Le hikikomori sort de chez lui une pièce poignante de Hideto IWAI présentée à la Maison du Japon

Le hikikomori sort de chez lui une pièce poignante de Hideto IWAI présentée à la Maison du Japon

Le hikikomori sort de chez lui une pièce poignante de Hideto IWAI présentée à la Maison du Japon

Sujet

Acteurs

Personnages

Mise en scène

Summary:
Peu connu hors du Japon, le phénomène des hikikomori n’est que rarement traité ou même abordé d’un point de vue culturel. La pièce Le hikikomori sort de chez lui met ainsi en lumière un phénomène encore peu connu et mal compris en France. Saluons le travail de la MCJP qui fait découvrir au public français des pièces aussi engagées.

93%

Du 15 au 17 mars 2018, la maison de la culture du Japon à Paris présentait la pièce Le hikikomori sort de chez lui de Hideto Iwai. En deux heures, humour et drame alternent sur fond de critique sociale.

synopsis : 

Tarô n’est pas sorti de chez lui depuis 10 ans. Le jeune homme, aujourd’hui âgé de 23 ans, se sent étouffé par ses parents et est en proie à de violentes crises lorsqu’il les voit. Pendant plusieurs années, ils n’ont pas eu la possibilité de voir leur fils. Ils le prennent même pour un voleur lorsqu’il se présente à eux, les cheveux longs et vêtu d’un simple boxer ! Désespérés, ces derniers finissent par demander de l’aide à une association spécialisée dans les hikikomori. Mais le jeune homme ne l’entend pas de cette oreille.
Kazuo est également un hikikomori, mais il vit replié sur lui-même depuis 28 ans, au grand désespoir de son père. A force de patience et d’écoute des membres de l’association, il sort finalement de chez lui.
Enfin, Hideto Iwai interprète le rôle d’un ancien hikikomori. Il y a six ans, il est sorti de chez lui après 10 ans d’enfermement. Depuis, il travaille dans une association avec mademoiselle Kuroki pour aider les autres hikikomori à s’en sortir.

© Nobuhiko Hikichi

Un sujet surprenant et une interprétation poignante

Ces trois destins d’hikikomori se croisent et se choquent, incarnant chacun un pan d’un mal sociétal japonais.
En effet, loin d’être une particularité sociologique quelque peu folklorique, les hikikomori cristallisent le mal-être de l’individu face à une société ordonnée et rigide. Tarô a un sentiment d’étouffement alors que Kazuo, dans sa recherche de perfection, se bloque sur des hypothèses.

Le hikikomori sort de chez lui est une pièce parfois drôle, parfois triste et souvent grinçante. Au travers du prisme de ces trois personnalités, c’est la honte et la souffrance des familles qui sont soulignées, tout comme la peur et le rejet physique d’une société rigide et cadrée où l’individu est nié et où le paraître social est primordial. On s’étonne à se prendre de passion pour ces personnages très complexes que l’auteur arrive à rendre finalement très humains et pleins d’humour. On plonge littéralement dans leur quotidien pour découvrir petit à petit les raisons de leur détresse, mais sans jamais les plaindre. Au contraire, l’auteur réussit à nous insuffler l’envie d’en découvrir plus sur la complexité psychologique de ces personnages grâce à l’humour omniprésent des scénettes, des dialogues et des situations farfelues typiques de l’humour japonais.

© Nobuhiko Hikichi

Une mise en scène originale

La mise en scène est particulièrement intelligente. En effet, le décor se compose d’une structure en forme de carré sur laquelle les acteurs peuvent se mouvoir afin de simuler leur déplacement d’un endroit à un autre de la ville ou jouer la transition d’une scène à une autre. Ce décor carré dessine les contours de la pièce, mais renvoie tout particulièrement à l’espace de la chambre d’un hikikomori. Un espace où l’entropie et l’ordre se livrent un combat, tout comme les reformulations incessantes des décors tout au long de la pièce…

Durant deux heures, les scènes s’enchaînent sans que l’on ne s’aperçoive des transitions. Tout se fait en douceur, l’œil est attiré sur un personnage précis alors que les autres modifient en cachette le reste des décors. On s’étonne à certains moments du changement physique de plusieurs acteurs ou des décors. Alors qu’à d’autres moments, les transitions se font au beau milieu d’un texte ! Du grand art de mise en scène !

Les personnages courent dans tous les sens, poussent les tables et les chaises pour créer de nouvelles scénettes, sortent des accessoires d’on ne sait où pour sans cesse surprendre le public. On rigole, on est pris aux tripes, on se focalise sur ces récits dont on ressent la force autobiographique, on en ressort bouleversé, avec pleins de questions en tête !

Ecrire une pièce sur un sujet sociétal aussi difficile à cerner ne pouvait venir que d’un ancien hikikomori. Hideto IWAI est un auteur qui traite dans sa pièce d’un problème dont il a lui-même fait l’expérience. Ce sont ces éléments autobiographiques qui donnent à la pièce sa justesse et son impact émotionnel. Cette pièce en particulier a un lien avec la première qu’il ait écrit Hikky Cancun Tornade où l’on retrouve l’ancien hikikomori fan de catch.

© Nobuhiko Hikichi

Peu connu hors du Japon, le phénomène des hikikomori n’est que rarement traité ou même abordé d’un point de vue culturel. La pièce Le hikikomori sort de chez lui met ainsi en lumière un phénomène encore peu connu et mal compris en France. Saluons le travail de la MCJP qui fait découvrir au public français des pièces aussi engagées.

Laissez votre commentaire