Paul Thomas Saunders

Paul Thomas Saunders

Depuis lundi, vous pouvez découvrir le premier album de Paul Thomas Saunders dans les bacs : Beautiful Desolation. L’occasion pour nous de vous parler d’un artiste encore discret mais qui s’est imposé comme une révélation lors de la tournée de Julia Stone.

Agé d’à peine 22 ans, ce jeune anglais originaire de Leeds, compte déjà deux EPs à son actif : Lilac & Wisteria et Descartes Highlands qui ont permis de le faire connaître outre-manche et de le voir débarquer sur nos côtes. Timide, il a pourtant une présence désarmante sur scène lorsqu’il se met à chanter, et c’est dans un silence presque religieux qu’il a commencé à conquérir le public français : le type de performance qui fait frémir et laisse interdit.

Sa voix particulière et indéfinissable est à la fois proche de celle de Thom Yorke, Jeff Buckley ou Bon Iver. Ses influences sont riches et on compare souvent sa musique à celle de Joe Meek ou Leonard Cohen. Un chant planant, une mélodie mélancolie piquée d’envolées lyriques, le tout accompagné par une musique à mi-chemin entre celle de Chris Isaak et de Sigur Ros. Des compositions simple, hanté par un un son de clavier qui vient soutenir la guitare et surtout la voix de Paul Thomas, à la fois planante et déchirante. C’est torturé et psychédélique à souhait.

[vsw id= »NSbMothicyE » source= »youtube » width= »575″ height= »425″ autoplay= »no »]

Bref le genre de chansons qui prend aux tripes et qui fait frémir. Une folk vaporeuse, un univers vibrant et une volonté de nous raconter des histoires, de nous les partager, de nous les faire vivre.

Une musique aussi subtile et incroyablement captivante que je vous conseille de découvrir. On est pas loin de l’expérience sonore et le personnage de Paul Thomas est particulièrement touchant.

Site officiel

[button link= »https://soundcloud.com/paulthomassaunders » variation= »rust »]Soundcloud[/button]

A écouter posément et à suivre attentivement !

[vsw id= »C4l9ph-hSOs » source= »youtube » width= »575″ height= »425″ autoplay= »no »]

Laissez votre commentaire