Retour sur la soirée Bobbypills au Max Linder

Retour sur la soirée Bobbypills au Max Linder

Bobbypills, studio d’animation qui se spécialise dans l’animation jeune adulte, est né d’une collaboration entre David Alric de Bobbyprod (les Kassos, Lastman, Monsieur Flap) et la plateforme SVOD Blackpills il y a maintenant 1 an, et quoi de mieux pour fêter ce premier anniversaire qu’une soirée spéciale ? Retour sur cet événement organisé par le PIFF qui était forcément interdit aux enfants de moins de 18 ans.

Étaient présent pour l’occasion Davil Alric (producteur), Balak (Vermin et Peepoodoo & the Super Fuck Friends), Jérémie Périn (Crisis Jung), Baptiste Gaubert (Crisis Jung), Jérémie Hoarau (Crisis Jung), Laurent Sarfati (Crisis Jung), Alexis Beaumont (Vermin), Philippe Monthaye (compositeur), Jeanne Chartier (voix), Brigitte Lecordier (voix) et Marc Aguesse.

On commence la soirée avec trois épisodes de Peepoodoo & the Super Fuck Friends créée par Balak et par l’équipe de Monsieur Flap. Série qui explore sans tabous sur 18 épisodes, la sexualité de manière positive et sans retenue, sous toutes ses formes ignorant totalement les préjugés que l’on peut avoir et aboutissant à un unique but : la tolérance.
Diffusion prévue cet été sur Blackpills (dans les environs de mi-juillet).

Nous poursuivons ensuite avec l’intégrale de la série Vermin (anciennement Chmite, de 10 épisodes de 7 min reprenant les codes sitcomesques américains) créée par l’équipe des Kassos dont on reconnait le trait, est déjà en diffusion sur Blackpills depuis avril dernier en français, anglais et espagnol.
Vermin narre « l’histoire d’une mante religieuse mâle, qui part à la ville pour devenir flic et qui va en chier beaucoup. C’est un peu comme Zootopia mais sans la tolérance ».
Une saison deux a été annoncée lors de l’événement.

Après l’entracte nous retrouvons trois nouveaux épisodes de la magnifique série Peepoodoo & the Super Fuck Friends.
En tendant l’oreille on reconnaitra la voix de Vincent Ropion (Nicky Larson), de Jeanne Chartier (les Kassos) et de Brigitte Lecordier, célèbre Seiyû (comédien de doublage) ayant prêté sa voix à Bouba, Bouli, Oui-Oui ou encore un certain San Goku. De quoi bien nous brouiller notre enfance dans la bonne humeur.

Et nous terminons avec Crisis Jung réalisé par l’équipe de Lastman dont on reconnait le style, qui se déroule sur 10 épisodes de 6 min. Jamais encore diffusé, ce qui en fait une exclusivité mondiale.
On pourrait difficilement décrire la série mais on s’en rapprocherait en parlant d’une œuvre psychanalytique qui traite de l’amour et de la paix dans un monde post-apocalyptique et transgenre, comme si Ken le survivant allait voir un psy, en reprenant les codes de l’animation japonaise. Jérémie Périn (co-créateur de la série) ajoutant même que c’est « du gros n’importe quoi dans le sens positif du terme ».
Diffusion prévue cet été sur Blackpills (dans les environs de fin juillet début août).

Cet événement affiché complet démontre bien qu’il y a un public pour l’animation adulte et que la France, qui fournit les meilleures formations et qui est le 3ème plus gros exportateur d’animation du monde tout format confondu (derrière les USA et le Japon), peut rentrer dans le game malgré la prochaine fermeture de France 4. La soirée montre aussi que l’animation peut être variée, intelligente et créative, qu’elle n’est donc pas seulement réservée aux enfant et que tout le monde peut trouver chaussure à son pied.
Pour finir, je vous conseille ce BOBBY Blah-Blah de la team Bobbypills qui traite dans ce premier numéro de… l’animation adulte bien sûr.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.