The Big Bang Theory : 3 bonnes raisons de regarder la saison 9

The Big Bang Theory : 3 bonnes raisons de regarder la saison 9

Alors que CBS diffuse actuellement la onzième saison de The Big Bang Theory, nous avons revu pour vous la saison 9 de la sitcom la plus regardée Outre-Atlantique. Pourquoi celle-là en particulier ? Nous vous en dévoilons les raisons…

Depuis 2007, année de son lancement, The Big Bang Theory ne cesse de s’affirmer comme étant l’une des sitcoms les plus regardées actuellement sur le petit écran. Au-delà de ses audiences stratosphériques saison après saison, le casting tout comme les intrigues restent solides. Étant un inconditionnel de la sitcom, j’ai essayé de rester le plus objectif possible face à un dilemme de taille : quelle est la meilleure saison de la série à ce jour hormis la onzième qui est encore en cours de diffusion ? «  Après avoir visionné plusieurs épisodes, on est arrivé à la conclusion que la saison 9 sort véritablement du lot. Pourquoi cela ? 

1 – Jim Parsons alias Sheldon Cooper est au sommet de son art ! 

Cela peut paraître aberrant pour certains inconditionnels de la série, mais il s’avère que le personnage de Sheldon Cooper n’est pas connu de tous au vu des discussions qu’on peut avoir parfois. Alors si vous êtes dans cette situation, pas de panique, vous n’êtes pas un cas désespéré. Sheldon Cooper, c’est le physicien théoricien surdoué originaire du Texas qui est en collocation avec celui qui deviendra par la suite son meilleur ami, Leonard. Pour faire simple, c’est celui qui est le moins ouvert socialement au sein de la bande. Le mec bizarre et barbant avec qui personne ne veut être ami, c’est bien lui ! Il nous est arrivé de tirer la sonnette d’alarme à l’issue de la saison 8 quant à la monotonie des personnages, en particulier celui incarné par l’acteur Jim Parsons. La saison 9 est repartie sur de très bonnes bases en accordant un peu plus de poids à son personnage central. Disposer de plus de liberté de parole lui permet d’exprimer au mieux son talent. 

 

2 – L’émancipation des personnages secondaires

C’était l’une des critiques faites à la série : le faible temps accordé aux personnages secondaires au cours des épisodes. Certes, ils sont présents en faisant deux, trois blagues, parfois drôles. Et c’est dommage, car certain(e)s d’entre eux ont du potentiel pour prétendre à plus de répliques. Grâce soit rendue au ciel puisque les scénaristes du show l’ont compris et ont donc rectifié le tir. Amy (Mayim Bialik) et Raj (Kunal Nayyar) en sont les principaux bénéficiaires. La première, qui s’était déjà faite remarquer grâce à une nomination aux Emmy Awards, la plus prestigieuse cérémonie de l’univers du petit écran dans la catégorie meilleure actrice de second rôle, a plus que confirmé ce statut durant la saison 9. Son duo qu’elle forme avec Sheldon Cooper fonctionne à merveille. Le second, longtemps laissé de côté retrouve un peu plus de lumière. Et de quelle manière ! Ses relations amoureuses avec deux femmes lui obligent à faire un peu plus de l’ombre à certains protagonistes, voire même à ceux qui sont habitués à jouer les premiers rôles (pas vrai Leonard ?)

3 – L’humour est au rendez-vous lors de chaque épisode, croyez-nous ! 

Il existe ces séries où l’on vous fait la promesse de passer un bon moment devant. Mais avec The Big Bang Theory, c’est la garantie de passer un « excellent » momen. Il ne s’agit pas de se moquer de certaines traits de personnalités des personnages, mais plutôt de rigoler avec eux ! Une fois que cela est intégré, tout devient beaucoup plus facile. Chaque épisode de cette saison 9 a son caractère unique. En particulier le season finale (épisode 24) où Leonard décide d’inviter son père en même temps que sa mère pour assister à une petite cérémonie à l’occasion de leur mariage en secret à Las Vegas. Les événements prennent des tournures inattendues et loufoques. 

Retrouvez notre critique de la saison 9. 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.