“Misery” par William Goldman : Un huis clos adapté de Stephen King

“Misery” par William Goldman : Un huis clos adapté de Stephen King

Jusqu’au 6 janvier 2019, le Théâtre Hébertot présente Misery, une pièce de William Goldman mise en scène par Daniel Benoin et adaptée en France par Viktor Lazlo.

Un roman à succès

Misery est l’adaptation théâtrale du roman du même nom, écrit par Stephen King en 1987. Misery est l’héroïne de la saga éponyme écrite par Paul, incarné par Francis Lombrail. Alors qu’il vient de finaliser l’écriture du 9ème tome de la célèbre saga, Paul est victime d’un grave accident de voiture. Il est alors recueilli par Annie, une infirmière qui se trouve être sa “fan n°1”. Jouée par Myriam Boyer, la jeune femme compte bien profiter le plus longtemps possible de la présence de son auteur préféré. Dans la maison isolée d’Annie, coupés du monde en raison de la tempête qui fait rage à l’extérieur, les deux personnages s’engagent dans un rapport de force à l’issue incertaine.

Un duo efficace

La pièce ne mettant en scène que les personnages de Paul et Annie, sa réussite repose notamment sur l’exploitation qui est faite de leurs personnalités et de leur relation. Myriam Boyer et Francis Lombrail incarnent à merveille leurs personnages et savent trouver le ton juste. La grande force de la pièce est sans conteste leur jeu d’acteur, qui mérite d’être salué. Myriam Boyer est à la fois attachante et terrifiante dans le rôle d’une Annie possessive et entêtée qui ne recule devant rien afin d’obtenir ce qu’elle veut. Francis Lombrail est drôle et intéressant dans de rôle de l’écrivain blessé qui cherche désespérément une issue à son cauchemar.

Une mise en scène décevante

L’organisation des décors est superbe et extrêmement bien pensée. Tout l’intérieur de la maison d’Annie tient sur la scène et réserve de nombreuses surprises. Néanmoins, l’exploitation qui en est faite est décevante car précipitée. Le concept, bien qu’original, laisse au spectateur un goût d’inachevé. La pièce est parsemée de nombreuses longueurs injustifiées. Les interludes vidéo auraient quant à eux mérité un contenu et des effets sonores plus recherchés. En leur état actuel, ils rompent davantage le rythme de la pièce qu’ils ne lui apportent de profondeur. Le thème abordé, l’intelligent et surprenant agencement du décor et le grand jeu d’acteur des comédiens auraient pu faire de Misery un spectacle incontournable.

La pièce Misery mérite avant tout d’être vue pour l’intéressante scénographie de Jean-Pierre Laporte et les performances remarquables de Myriam Boyer et Francis Lombrail.

Bande-annonce de Misery

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.