Solidays 2014 : c’est parti !

Solidays 2014 : c’est parti !

A moins de 20 jours du festival, les principaux acteurs des Solidays étaient présents à la conférence de presse des Solidays. L’occasion pour nous de mieux vous présenter les objectifs et ce qui vous attend du 27 au 29 juin prochain.

La 15ème édition des Solidays a été celle de tous les records : un festival complet avec une affluence de plus de 170 000 visiteurs, une campagne « médicament pour tous » et une récolte de fond conséquente. L’objectif pour cette année : faire mieux, communiquer toujours plus et peut être un jour enrayer ce fléau qu’est le sida !

C’est Luc Barruet, directeur-fondateur de Solidarité Sida et initiateur de Solidays qui prend la parole en premier pour rappeler les chiffres et les enjeux du festival : enjeux sociaux, afin de protéger et de s’adresser au plus grand nombre, enjeux structurel, pour permettre l’ouverture de nouveaux lieux de prévention et de soin, enjeux de santé, avec l’importance de la prévention et des soins pour tous, et bien entendu enjeux financier qui permettront de réaliser tous ces projets. Il est important de rappeler qu’en France, 150 000 personnes sont séropositives dont 30 000 sans le savoir ; d’où l’urgence du dépistage et de l’information. Chaque année, 6 400 nouvelles personnes se font contaminer et se sont souvent des jeunes de moins de 25 ans vivant dans la précarité. A l’échelle mondiale, les chiffres sont encore plus stupéfiants, puisqu’il s’agit de 35 millions de contaminés dont 270 000 enfants.

Autant de données qui justifient encore plus l’existence du festival et en font un événement d’utilité public. C’est une vitrine d’associations dont 30 % lutte contre la maladie. Ce lieu permet aussi à d’autres causes, toutes aussi importantes, de se greffer au festival : droit de l’homme, de la femme, pour l’environnement… Autant de sujets sur lesquels il faut sensibiliser la population et plus particulièrement les jeunes dont l’engagement se fait croissant au fil des années. Il s’agit donc, au-delà d’une quête de fond, de créer une vocation chez les visiteurs et de les inviter à agir de façon active et participatives.

Cette année, les Solidays ont choisi comme fil rouge Nelson Mandela. Cette démarche n’est pas opportuniste, mais plutôt un véritable hommage à cet homme, modèle d’engagement et de courage. La perte de ce géant d’humanité a marqué cette année et il faut aussi rappeler qu’il avait lui-même lutté activement contre le Sida suite au décès d’un de ses fils. Ce que le festival veut retenir, c’est sa capacité à capitaliser sur le meilleur de chacun et son pouvoir de conviction. Il était important pour les organisateurs de s’appuyer sur ses nobles valeurs : faire confiance à son prochain et construire ensemble un monde plus humain. Plusieurs hommages lui seront rendus, notamment le samedi à 18h où seront présentés sur scène plusieurs tableaux de la comédie musicale Madiba.

Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d’Île-de-France, était là pour parler de l’investissement de la région depuis le départ dans ce beau projet qu’est les Solidays. La région agit en effet chaque année à la hauteur de ses moyens dans la lutte contre la maladie, le traitement et les soins des malades, mais aussi la prévention auprès de tous et en particulier dans les établissements scolaire. Mais c’est aussi une aide dans le monde avec la participation à des projets notamment en Afrique où les besoins sont les plus importants.

Sebastien Folin, parrain mais aussi délégué au fond de Solidarité Sida Afrique, rappelle que le festival a aussi pour but d’éveiller les consciences et de susciter une soif d’engagement. Pour cela, un forum café sera installé au coeur du festival pour accueillir conférences, débats, récits de témoins autour de thèmes variés. De nombreuses personnalités viendront animer et participer à ses rencontres : Philippe Douste Blazy, Pascal Canfin, Jack Lang… L’idée est de faire du festival un lieu d’accueil pour les grands penseurs, d’avoir une véritable tribune militante où tout le monde est libre de s’exprimer.

[box_light]Grand temps fort du festival à ne pas manquer et pendant lesquels les concerts s’arrêteront :
– Samedi à 18h30 : Discours des militants ;
– Dimanche à 18h : Patchwork des noms qui est un hommage rituel du festival aux victimes du Sida.[/box_light]

Il y aura aussi 2 expositions incontournables :
Sex in the city qui permet à chacun de découvrir la sexualité et d’en apprendre plus  ;
Happy Sex qui met en avant le travail de Zep, créateur de Ti Teuf.

Enfin, le festival, c’est 6 scènes et une tripotée d’artistes mobilisés autour de la cause des Solidays qui viendront jouer pendant 3 jours à l’hippodrome de Longchamp. Une programmation audacieuse et écliptique cette année qui mettra Skip the Use à l’honneur en clôture du festival, mais aussi les 2 coups cœur musicaux des programmateurs : Christine and the Queen et Talisco ! On pouvait d’ailleurs remarquer la présence lors de la conférence de quelques artistes : Samaha Sam de Shaka Ponk, Mat Bastard de Skip the Use, FFF, Christine and the Queen et de Talisco.

   

Antoine de Caune conclue la conférence de presse en appelant la France à continuer de soutenir le financement soutien à la lutte contre le Sida dans le monde. Il annonce aussi que l’hippodrome de Longchamp a atteins ses limites de capacité et que le festival devra trouver un autre lieu l’année prochaine. Toutes les propositions sont les bienvenues !

Laissez votre commentaire