[Critique] Journal d’une femme de chambre A la Folie Théâtre

[Critique] Journal d’une femme de chambre A la Folie Théâtre

Il ne vous reste qu’un week end pour applaudir la merveilleuse Karine Ventalon Journal d’une femme de chambre. Cet incroyable seul en scène se joue A la folie théâtre jusqu’au samedi 4 mars 2017.

 

Journal d'une femme de chambre afficheJournal d’une femme de chambre : un texte engagé

En 1990, Octave Mirbeau livre un récit effronté. Dans son roman « Journal d’une femme de chambre », il donne la parole à une femme de basse condition. Lui même de naissance bourgeoise, il ironise sur les travers des maîtres vis à vis de leurs domestiques, à une époque très conservatrice et nationaliste. A la fois redouté et admiré, Mirbeau est un critique d’art, un écrivain qui ne manque pas d’audace. Par exemple,il dénonce les abus sexuels des prêtes sur des adolescents dans « Sébastien Roch » (1890) et accuse les institutions dans « Le Jardin des supplices » (1899), sévèrement jugées à la veille du procès Dreyfus. « Journal d’une femme de chambre » sort un an plus tard, mêlant l’art du récit, la précision et le vécu journalistique de l’auteur ainsi que les prémisses d’un nouveau penchant pour les formes théâtrales.

 

Une comédienne époustouflante

P’tit Molière de la meilleure comédienne bien mérité en 2015 pour ce rôle de jrpac-karine-176[9]Célestine : bonne à tout faire, tour à tour manipulatrice, dévouée, bafouée et amoureuse. Interprétant tous les rôles, Karine Ventalon, nous fait frémir, rire, pleurer. Le naturel de son jeu, doublé de sa folie, noircie le tableau de cette joli blonde aux mensurations parfaites pour lui donner davantage de profondeur, encore plus de chien. Pleine de générosité, Karine Ventalon nous fait oublier le monde extérieur et nous garde auprès d’elle tantôt complice, confident, témoin, voyeur, accusé, juge…

Des changements de personnage en un claquement de doigt passant d’une sensibilité à fleur de peau à une force assumée, à beaucoup d’humour, à une sensualité déroutante, à une élégante intelligence, à des mouvements calibrés et pleins. Un sans faute ! Bravo !

 

Une mise en scène sur le fil

La mise en scène se base sur une malle qui servira de table, de cercueil, de lit, de lavoir… même de malle parfois, laissant échapper quelques accessoires délicieusement choisis dans une parfaite cohérence avec le texte, la direction d’acteur et les costumes. Minimaliste, elle éveille l’imaginaire du spectateur et la liberté créatrice de la comédienne et du metteur en scène William Malatrat.

jrpac-karine-119[9]

 

Informations pratiques

Il ne vous reste que deux dates pour profiter du spectacle :

  • vendredi 3 mars 2017 à 19h30 
  • samedi 4 mars 2017 à 19h30

Journal d’une femme de chambre avec A la Folie Théâtre
6 rue de la Folie Méricourt – 75 011 Paris
01 42 55 14 80

 

Laissez votre commentaire