SAGE au Café de la Danse

SAGE au Café de la Danse

SAGE donnait son premier concert au Café de la Danse ce jeudi. Un moment de rencontre et de découverte avec un artiste qui prend ces marques.

Seul au milieu de la scène, dans un nuage de fumée, SAGE prend place et entonne ces premiers morceaux. Clavier et machine, il pose son style humblement mais on sent une petite pression. Pourtant dans la salle, certains ont déjà été conquit par son EP et l’encourage. Il commence par 2 morceaux connus avant de se lancer dans de nouvelles chansons.On est rapidement séduit ; c’est simplement beau et dans la salle, malgré quelques bavards intempestifs, on savoure.

L’arrivée du quatuor à corde qui l’accompagne apporte une puissance émotionnelle supplémentaire. Les quatre musiciens posent une intro magnifique avant que SAGE ne commence un nouveau titre. Il n’y a rien à dire ; les instruments traditionnels savent donner une nouvelle dimension à la musique actuelle. Pour le coup, ça marche : les musiciens s’accordent à merveille avec le jeune chanteur dont le timbre nonchalant et feutré se pose délicatement sur les compos.

Au fil des morceaux, il gagne en assurance, se lançant timidement dans des échanges avec le public. On sent déjà quelques fans (ou proches ?) dans le public. La salle du Café de la Danse lui va bien : tamisée, brumeuse (peut être un peu trop), avec des lumières qui viennent balayer le chanteur ou donner une atmosphère surnaturelle à sa musique.

Quelques morceaux plus pêchus viennent compléter les titres de l’EP, ainsi que des titres plus tendres qu’on a hâte de découvrir sur l’album. En effet celui-ci s’annonce prometteur, après ce qu’on a pu entendre en concert. SAGE offre une reprise de R.E.M., Everybody hurts, où il demande au public de profiter de ce moment de douceur pour danser un slow.

Le temps passe et le concert touche à sa fin. SAGE entonne alors un In Between tant attendu qui donnera des frissons et fera chavirer les cœurs. Ce titre a une véritable intensité sur l’EP et il ne perd pas de sa superbe en live. Les cordes y sont pour beaucoup et c’est un vrai régal de l’écouter sur scène. Ce concert intimiste se terminera par un petit rappel exigé par la salle. Pas assez de morceaux pour proposer quelque chose de nouveau. Ambroise finira par une chanson de Neil Young, piano-voix, une interprétation simple et dépouillée de tout ornements, laissant un sourire et une touche mélancolique.

Pour un premier concert, on peut dire qu’Ambroise Willaume a su plaire, malgré un manque d’assurance qui le rend un peu gauche et une chemise étrange qui ne le met pas du tout en valeur. Surpris d’abord que faire un solde OUT sur le café de la danse, SAGE nous a réservé la Cigale pour le 22 octobre. Ce jeune homme a un potentiel évident qu’on espère voir prendre une belle ampleur prochainement. A suivre donc !

SETLIST :
– Last call couples
– Summer rain
– Do it again
– To the river
– Eyes closed
– Time never lies
– Don’t tell
– Everybody hurt (R.E.M.)
– Focus
– August in Paris
– In between
– Rappel : Harvest moon (Neil Young)

Photo : Anouck ZANA (Noucky)

Laissez votre commentaire