Rainforest Festival : les belles rencontres du dimanche !

Rainforest Festival : les belles rencontres du dimanche !

Si le festival Rainforest nous a séduit dès le samedi, le dimanche nous a permis de belles rencontres malgré un temps plus mitigé. En résumé : de chouettes concerts et de nouveaux artistes à écouter d’urgence ! 

ANA ZIMMER

Nous commençons avec Ana Zimmer qui, bien que timide ou hésitante au départ, occupe avec énergie l’espace de la scène bien grand pour elle seule. Un timbre de voix qui rappelle parfois Lana del Rey et des compositions pop électro entraînantes et efficaces.

Ana Zimmer

 

DREAM KOALA

Dream Koala03

Après cette mise en jambe dynamique, nous découvrons avec émotion un jeune homme à la sensibilité à fleur de peau.
Dream Koala, notre coup de cœur de ce dimanche, monte sur scène et nous donne des frissons. Une voix suave qui s’accorde parfaitement avec sa musique et ses compositions, Yndi nous fait entrer avec modestie et humilité dans son univers sonore. On y voyage entre sample électro, expérimentation à la Pink Floyd et moment guitare-voix rock-folk à la Jeff Buckley. Une richesse incroyable et beaucoup de maturité ! Un artiste que nous avons pu interviewer dans le cadre du Rainforest.

POSTAAL

Postaal01

On poursuit avec un duo franco-britannique que l’on connaît bien chez Justfocus et qui nous avait séduis il y a peu lors d’un concert nocturne. Ils nous rappellent que malgré la décision du Brexit, il ne faut pas que nos 2 pays se séparent. Beau message et enthousiasme du public qui oublie les quelques gouttes de pluie pour vibrer au son de Freedom et des autres titres de leur premier EP, AA1. Ils seront en concert au Pop-Up du Label vendredi 8 juillet. Une salle dont on vous conseille la programmation.

Alors que nous nous entretenons avec Dream Koala et les Naive New Beaters, DBFC se produit sur scène. Un son année 80, digne des tubes de discothèque. C’est tendance et ça envoie pas mal !

ARTHUR H

Arthur H

De sa voix caverneuse, le crooner de la chanson française est venu avec son entrain habituel animer et réchauffer les cœurs. Ses paroles sont sur le bout des lèvres, reprises par un public connaisseur quoique peu nombreux. Certains sont déjà parti pour suivre le match de foot.
Quel dommage !

NAIVE NEW BEATERS

Naive New Beaters

Après avoir parcouru le festival à l’affût de la moindre bêtise et pitrerie à faire (Airbag Jump et Solar Bycicle inclus), le trio infernal est monté sur scène tant bien mal (Eurobelix s’est récemment blessé à la hanche) et s’est empressé d’appeler les supporters à lâchers les écrans pour venir les rejoindre. Il a fallu un ou deux titres pour que leur appel soit entendu, mais ils ont malgré tout réussi à faire danser les festivaliers au rythme de leurs chorégraphies endiablées. Toujours aussi doué pour mettre l’ambiance, qu’importe les conditions !

Ici s’arrête pour nous la première édition de ce festival au potentiel certain et à l’avenir prometteur.

Retrouvez le report du samedi 

Même si la météo était mitigé, le cadre est plus que plaisant. Les associations présentes offrent quelques discussions ou activités ludiques et instructives autour du respect de l’environnement et de l’eco-responsabilité ; les sports proposés permettent de rencontrer des camarades de jeux (pétanque, foot ou volley) ; les artistes sont abordables et disponibles (on peut facilement approcher la plupart d’entre eux qui déambulent sur le grand parquet). Un point négatif d’après nous : le prix élevé de la restauration et le manque d’alternatives. Il n’y a qu’un seul point où manger, une queue et un temps d’attente qui peut parfois être long et une carte trop restreinte et chère malgré la qualité et la fraîcheur de ses produits.

Si l’espace semble trop grand et pas assez rempli pour cette fois, on ne doute pas qu’avec une aussi belle programmation et un peu plus de communication (et de facilité de transport – notamment pour le retour) le festival pourrait devenir le nouveau post estival à proximité de Paris.

Photos : Anouck ZANA

Laissez votre commentaire