[Report] Barbara Pravi, des étoiles plein les yeux

[Report] Barbara Pravi, des étoiles plein les yeux

Jeudi 28 juin, nous avions rendez-vous avec Barbara Pravi pour un petit concert aux Etoiles. Un vrai succès !

Plus qu’un concert, c’est une release party à laquelle nous avons assisté pour célébrer la sortie de son premier Ep, paru le 15 juin dernier. Pour sa première salle en tête d’affiche, nous en avons profité autant qu’elle.

Retrouver notre review de son Ep

Barbara Pravi aux Etoiles

La salle était bien remplie. Amis, gens du milieu… Quelques fans au premier rang, plus ou moins jeunes. Un public varié pour une artiste qui semble toucher toutes les générations.
Après un peu d’attente, entrent sur scène un batteur, un guitariste et un clavieriste. Plus d’instruments que lors de sa première partie de Calum Scott. On s’attend donc à un concert avec plus d’ampleur et sûrement avec quelques arrangements.

Nous nous y attendions (on s’était fait un petit pronostic avant le concert) : Barbara commence avec Je sers. Cette chanson qui raconte son expérience de serveuse et son aspiration à devenir chanteuse. Finalement ce titre est une très bonne introduction pour ce concert découverte pour certains, retrouvailles pour d’autres.
D’ailleurs certains semblent bien la connaître et on entend quelqu’un crier: « Babou« . « Non ça c’est interdit » rétorque Barbara en rougissant un peu et en souriant.
Le deuxième titre est On s’eveillera, qu’on avait découvert en chroniquant l’Ep. En live ce titre est bien chaloupé et entraînant. Mais même si la musique est dansante, Barbara nous montre d’ailleurs à quel point, on reste attentif à ses paroles.

A la découverte de l’univers de Barbara Pravi

Elle prend la parole : comme si son métier de serveuse voulait la rattraper…
« Je bossais dans un café à 500 m« . Elle annonce qu’on fête son premier Ep.
« Comme beaucoup d’artistes, je n’ai pas échappé à la règle. Je raconte ma vie. » Elle explique qu’elle a des histoires drôles et moins drôles avec de nombreux personnages. « J’ai hâte que vous rencontriez Sarah, Deda, Louis… et les autres.« 
Et justement, voici Sarah. C’est une nouvelle chanson, dure mais pleine de tendresse. Il s’agit d’une mère partie en silence. Sublime déclaration d’amour… Dans les paroles, Barbara nous conseille de dire je t’aime et invite à la communication dans les relations de manière générale. On la sent très investie.
Elle poursuit avec encore un nouveau titre, L’Oubli qui parle de mémoire… Certainement d’Alzheimer. On comprend qu’elle parle de sa grand-mère. La mélodie sonne un peu oriental. On réalise que le thème de la mort est très présent dans les chansons, mais pas sombre et déprimant… Quoique un peu fataliste. Barbara parle du temps qui passe. C’est un Carpe Diem : une invitation à profiter du temps présent.
Ses chansons s’avèrent très émouvantes à chaque fois et même si la musique est très entraînante on finit par privilégier l’écoute.

AntonyGomes2018_BarbaraPravi

Dans le titre suivant, A Fleur de Peau, la jeune chanteuse est très sensuelle. Elle parle même de sexe de façon poétique et imagée. Seulement si on écoute son histoire… Elle parle tout de même de relation toxique. De ce côté accro qu’on peut avoir et de l’indifférence que l’on reçoit en retour. Ce nouveau titre a un côté électro plus marqué. On la sent très émue… Est-ce parce que le public réagit ? On dirait qu’elle revit ce qu’elle raconte à chaque chanson.

Une chanteuse féministe

Barbara raconte ensuite que c’est la première fois qu’une chanson a sa version masculine et féminine. Elle parle de sa réécriture de Kid de Eddy de Pretto qu’elle a travaillée avec Tomislav Matosin. Tous deux, très fiers de cette version, et l’avaient envoyée à son auteur original. La réponse est arrivée un peu brève : « T’es un koeur ! » Encore une fois elle parvient à nous toucher jusqu’aux larmes. Il y a tellement de justesse dans cette adaptation. C’est un vrai hymne à la femme d’aujourd’hui.
Avec un peu plus de légèreté, on poursuit avec Pas grandir. La salle des Étoiles prend son sens lorsque les lumières viennent éclairer la boule à facettes. Dans le public, on connaît la chanson : des acclamations accueillent les premières notes et tout le monde chante le refrain.

Barbara rappelle qu’elle a des histoires moins drôles à raconter. C’est un sujet dur qu’elle va aborder et qui arrive à malheureusement beaucoup des femmes. Elle la dédicace à tous les Bertrand (Cantat) et les Harvey (Weinstein) du monde. Cette chanson s’appelle Malamour et parle de femmes battues. On la sent alors très affectée et on comprend qu’il y a du vécu dans ce qu’elle raconte. Si la réponse n’était pas encore claire, elle devient évidente : Barbara est définitivement féministe. Les yeux rouges, presque en larmes, elle se contient mais encore une fois l’émotion est là, perceptible… Presque palpable. On est touché et on a très envie de la réconforter et lui donner de l’amour.

AntonyGomes2018_BarbaraPravi-5

Une ambiance de folie et une fin de concert surprise !

Encore un nouveau morceau qui semble parler de soldat mais reste assez énigmatique : Cœur Muet.
Des « Je t’aime » fuse dans la salle après ce titre alors qu’elle s’apprête à chanter Louis : une chanson d’amour inspirée par un con. Elle le remercie grâce à lui elle a écrit sa première chanson d’amour. Un petit bijou, troublant et tendre qu’on adore. Cette version piano voix est très belle. Il y a toujours cette intensité dans sa voix qui donne des frissons. Barbara vit ses chansons.
On aura ensuite droit à une petite reprise de M : Qui de Nous Deux ! Le public reprend le refrain. Cette chanson lui va bien.

« Pas trop chaud« 
« A poil« 
« Grave ! … Pas moi ! … Mais vous si vous voulez… Je vous vois pas de toute façon« 

Elle parle ensuite de son enfance et des vacances. Dans le public, on chante déjà la chanson Saint Raphaël. L’arrangement batterie en live est vraiment cool.
Le concert touche à sa fin et elle finira par un hommage à son grand-père en chantant Deda.
Mais on n’est pas prêt à la laisser partir. La salle scande son prénom et la voilà qui réapparaît. Elle s’est changée et propose un petit numéro de claquettes. Elle se débrouille plutôt bien.
Elle finit en apothéose en reprenant Pas grandir et invite le public à chanter avec elle.

Ce fut une fiesta tendre et engagée à la fois devant un public conquis. Pas très compliqué en même temps, vu la qualité du show. Barbara Pravi fait déjà preuve de beaucoup d’assurance sur scène et on ne doute pas un seul instant qu’elle nous réserve encore bien des surprises. On a hâte de la voir sortir un premier album et partir en tournée !

Suivez Barbara Pravi sur sa page Facebook

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.