Critique « RISE » : la nouvelle série musicale de NBC

Critique « RISE » : la nouvelle série musicale de NBC

Critique « RISE » : la nouvelle série musicale de NBC

Scénario

Casting

Réalisation

Summary:
Rise, la nouvelle série musicale dramatique de NBC.

70%

Bien!

Diffusée depuis le 13 mars dernier sur NBC, RISE, est LA nouvelle série musicale du moment. Créée par Jason Katims, à qui l’on doit aussi Roswell, cette série dramatique suit le quotidien du lycée de Stanton, qui sera bouleversé suite au remaniement du département théâtre.

 Attention: SPOILERS dans l’article.

Le pitch de départ

La série se déroule en Pennsylvanie, dans le lycée populaire : « Stanton High ». Lou Mazzuchelli, un professeur de littérature dévoué, a pour mission de relancer le département théâtre du lycée avant que celui-ci ne disparaisse. Pour cela il décide de monter la célèbre comédie musicale « Spring Awakening » (L’éveil du printemps), qui aborde le sujet de la découverte de la sexualité chez les adolescents. Ce choix de comédie musicale ainsi que celui des membres de la troupe, ne seront pas sans conséquences et bouleverseront la vie du lycée et de la communauté de Stanton.

La série s’inspire du livre de Michael Sokolove intitulé « Drama High ». Le livre conte l’histoire vraie du professeur Lou Volpe et du programme d’arts dramatiques qu’il a développé au lycée Harry S. Truman en Pennsylvanie.

 

Un casting frais et bourré de talents

Parmi les acteurs principaux de la série on retrouve tout d’abord Josh Radnor a.k.a Ted Mosby dans How I Met Your Mother. Il fait son grand retour sur le petit écran dans le rôle de Lou Mazzuchelli, professeur de littérature et père de famille dévoué qui souhaite avoir un réel impact dans la vie de ses élèves avec sa production de « Spring Awakening ».

Marley Shelton, aperçue dans Mad Men, joue le rôle de sa femme dans la série – Gail Mazzuchelli – également professeure. Et Rosie Perez celui de Tracey Wolfe, autre professeure de Stanton High qui aurait dû recevoir la direction du département théâtre mais qui va devoir se contenter d’assister Lou dans sa mission. Rosie est notamment connu pour son rôle dans le film Etat Second qui lui avait valu une nomination aux Oscars en 1994.  

Auli’i Cravalho interprète le rôle de Lilette Suarez, une jeune lycéenne discrète qui rêve d’une vie meilleure que celle de sa mère et qui obtient l’un des rôles titres de la comédie musicale. Vous n’avez peut-être jamais vu Auli’i à l’écran, mais avez surement déjà entendu sa merveilleuse voix car c’est elle interprète le personnage de « Vaiana » dans la version originale du film (« Moana ») et qui interprète le titre « How Far I’ll go ».

A ses côtés, on retrouve Damon J. Gillespie qui joue Robbie Thorne, le quaterback adulé de l’équipe de football américain du lycée qui se voit forcé d’intégrer la troupe avant d’y trouver un réel intérêt.

Egalement au casting, Amy Forsyth, elle joue Gwen Strickland, la fille du coach habituée aux premiers rôles dans les productions du lycée mais qui va devoir se faire à l’arrivée de Lilette. Vous avez pu voir l’actrice dans les séries The Path, Channel Zero et Defiance.

 

On aperçoit aussi dans la série : Shannon Purser, dans le rôle d’Annabelle, que l’on connaît maintenant très bien pour avoir incarné les rôles de Barb(ara) Holland dans Stranger Things et d’Ethel Muggs dans Riverdale.

 

Un ensemble d’acteurs plus ou moins connus, qui apporte une vague de fraicheur à l’écran. Auli’i, Damon, Amy ainsi que Ted Sutherland (qui joue le talentueux Simon Saunders) sont les « voix » principales de la série et nous montrent dès les premiers épisodes qu’ils savent chanter et qu’ils ont mérité leur place dans Rise.

 

Une série entre GLEE et FRIDAY NIGHT LIGHTS ?

 

Avant sa sortie, la série a beaucoup été comparée à Glee, la série de Ryan Murphy et Brad Falchuk qui a lancé Léa Michele et à Friday Night Lights la série de Peter Berg avec Kyle Chandler. En effet, on retrouve dans le scénario quelques similitudes avec Glee : un professeur (Lou) qui tente de relancer le département théâtre du lycée ; un quaterback (Robbie) qui a plus à partager que son excellente performance sportive et qui pourrait vivre une histoire romantique avec sa partenaire dans la troupe (Lilette) ; des personnages parfois mal dans leur peau, qui vont pouvoir s’affirmer grâce à leur expérience dans la troupe. Et c’est dans la manière dont Rise est réalisée et filmée que l’on peut y voir un parallèle avec Friday Night Lights. Le créateur de Rise, Jason Katims, a d’ailleurs également travaillé sur FNL.

Vous retrouverez donc un peu de ces deux séries dans Rise, mais elle arrive tout de même à s’en distinguer. La série a un ton plus dramatique et beaucoup moins loufoque que Glee. Par ailleurs, ne vous attendez pas à ce que les membres de la troupe de Rise entonnent les derniers hits musicaux à la mode. Les chansons sont surtout celles de la comédie musicale « Spring Awakening » et sont chantées sur la scène de la salle de spectacle du lycée. De plus, les membres du Glee club avaient mis un certain temps avant de vraiment s’accepter les uns les autres, alors que dans Rise, les lycéens semblent former un groupe uni dès la fin du premier épisode. Et contrairement à Friday Night Lights, le football américain, bien que sujet important de la série, n’est pas au centre de l’histoire.

 

Un début de saison très satisfaisant 

La saison 1 devrait compter 10 épisodes. Le premier épisode donne très vite une vue d’ensemble sur les vies des personnages et leurs statuts. On s’attache rapidement à certains d’entre eux, notamment Simon Saunders et Maashous Evers. Le premier dans son conflit entre son envie de faire le spectacle et son devoir envers sa famille ; le second lorsque l’on découvre qu’il vit secrètement dans le lycée pour éviter sa famille d’accueil. Mais ce premier épisode évolue un peu trop rapidement, et dès la fin de l’épisode, toute la troupe est déjà soudée derrière Lou, les répétitions sont déjà bien entamées et le spectacle est en route. Les menaces qui se présenteront à la troupe sont pour la plupart déjà bien identifiées (le coach, le problème du budget, les parents qui sont contre la comédie musicale choisie etc.) et se confirment dès les épisodes 2 et 3. On s’attend presque à voir la première représentation dès la fin de l’épisode. 

Et on peut tout de même noter qu’il y a quelques clichés dans les profils de certains personnages (tel que Gordy, le fils de Lou) et dans l’histoire de la série.

Néanmoins, on apprécie les ‘chanteurs’ de la série et leur véritable talent ainsi que la bande-son de la série qui est très agréable (et qui a également un petit côté Friday Night Lights). Les acteurs de la série sont à la hauteur de leurs rôles et nous donnent envie de continuer à la regarder pour voir évoluer les personnages et leurs relations. C’est donc un début très satisfaisant et prometteur si vous voulez regarder une série musicale divertissante et dramatique. On espère que la suite de la saison apportera quelques rebondissements inattendus.

A suivre jusqu’au bout !

 

Bande-annonce de la saison 1 de RISE :

Laissez votre commentaire