pièce des plus insolites nous rappelle que la beauté qui nous touche se présente sous la forme d’une émotion qui nous transcende. Un saisissement d’une intensité telle qu’elle nous transporte jusqu’à l’état de félicité. Ainsi, ce spectacle révèle une forme d’audace qu’il est réjouissant de découvrir. A la fois comique et poétique, toutes les sensibilités s’y retrouveront.

Quel est le plus beau jour de votre vie ?
Cette question m’a été posée sur un bout de papier distribué à l’entrée. Ce bref instant m’a incité à prendre le temps de me remémorer de la ‘’beauté’’ de ce délicieux moment. J’ose espérer qu’il en sera de même pour vous…

 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.