Pastel : le nouveau clip dessins animés de Odezenne place la barre très haut

Pastel : le nouveau clip dessins animés de Odezenne place la barre très haut

Bercée par la sortie des albums de Odezenne (Au Baccara dans les bacs depuis le 12 octobre), Lomepal, Columbine, Georgio, Scylla… 2018 s’est dessinée comme l’année du rap français. Et on l’annonce tout de suite, Au Baccara prend la tête de file des perles du genre. Aujourd’hui, c’est le clip de Pastel, partagé sur les médias le 14 novembre que l’on décortique. Au programme, de l’inventivité, de l’ingéniosité… et une bonne dose de magie!

Un clip atypique en dessins animés

Après Bébé, Odezenne propose un nouveau clip en dessins animés. Pourtant, l’univers choisit dénote complètement du style fou et épris de couleurs Pop art de Bébé.  

Le clip de Pastel jouit d’une sophistication rare. L’intérêt se loge dans les détails. Statut de femme, statuts de petits soldats…, les rappeurs convoquent aussi bien des symboles érotiques qu’issus du domaine du rêve et de l’enfance (parfois du trip, comme ces arbres qui poussent alors que le protagoniste roule).

Voyage initiatique, pur trip, ou les deux?

Tout commence lorsque, au milieu du désert, un homme munit d’une seule chaussure et qui ressemble étrangement à une pomme de terre se réveille, et commence à rouler. Ensuite, s’en suit une folle course poursuite contre, en vrac : la Mort, des chiens méchants, des éboulements, une vague géante et un bouillon géant digne des plus grandes tambouilles de sorcières.

A la croisée de Tim Burton et de Salvador Dali, existe ce personnage, héros de Pastel, et de mésaventures burlesques. Odezenne sont les héritiers du surréalisme, et exprime une solitude folle et un néant de possibilités d’actions au travers des paroles de Pastel, qu’on perçoit, saillants, dans le clip vidéo. 

Odezenne ressuscitent pour un temps les vieux démons de l’enfance, dans un conte visuel clamant la misère de certaines existences et la métamorphose perpétuelle d’un monde peuplé de monstres sacrés. 

Le clip a été réalisé par Vladimir Mavounia-Kouka. Il a déjà collaboré avec Odezenne sur les clips de Dedans et Bouche à lèvres

P.S. : Référence à Pouchkine lue et approuvée.

 

BONUS : les paroles de Pastel ici! :                                                                       

Pastel                                                                                    
Rien à fouler 
Besoin d’elle 
Rien à fourrer 
Pas de chrysanthème 
Rien à rouler 
J’reste seul 
Rien à branler 
Cas d’école 
Rien à cirer 
Loin des cris du coeur 
Les yeux fermés 
Casse tête 
Rien à trouver 
J’ai la dalle 
Rien à grailler 
Que tu vis, tu meures 
Rien à changer 
Grasse mat 
Rien à prouver 
Crac-crac 
Dans les fourrés 
Rien rien 
A signaler 
J’parle en chinois 
En charabia 
A l’arrabbiata 
Parfois al dente 
J’vis en croquant 
En inconquis 
Comme un marquis 
Comme un entêté 
J’gueule en coup d’vent 
Ziva en verlan 
Comme Magellan 
Je divague embêté 
J’dis en roule libre 
Avec magie noire 
Je fais la cuisine 
A la machette 
Corps en tambour 
Coeur sur la main 
Main sur tes tétés 
J’fume en pompier 
Pin-pon-pin-pon 
J’pige en deux temps 
Dindon, dindon 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.