Evenline, un groupe à suivre !

Evenline, un groupe à suivre !

Evenline n’est pas encore un groupe connu et pourtant il a eu l’opportunité de faire la première partie d’Alter Bridge au Luxembourg. J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Aarno, le chanteur qui se produit tous les lundi soir au Falstaff de Montparnasse et d’en apprendre un peu plus sur ce groupe de rock très prometteur !

Comment s’est créé le groupe Evenline ?

Aarno : Tout a débuté par ma rencontre avec Fabrice. J’étais chanteur dans un groupe, « Reavens », et lui guitariste de « Stonedrive ». Il est venu à une de nos répétitions et on a tout de suite sympathisé. Le courant est très vite passé entre nous, on avait les mêmes influences, envie des mêmes projets. On a commencé à bosser ensemble et, en 3 semaines, on a créé les 5 titres de l’EP d’Evenline. A partir de là, on a voulu monter notre groupe. On a fait appel à Julien Patoue, un batteur professionnel qui fait parti de nos amis à présent. Entre notre rencontre en octobre 2009 et l’entrée en studio, il s’est écoulé à peine un mois. C’est allé très vite. C’était la dynamique que je cherchais et c’est comme ça qu’Evenline est né.

Qui sont les membres du groupe et qui compose ?

Au départ il y a eu pas mal de turn over. Julien est parti vers d’autres projets, on arrivait pas à trouver un bassiste dans le même état d’esprit que nous, avec les mêmes motivations. Jusqu’à maintenant ! Olivier nous à rejoins à la batterie et Thomas à la basse. Pour la composition, Fabrice et moi avons une bonne émulation et j’écris 100 % des paroles.

  

Pourquoi Evenline ?

Parce que Metallica c’était déjà pris ! (sourire)
Plus sérieusement, c’est un mot complètement inventé. Evenline, ça voudrait dire la ligne régulière. Mais « Even » est un jeu de mot avec « Heaven line » ; je voulais plus utiliser ce mot pour « horizon ». Donc si on pousse la traduction, ça donne l’horizon du paradis, au sens spirituel ! J’ai toujours aimé ce qui touche aux anges. En fait je crois que je voulais indiquer une ligne directrice, un état d’esprit.

Justement de quoi parlent tes chansons ?

Il y a beaucoup de vécu, de déceptions sentimentales, mais aussi de l’espoir. Je parle pas mal de spiritualité justement, de la force qui nous anime parfois, de notre faculté à combattre nos démons et à nous dépasser.

Votre premier album, qui va sortir début 2014 s’appelle « Dear Morpheus ». Qu’est-ce qui vous a conduit à ce choix de nom ?

C’est la chanson de l’album qui représente le plus le groupe musicalement. Et puis ça parle du domaine des rêves et des cauchemars. Le sommeil est une autre thématique importante pour moi. J’ai souvent eu des problèmes d’insomnie et je pense que pas mal de mes chansons viennent de là. Je crois que nos rêves peuvent influencer notre quotidien et notre façon d’être. J’avais envie de m’adresser directement à Morpheus, le dieux des rêves.

Comment s’est passé l’enregistrement ?

Au départ ce fut un moment difficile pour moi. J’ai du me faire opérer des cordes vocales alors qu’on venait d’entrer en studio ; j’ai eu peur de ne plus pouvoir chanter. Il a fallu 6 mois avant de pouvoir retourner en studio. Mais au final, j’étais content d’avoir surmonté cette épreuve. Ensuite, un enregistrement, c’est épuisant physiquement et psychologiquement. Mais c’est très belle expérience, très enrichissante et qui nous a rapproché avec les autres membres du groupe. On a hâte d’écouter le résultat final et de vous le faire découvrir.

Quels sont tes morceaux préférés ?

« Dear Morpheus » est vraiment un morceau très fort et « Eternal Regrets » qui est une chanson plus personnelle dans laquelle je donne un peu ma vision de la vie.

Parle moi de votre rapport avec Alter Bridge : 

Ah ! C’est une histoire de fou !
J’ai toujours adoré le rock US avec des groupes comme Staind ou Alter Bridge. Plus jeune, j’étais le fan qui faisait tout pour les approcher jusqu’à me faire passer pour un journaliste lors d’un concert à Londres. Depuis cette rencontre, ce groupe est devenu un modèle pour moi : ils ont de vraies valeurs et sont très humains. Ils véhiculent une très bonne image, saine, de ce que peut être un groupe de rock. On devait faire leur première partie à la Maroquinerie. A cause de problèmes de circulation, ils sont arrivés en retard et ont du faire leur balance pendant ce qui aurait du être notre concert. Du coup on a joué dans la rue en acoustique ce soir-là pour faire patienter les gens. Et c’était super ! On a rencontré une partie de notre public et eu de très bon retours.
On a fini par avoir notre première partie au Luxembourg. C’était une opportunité incroyable qui nous a été offerte grâce au staff d’Alter Bridge. Leur manager est très professionnel.

Quelles sont vos prochaines dates ?

Le 23 novembre, on sera au Gibus pour le tremplin Emerganza, le 30 novembre au Pacific et le 15 décembre au Klub pour le HeadBang Contest. Je vous invite à venir nous soutenir ! Ce sont des rendez-vous pour les amateurs de rock US. Il y a très peu de groupes en France dans ce style et on vous promet une bonne soirée en perspective. On aime partager notre musique avec le public.

Pour les avoir déjà vu sur la scène du Hard Rock café ou au Chat Noir, je peux vous confirmer qu’ils dégagent une super énergie et que c’est un groupe modeste et très fun. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Evenline Official Website

Arnaud Gueziec – Chant / Lead Vocals
Fabrice Tedaldi – Guitare-Choeurs / Guitar & Backing Vocals
Thomas Jaegle – Basse-Choeurs / Bass & Backing Vocals
Olivier Stefanelli – Batterie / Drums

Leave a Comment