Sherlock est de retour en petite forme au 221b Baker Street

Sherlock est de retour en petite forme au 221b Baker Street

Sherlock est de retour en petite forme au 221b Baker Street

Scénario

Acteurs

Réalisation

Summary:
L'épisode a un rythme inégal et malgré un final émouvant, on est loin du niveau atteint dans les épisodes précédents. Les vieux trucs ne marchent plus.

63%

On en voulait plus !

Sherlock a le don de frustrer ses fans. 3 (petites) saisons de 3 épisodes et 3 ans d’attente depuis ces mots de Moriarty : « Miss me ? » On avait certes eu droit à l’excellent Abominable Bride l’an dernier, il nous avait juste rendu encore plus impatient pour ce onzième épisode. Et c’est plutôt une déception, car il nous avait habitué à bien mieux…

 

Attention, l’article contiendra des spoilers importants, assurez-vous d’être à jour avant de lire !

 

sherlock-saison-4-bebe

Mais qu’est-il arrivé à notre Sherlock favori ? Il cabotine, il se trompe, il a des sentiments (!), il n’obéit pas qu’à la logique ! Pire : il nous ressort tous les vieux tours des premiers épisodes et la magie n’opère plus

 

Un rythme inégal

mv5bmtk3otc4nte1of5bml5banbnxkftztgwmteyodq0ote-_v1_uy268_cr900182268_al_

L’épisode se met en place très lentement. Sherlock joue, se moque de son frère. Rien d’inhabituel mais le ton est différent de celui auquel on était habitué. Sherlock est enfantin, et franchement énervant (alors qu’on l’aimait agaçant). Plus l’épisode avance, plus on a l’impression qu’il perd pied. Alors oui, il résout de nombreuses énigmes avec brio (même si la plupart sont suggérées et non mises en scènes) mais il s’égare dans son obsession pour Moriarty. Il le voit partout, imagine que chaque piste mène à lui. C’est dommage parce qu’on pensait que les événements de l’épisode de Noël l’avait fait mûrir et passer ce traumatisme. 

L’épisode s’accélère dans son dernier acte, les événements se précipitent mais on n’en comprend pas toujours l’importance. On est choqué et bouleversé par les dernières scènes. Car on ne les a pas vu venir et elles sont puissantes. 

 

On renomme la série Famille Watson

Heureusement, plus l’épisode avance, plus les autres personnages prennent de l’épaisseur. Mary et John sont passionnants à la fois dans leur rôle de parents de la petite Rosamund Mary et dans leurs secrets respectifs. Mary avait encore de nombreux secrets à livrer et son passé la rattrape

screen_shot_2017_01_01_at_3-27-40_pm-0

Elle part dans une fuite autour du monde afin de protéger son mari et sa fille (et on la sait capable de réussir). Sherlock et Watson parviennent à la retrouver avec une facilité décevante (une puce GPS ?!) réduisant en quelques secondes ses efforts à zéro. De retour à Londres, Sherlock piège la secrétaire de Lady Smallwood qui faisait chanter le groupe de mercenaires dont Mary était membre. Malgré les avertissements de John, il la ridiculise. Énervée et n’ayant plus rien à perdre, elle tire sur Sherlock et Mary se jette pour le protéger. Elle succombe rapidement à sa blessure laissant son mari brisé.

La mort de Mary est inattendue et laisse un arrière goût de gâchis. On la sait extrêmement douée, sa mort paraît trop facile. La réaction de Watson nous brise le cœur. On a pu voir dans l’épisode qu’il doutait de sa relation avec Mary, il était attiré par la mystérieuse E, une jeune femme rencontrée dans le bus. Mais malgré tout, il reste fidèle à sa femme, à sa famille. On sent réellement sa douleur lorsque cette image se brise. Sa rancœur pour Sherlock est très forte. Il pensait réellement que son ami tiendrait sa parole et les protégeraient. Il n’a plus confiance et on imagine facilement que cela va durer. Le duo devenu trio n’est maintenant plus rien. On imagine que Sherlock aura fort à faire pour accomplir le dernier vœu de Mary : sauver Watson

 

Et Moriarty ?

Moriarty c’est LE méchant de Sherlock. LE génie machiavélique, SA némésis. C’est son apparition à la fin de His Last Vow qui nous avait tenus en haleine pendant ces trois longues années. The Abominable Bride étant aussi passé par là, l’impatience était à son comble et … Rien ! Moriarty n’est qu’une ombre qui plane toujours dans l’esprit de Sherlock. Aucun autre élément ne vient expliquer ce mystérieux message et chaque fois que Sherlock pense avoir une piste, elle mène finalement à autre chose. On imagine que « Miss me ? » sera une sorte de fil rouge que l’on retrouvera dans les deux prochains épisodes.

 

Le trailer pour « The Lying Detective » est déjà sorti et il est glaçant. On découvre l’acteur Toby Jones, carrément flippant dans son rôle de méchant de cette saison. Au final, on ne sait pas si on doit être impatient pour la suite de la saison.

screen_shot_2017_01_01_at_3-23-43_pm

Leave a Comment