Critique : Angelik au théâtre La Loge de Moustafa Benaïbout

Critique : Angelik au théâtre La Loge de Moustafa Benaïbout

Rencontre avec Moustafa Benaïbout, qui nous raconte la genèse de sa création Angelik, jouée au Théâtre La Loge les 15-16-17-18 Mai 2018.

angelik moustafa benaiboutUne création poétique

Angelik est une pièce de théâtre musical qui se passe en Roumanie, en 1989, période de fortes tensions politiques dans les Balkans. Angelik tombe du ciel et se scinde en deux morceaux. Le bas de son corps atterrit dans un camps de roms avec Maria, une jeune femme rejetée par son clan, et avec Evgenia et Volo, des frères et sœurs, orphelins, en quête d’une vie meilleure. Le haut de son corps, quant à lui, se retrouve du côté des militaires et du pouvoir alors aux mains de Nicolae et Elena Ceausescu. Pour survivre, ces deux moitiés doivent se nourrir de musique. 

L’épopée que nous propose Moustafa Benaïbout est pleine de poésie et d’humour. Portée par des comédiens talentueux, on découvre subtilement les enjeux, les personnages et on est pendu à leurs lèvres pour savoir comment toutes ces intrigues vont se recouper.

Pour une présentation de l’oeuvre plus détaillée, lisez la brève : Angélik au théâtre La Loge cette semaine.

Un discours engagé

Si une femme venait d’une autre planète, pourrait-elle avoir des papiers ? Moustafa Benaïbout

Voici la question que se pose le metteur en scène et qui a nourri sa réflexion lors de l’écriture de cette pièce. La résonance avec le contexte migratoire de notre époque est évident. Maria symbolise le rejet à son paroxysme : une rom rejetée par son camp, eux même rejetés par leur pays, lui même dénigré par le monde. Un racisme planétaire hiérarchisé où les nationalités ne pèsent pas le même poids…

Cette thématique, chère à l’auteur, lui a été inspirée par ses nombreux voyages en Bulgarie. Fasciné par ce pays, sa culture, ses paysages, il y retourne régulièrement depuis 4 ans. On lui propose un jour, de passer quelques temps dans un camps de roms sédentaires et autonomes. Il y séjourne et découvre alors un monde nouveau, rempli de musique, qui inspire son écriture pour Angelik.

Angelik Moustafa Benaibout 2

Une histoire d’amour

Les femmes sont à l’honneur dans Angelik. Elles incarnent les figures fortes de la pièce : justicières, aventurières, vraies méchantes… Angelik est, quant à elle, un ovni mutique, inspirée de Lilou dans le 5ème élément mais ressemblant beaucoup à la jeune danseuse des clips de Sia. Parallèlement, à ces rôles de femmes bien dessinés, on salut le travail de troupe, choral et la belle écoute entre tous les comédiens.

La part belle est donnée aux femmes car cette histoire est née grâce à Angélique, un amour de collège inavoué. Complètement fantasmée, Moustafa voyait cette jeune fille comme descendue d’une autre planète, inaccessible.

Nous avons assisté à la première d’Angélik qui, espérons le, sera rejouée prochainement. La scénographie, minimaliste, ainsi que les parties musicales pourraient être améliorées avec un peu plus de temps. Car Angelik a été montée en seulement deux semaines. Tous les ingrédients sont là pour porter cette pièce au niveau supérieur !

Angelik est peut-être le premier volet d’un triptyque de prénoms de femmes, en hommage à d’autres amours cachés de Moustafa Benaïbout. On a hâte de voir la suite !

Angelik Moustafa Benaibout 3

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.