Critique « Désenchantée » : la nouvelle série de Matt Groening, le créateur de Les Simpson

Critique « Désenchantée » : la nouvelle série de Matt Groening, le créateur de Les Simpson

Note

Critique « Désenchantée » : la nouvelle série de Matt Groening, le créateur de Les Simpson

Animation

Histoire

Personnages

Humour

Summary:
Efficace à défaut d'être originale

65%

User Rating: 0 (0 votes)

Faut-il vraiment présenter encore une fois Matt Groening. Cet américain, roi de la série animée, est le créateur de Futurama, mais surtout de Les Simpson. Cette chronique caricaturale de la famille américaine en est aujourd’hui à presque trente saisons et ne cesse de trouver encore et toujours son public à tel point qu’il s’agit, sans doute, de la série animée pour adultes la plus célèbre de tous les temps. Bref, Matt Groening est de retour sur Netflix avec Désenchantée, sa nouvelle série qui prend place au moyen-âge.

Il faut laisser du temps à cette série


Beaucoup ont discrédité cette nouvelle série de Matt Groening. Certes le show n’est pas parfait et bon nombre d’arguments négatifs sont vérifiables. Les personnages manquent effectivement, parfois, de consistance. Ce ne sont encore que des silhouettes des personnages futurs qui se dessinent. Ainsi, cette première saison de Désenchantée ne met pas énormément de personnages secondaires en avant et préfère se concentrer sur sa protagoniste : Bean. Un personnage attachant, féminin, aventurière, mais pas forcément très drôle. C’est le parfait mélange entre Lisa et Bart, la sagesse de la première et la fougue du second. Il y a également le petit Elfo, véritable héros de cette première saison, ce petit bisounours est très attachant et permet quelques bons moments humoristiques grâce à sa naïveté et son décalage par rapport aux mondes des humains. En plus, Matt Groening lui réserve un destin final inattendu. Et enfin le troisième luron est ce petit diablotin, ressort humoristique intéressant, ce chat aux yeux du reste du monde séduit par son cynisme permanent. Pour autant ce personnage reste sommairement basique et aurait pu atteindre une profondeur mystique à peine effleurée. Après tout il s’agit bien d’un démon, et son univers mystérieux aurait apporté un plus certains à la série. De même, sa force reste inconnue, et ses pouvoirs simplistes. On attendait davantage de ce personnage qui aurait pu entrer au panthéon des démons animés dominé par le psychopathe Mr Pickles. Malheureusement Luci reste au second plan, ne développe pas encore tous ses mystères et demeure un personnage qui manque d’exploitation malgré son potentiel sans limite. Bref, toute cette histoire se met timidement en place et pourrait trouver toute son identité à travers ses protagonistes.

Des épisodes qui se ressemblent 


Malgré l’époque mise en avant : le Moyen-Âge, l’imagination de Matt Groening a ses limites. Après la famille américaine et la galaxie entière, le créateur s’attaque à la magie, aux démons, aux dragons et à tout l’univers héroic fantaisy. Pour autant, à part quelques magiciens, une géante et des elfes, Désenchantée manque de créatures mythologiques et légendaires. Matt Groening manque également d’idées de transitions. A part ce plan récurant sur le château et sa chute d’eau, Matt Groening ne se prend pas la tête avec des idées de transitions ou de mises en scène. Il se contente du stricte minimum. De même les scénarii des différents épisodes reste assez sommaires, répétitifs et manquent de renouvellement. A part l’épisode final qui porte son courage à deux mains et offre une conclusion inattendue, Matt Groening ne surprend pas vraiment son public et se contente des ressorts classiques du genre : comique de situation, romance impossible, intrigue cousue de fil blanc. Bref, Désenchantée n’est pas ennuyeux, ni même de mauvaise qualité, mais demeure malheureusement une série lambda. Le show trouve son rythme de croisière, plutôt tranquille, et défile ses épisodes sans réel rebondissement, sauf à la toute fin encore une fois. Les épisodes se succèdent dans une intrigue globale ponctuée de sous intrigues épisodiques. Malheureusement, cette intrigue centrale manque de panache et de surprises. Les rebondissements et différents twists sont attendus et ne son pas inoubliables. Matt Groening s’éloigne du format classique de Les Simpson et Futurama d’épisode par épisode pour offrir une intrigue étendue sur une saison entière. A la manière de Tray Parker et Matt Stone chez South Park, Matt Groening veut réaliser sa série entière et ne plus se contenter d’épisode. 

Finalement, il faut laisser sa chance à Désenchantée qui n’a effleuré que le verni de son potentiel. Les personnages demeurent attachants et l’univers séduisant, mais Matt Groening va devoir accélérer son rythme et sa capacité à nous faire rire pour totalement convaincre…

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.