Radio Crochet Inter : Léopoldine

Radio Crochet Inter : Léopoldine

Son romantisme a su séduire les auditeurs de France Inter lors de la première sélection. Jeudi soir, Léopoldine tentera de convaincre le jury dans le studio 106 pour la deuxième phase du Radio Crochet Inter.

C’est à partir de 5 ans qu’elle apprend le piano, mais arrête rapidement les cours pour ne pas avoir à jouer en public. Timide et secrète, cette jeune femme n’en est pas moins talentueuse ; elle préfère s’entraîner seule, utilisant la musique comme exutoire. Parallèlement, elle pratique aussi le chant et se découvre un potentiel et un timbre qui semble plaire. En 2012 elle participe à son premier tremplin musical dans sa région, l’Auvergne, qui lui permet de monter pour la première fois sur une grande scène lors de la finale. Une expérience impressionnante, mais inoubliable qui lui donnera de l’élan pour se présenter au Radio Crochet Inter. Elle est d’ailleurs séduite par le concept qui lui semble plus intéressant que ceux proposé aujourd’hui par les émissions musicales à la télévision.

Sa musique est de celle qui s’écoute en silence, qui suspend le temps et fait voyager vers des univers sombres, peuplés de chimères. Si on parle d’envolées burtoniennes, j’ai aussi entendu une sensibilité proche de celle de Tori Amos, une façon de sublimer l’espace sonore avec cette voix fragile et vibrante à la fois. Se laissant influencer par ce quelle écoute, comme Ez3kiel, Beethoven ou Chopin, elle compose sa musique au piano dans un premier temps, laissant les mélodies apparaître. Elle laisse ensuite le chant venir, comme une sorte de charabia qui sonne tantôt anglais, tantôt français et qu’elle précise ensuite avec des mots, un ressenti, des paroles.

Son nom de scène Léopoldine décrit plutôt bien sa musique : Léopoldine, c’est la fille de Victor Hugo au destin tragique, morte noyée et pleurée par son père ; c’est aussi une pianiste de talent dont Chopin est tombé amoureux ; enfin, c’est un morceau du groupe Ez3kiel qu’elle affectionne tout particulièrement.

J’ai eu l’occasion d’échanger avec elle et voici les réponses que j’ai précieusement recueillis pour vous :

Qui se cache derrière Léopoldine ?

A l’origine, c’est vraiment moi, dans ce qu’il y a de plus personnel. Moi, vous me connaissez, vous me croisez dans la rue, au supermarché, au travail,  je suis Mme tout-le-monde, 1m60, je chausse du 38, bref rien d’insolite. Mais comme chacun j’ai un jardin secret et je l’exprime en musique depuis longtemps. Plus récemment, j’ai décidé de faire écouter ça à mes proches puis, motivée par eux, à un plus large public en présentant des tremplins. Le 1er m’a permis d’enregistrer un premier EP « Music Box » ; le radio-crochet d’inter est le 2ème, on verra quelles portes il m’ouvrira… ou pas. Ces expériences sont aussi l’occasion de m’entourer. Depuis un certain temps, Leopoldine c’est en fait, comme son nom ne l’indique pas, au moins 2 personnes : David Verdier, qui m’accompagne le plus souvent à la guitare et qui est aussi à l’origine de certains morceaux, et moi-même au clavier/chant. Mais c’est parfois plus, le projet est à géométrie variable. Jeudi nous serons accompagnés aussi du violoncelliste Guillaume Bongiraud. 

EP « Music Box »

Qu’attends-tu du Radio Crochet Inter ?

A la base je ne m’attendais vraiment à rien, surement pas à être retenue pour y participer vraiment. Donc je suis en train de revoir mes ambitions. J’attends principalement la même chose que lorsque je me suis présentée au tremplin Delazic en Auvergne, mais à une autre échelle : l’avis et les conseils de professionnels et puis je tâte le terrain auprès du public, je prends la température… Est-ce qu’un jour ça ne vaudrait pas le coup que je me consacre pleinement à cette passion ? Il m’arrive très brièvement, de l’ordre du millième de seconde, de songer à arriver en finale, là j’espère que cette mise en avant intéresserait quelqu’un et que j’aurais enfin le temps et les moyens de travailler sérieusement la musique. En gros je ne vous ai pas attendu pour chanter, par contre vous avez les moyens de me faire démissionner !

Comment vas-tu convaincre le jury pour la deuxième phase ?

Je n’ai pas de stratégie, je vais essayer de me laisser aller malgré le stress, et d’être moi-même tout simplement, la plus honnête possible… J’espère ainsi les emmener chez moi, dans mes montagnes, dans mon intimité, leur faire oublier le studio 106 et les toucher.

Qu’est-ce qui t’inspire et te pousse à faire de la musique ?

La musique. J’adore ça, c’est viscéral, vital. Il n’y a pas de bon mot pour les émotions, il y a la musique. J’en écoute beaucoup, et parfois ça sort tout simplement. Ce sont des élans : un beau morceau, un beau paysage, une histoire (même moins belle) sont autant de moteurs. Le radio-crochet en est un aussi. A force de nous demander lequel de nos titres nous pourrions bien jouer cette fois-ci, nous avons décidé d’en écrire un pour l’occasion. Donc il y aura de l’inédit ! tu viens ?

Un premier EP… Un album ? As-tu des projets en cours ou à venir ?

L’album j’aimerais bien, mais pour l’instant on n’a clairement pas les moyens. Les morceaux on les a par contre. Là on est à nouveau en processus de création, de notre 2ème album imaginaire en fait ! Le projet à venir c’est surtout de stabiliser une formation qui tient la route et de travailler la scène, car ce n’est pas tout à fait une évidence pour moi qui travaille beaucoup en ermite sur l’ordinateur. J’aime bien participer à d’autres projets aussi, il y a des choses en cours…

Un petit mot pour les auditeurs et votre public ?

Je vous dis déjà un immense merci de m’avoir permis d’arriver jusque-là… jouer sur France Inter est un grand honneur ! J’espère ne pas vous décevoir. Quoi qu’il en soit, je n’écris plus seulement pour moi maintenant et ça aussi c’est un vrai moteur ! Merci encore. Et on ne faiblit pas hein, on vient crier jeudi au studio 106 et on vote à fond toute la semaine suivante !

Merci Léopoldine pour ces moments d’enchantement.
N’oubliez pas de vous rendre jeudi 20 mars à 19h au studio 106 de la maison de la radio pour l’encourager. Et si vous ne pouvez pas vous rendre sur place, vous pourrez écouter l’émission sur France Inter samedi 22 mars à 21h.  

[UPDATE] :
Léopoldine a remporté les votes du jury samedi 22 mars.

[vsw id= »x19u6il » source= »dailymotion » width= »480″ height= »360″ autoplay= »no »]

Page Facebook de Léopoldine


  1. […] si Léopoldine n’a pas remporté le Radio Crochet France Inter, elle a profondément marqué les esprits. […]

Laissez votre commentaire