Nadeah sublime le Café de la Danse

Nadeah sublime le Café de la Danse

Après 3 années d’absence, c’est au Café de la Danse que Nadeah a fait son retour. L’australienne nous a offert un concert sincère et authentique pour la sortie de son dernier album : While The Heart Beats

Nadeah

Nadeah nous avait accueillit pour une petite interview en fin d’année dernière. Elle nous racontait sa traversée du désert et son envie de revenir, timide mais pourtant présente. Voilà qui est fait ! C’est au Café de la Danse que ce sont faites les retrouvailles avec le public parisien venu en nombre. Une salle comble et agitée qui trépignait en l’attendant.

Elle fait une entrée fracassante avec des titres de son dernier album. On est surpris d’entendre dès le 2e morceau Met A Man qu’on aurait pu prévoir plus tardivement dans sa setlist. Très rapidement, elle communique en français, hésitant et de plus en plus clair, mêlé de quelques mots d’anglais. Souriante et heureuse d’être là, entourée par un public d’amateur, de connaisseur même, et qui espère qu’elle jouera aussi d’anciens titres, même si elle compte principalement présenter While The Heart Beats.

On constate (comme ça arrive de plus en plus dans certains concert) que le public n’est pas très attentif (est-ce la présence du bar à l’étage du Café de la Danse ?). Certaines personnes finissent par réclamer le silence alors que Nadeah s’apprête à entamer une chanson à la guitare acoustique. Elle-même finit par dire :  » Chhht ! «  avant de commencer Get Out Of Your Head, qui accompagnait son premier single. Moment de grâce sur ce morceau. On se rend compte à quel point la chanteuse s’est investi dans son dernier album. Il semble plus personnel et on sent qu’il lui tient à cœur de le partager. On remarque aussi que son ventre s’est arrondi depuis décembre dernier…

Le concert se poursuit avec humour et complicité. Elle parle de ses dernières chansons et obtient des réactions ; elle interpelle le public pour demander si le dernier album leur a plu. Il y a une sorte de candeur simple et authentique dans ses attitudes et sa façon de communiquer. Mais aussi une force de caractère et un aplomb déconcertant parfois. Ses chansons évoluent entre rock pêchu et passages acoustiques, forts en émotion. Elle entame d’ailleurs Pocket Full Of Holes dans un silence religieux. Le titre suivant est un morceau plus country qu’elle avait composé en Caroline du Nord il y a bien longtemps : Sandpaper.

Nadeah

Elle invite ensuite des invités surprises sur scène : Nicola Tescari avec qui elle avait travaillé sur le projet B for Bang, et deux membres du Babylon Circus qui viennent compléter les musiciens. Petit flashback, Nadeah propose alors des titres plus anciens issus de Venus Gets Even, son premier album : plus swing, plus « années folles ». Elle va jusqu’à rejoindre la fosse pour apprécier les parties instrumentales des chansons, laissant la place à ses invités. Elle en profite pour danser et bouger avec le public. Sa setlist est un vrai patchwork musical, une belle palette des styles qu’elle a déjà eu l’occasion d’explorer et qui s’accordent parfaitement avec sa voix, tantôt accrocheuse, tantôt jazzy, tantôt folk, toujours velours et émouvante.

Nadeah NIcolas Tescali

Elle revient progressivement sur des titres plus rock, parfois un peu funk (comme Kansas). Elle invite le public à l’accompagner et demande à Nicolas s’il ne veut pas revenir jouer du piano à sa place pour qu’elle puisse danser sur scène. Le concert continue de se dérouler et on ne voit pas le temps passer. NadeahPourtant elle nous propose de jouer à un jeu. Elle dit alors au revoir et attend sagement dans l’ombre. Petite façon amusante de présenter le rappel qui veut que, de toute façon, l’artiste revienne sur scène avant la fin du concert.

A son retour, elle annonce officiellement qu’elle va de nouveau faire une pause après ce concert qui est le dernier (premier?) de la tournée pour s’occuper de sa grossesse et confirme par la même qu’elle attend bien un heureux événement. On lui apporte d’ailleurs des fleurs sur scène pour la féliciter : elle est touchée. Elle explique que son bébé semble d’avantage apprécier les ballades et plaisante en disant qu’elle aurait préféré un rockeur. Elle chante alors Stumbling pour remercier les gens qui lui sont proches et sans qui elle ne serait pas là. Seule au piano, ce morceau emplit l’espace et touche largement la salle.

Elle se plaint ensuite du siège de piano et plaisante sur son caprice de femme enceinte, qui plus est indépendante, et qui n’a pas la chance des divas à qui l’on change le siège dans la seconde, sans même qu’elle ait à le signifier. Elle interprète ensuite Heroin, qu’elle dédicace à un de ses fans, fidèle depuis ses débuts dans le groupe The loveGods, présent dans la salle et qui a fait le déplacement depuis le nord de l’Angleterre pour assister au concert à Paris. Ils échangent des regards complices et on sent beaucoup de tendresse dans celui de Nadeah.

Nadeah

Ce rappel et ses dernières chansons, ses derniers moments de scène avant sa « retraite », semble lui tenir véritablement à cœur. Avant de poursuivre, elle demande aux gens qui continuent de parler que s’ils veulent poursuivre :  » La sortie c’est par là !  » (AMEN). Elle nous livre une version de Run sublime et délicate. On frissone sur Nobody But You. Elle achève ce concert avec Suddenly Afternoons, chanson qu’elle a écrite après une longue période de doute, alors qu’elle ne savait plus comment se remettre à chanter. Belle façon de conclure et espoir pour nous de la revoir un jour avec de nouveaux titres.

Nadeah nous quitte en nous proposant de la rejoindre après le concert pour une séance de dédicace et invite le public à lui laisser leur mail pour qu’elle puisse les tenir au courant de la suite de ses aventures ! Elle remercie encore tout le monde d’être venu car c’est ce qui lui permet d’exister en tant d’artiste indépendante. Elle remercie aussi une longue liste de personne (elle les a même noté sur un papier pour n’en oublier aucun) sans qui ce concert n’aurait jamais eu lieu.

Ce moment unique valait vraiment le détour et on regrette simplement que certaines personnes dans le public ne l’ait pas apprécié à sa juste valeur. Nadeah est toujours aussi présente et sincère. Une artiste qui parle simplement et sans détour, une franchise et cœur sur la main, fragile et enthousiaste, forte et drôle. On lui souhaite plein de bonheur et à très vite !

Nadeah

Leave a Comment