Critique «Big Mouth» S2 (Netflix): La valse des hormones continue

Critique «Big Mouth» S2 (Netflix): La valse des hormones continue

Critique «Big Mouth» S2 (Netflix): La valse des hormones continue

Graphismes

Réalisme

Personnages

Scénario

Bande son

Summary:
Quand une fille de la classe a des seins, elle ne passe pas inaperçue. Nos personnages pervers ou jaloux perdent leurs moyens. Les tourments adolescents reviennent dans cette seconde saison sans décevoir le spectateur. De nouveaux thèmes sont abordés avec humour et une dose de réalité.

78%

Drôlement réaliste

Big Mouth fête son grand retour sur Netflix. La saison 2 de la série animée a été diffusée dans son intégralité le vendredi 5 octobre. Pendant 10 épisodes, la puberté va continuer à tracasser nos amis adolescents.

Pendant que Jessi fugue avec Jay, Nick voit ses premiers poils pubiens pousser après avoir sauvé Adrew du Porn-ivers. La saison 1 se termine laissant le spectateur dans l’attente des nouvelles aventures. Dans la saison 2, Nick Kroll et Andrew Goldberg, les réalisateurs de Big Mouth répondent aux attentes des fans de la série en explorant encore plus l’univers adolescent. Drogues, explorations sexuelles, honte et dépression peignent une image réaliste de la vie des teenagers. 

Plus de sentiments, plus de monstres 

La deuxième saison de la série présente de nouveaux personnages. Lorsque l’on est adolescent, on a besoin de se sentir «comme tout le monde». Si quelque chose ne rentre pas dans la norme, on se demande si l’on est normal. A cet âge là, il est difficile de se faire accepter et il est impératif de rentrer dans le moule. Dans ces moments apparaît le Sorcier de la Honte. Il pousse les ados à des actions regrettables. Un personnage antipathique mais tout autant doté de sentiments, son but est de rendre les protagonistes de meilleures personnes. Combattre la honte n’a jamais été simple, mais Big Mouth tente une approche humoristique et humaine. La série rassure et réconforte ceux qui s’identifient à ces moments. 

Au delà de la honte d’autres sentiments sont explorés. L’invincibilité, la tristesse, la dépression… Il est difficile de représenter ce dernier sans un certain back ground. La dépression ne vient jamais seule. Elle est le point culminant de tout un processus. Big Mouth réussit à transmettre ce sentiment de solitude et d’abandon avec brio. La personnification de la dépression en un nouveau monstre est très réaliste. Sans spoiler la suite, on vous laisse découvrir les personnages par vous même.

Aborder des thèmes sensibles

Pas de déception dans les épisodes «leçons» de la saison. Dans la saison 1, Big Mouth mettait en garde contre le «pushing» dans les relations ou contre l’overdose de la pornographie. Cette fois-ci la série explique en détails le rôle du planning familial en démontant les préjugés. Avec humour, elle aborde le thèmes des contraceptifs et des «Fake News» sur les MST. Pour la première fois, on touche au thème de la drogue. Nos héros découvrent des substances illicites. Leur usage pousse à la réflexion: comment les consommer ? Dans quelles circonstances ? Avec qui ? Les solutions sont apportées toujours avec un second degrés. 

Grande nouveauté dans cette saison, on aborde sans gêne le changement physique des filles. Jusque là, la série s’est beaucoup concentrée sur les évolutions physiques des garçons (poils, taille…). Maintenant c’est au tour des filles d’y passer. L’apparition des seins, sujet qui à cet âge peut en complexer plus d’une, est traité de façon très pertinente. Plusieurs points de vue s’entrechoquent: la réaction perverse des garçons, la jalousie de certaines filles, comment la fille en question réagit… Les réalisateurs ont dressé le panel complet des réactions qu’il pourrait y avoir dans ce genre de situation. Les personnages réussissent à sortir des situations gênantes et à y mettre fin. 

La saison 2 est une réussite pour Big Mouth. La série rappelle aux adultes tous les moments gênants vécus il n’y a pas si longtemps que ça. Les sujets importants et délicats sont traités de manière pertinente sans tomber dans les clichés. Nick Kroll et Andrew Goldberg jouent avec nos propres souvenirs et notre passé adolescent. Avec une dose de second degré les problèmes les plus terribles des petits personnages deviennent relatifs. La troisième saison est attendue avec impatience. 

 

Bande Annonce Big Mouth Saison 2 :

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.