[Report] Her prend totale possession de l’Olympia

[Report] Her prend totale possession de l’Olympia

Presque un mois après la sortie de leur attendu premier album éponyme, Her investissait mercredi la scène de l’Olympia. Au programme : 1h30 de show et des titres déjà repris par toute la salle.

On ne présente plus Her, notamment à Paris, où le groupe enchaîne les scènes de plus en plus grandes. En un an, Her est passé de la Gaité Lyrique à l’Olympia en passant par le Bataclan, le festival Chorus au début du mois et surtout un concert plein d’émotion à Rock En Seine en août dernier, juste après la mort de Simon. Et ce n’est pas fini, l’année prochaine, le groupe se produira au Zénith de Paris !

 

Her, l’émotion dansante

Entrée calme et émouvante comme à son accoutumée, sur We Choose, tout premier titre écrit par Victor Solf et son défunt meilleur ami et partenaire musical. Ce soir, ce qui frappe dès le début du concert est le tout nouveau duo de choristes. Les deux jeunes femmes ajoutent une plus-value énorme au show, avec un rendu épique. Tout comme sur l’album éponyme Her, le groupe alterne entre vieux titres (Queens et Swim de la Tape #2) et récentes pépites (Icarus, Shuggie). A l’arrivée de On & On, Victor nous annonce que Roméo Elvis, l’invité prestigieux du titre n’a malheureusement pas pu être présent ce soir : « Vous savez, Roméo Elvis est quelqu’un de très occupé, là il est en vacances ! » Promis, il fera tout pour qu’il soit là à la prochaine date parisienne : « Le Zénith, le 2 février par exemple ». Mais pourquoi pas aux Solidays, où ils jouent tous les deux le samedi ? Réponse fin juin…

Alternant entre titres doux et tubes dansants, Her satisfait tout le monde. Wanna Be You et Swim font danser les plus énergiques. De son côté, Union est l’occasion de sortir les briquets ou d’entamer un slow pour quelques uns. Petite surprise : le groupe se lance dans une reprise de Rocket Man d’Elton John. « Soyez indulgents, nous ne l’avons jouée que très peu » nous indique le leader du groupe. Bien plus qu’indulgent, l’Olympia se lance dans un tonnerre d’applaudissements pour clore le titre.

him singing for her. 🙌🏻

Une publication partagée par Elise ARNAL (@eliseestmoi) le

Le moment tant attendu arrive : Five Minutes termine le premier acte. Un titre qu’on a tellement (trop ?) entendu qu’on le connait par cœur, et nous ne sommes visiblement pas les seuls. Le public chante à pleins poumons, Victor lui tend le micro avant de terminer sur un « Simooooon », sous forme d’hommage final.

 

1h30 de show et deux rappels

Après seulement une heure de concert, nul doute qu’un rappel est prévu. Sous les applaudissements du public, Victor Solf revient sur scène avec ses deux choristes uniquement pour interpréter l’inédit Are You Still Here. Avec ce nouveau titre portant le même nom que la série-documentaire STUDIO+ sur le groupe, Victor s’adresse directement à Simon et le résultat est plein d’émotion. S’en suit Quite Like, tout premier titre sorti par le groupe qui s’éclipse à nouveau.

Deuxième et dernier rappel : lumières turquoises et violettes s’entremêlent pour sublimer le déjà sublime Blossom Roses. Le pari est réussi : tout ce dont on a envie, c’est de revoir Her au plus vite. En sortant du concert, nous pouvons entendre des « C’était génial ! Encore mieux qu’au Bataclan ! ».

Comme l’indiquait une banderole pendue dans les balcons, malheureusement retirée avant le début du concert par la sécurité : #WELOVEHER.

 

Her sera en concert au Zénith de Paris le 2 février 2019. Les places sont disponibles ici.

 

Setlist :

We Choose
Queens
Neighborhood
Icarus
On & On
Union
Shuggie
Rocket Man (reprise d’Elton John)
Swim
Wanna Be You
Five Minutes

Are You Still Here
Quite Like

Blossom Roses

Laissez votre commentaire