Moriarty souffle ses 10 bougies avec un concert Salle Pleyel

Moriarty souffle ses 10 bougies avec un concert Salle Pleyel

Le groupe Moriarty, fêtait ses 10 ans de carrière mardi 24 octobre dernier dans la magnifique salle Pleyel. Un très beau concert !

Ils ont vu les choses en grand nos petits frenchies adorés ! Derrière leurs airs de gens du voyage et leur accent américain, ils ont investi les lieux comme à la maison pour notre plus grand bonheur.

Un show simple et sans chichi, mais qui suivait les règles d’un concert salle Pleyel : en 2 parties avec un entracte. Une première partie roots et acoustique, une deuxième partie amplifiée, un rappel vivement désiré de nouveau en acoustique, pour finir en apothéose !

 

Le groupe arrive sur une scène vide, éclairé par une simple ampoule. On a l’impression qu’ils arrivent tout juste et prennent le temps de s’installer à notre plus grande surprise.

On se retrouve soudain projeté une dizaine d’année en arrière, à leur début, lorsque sur scène c’était un peu le chantier, un peu comme chez eux. Ils nous invitaient alors à les rejoindre et à entrer dans leur univers. Aujourd’hui, leur univers, on le connait bien et on y entre encore plus facilement. Pas de mise en bouche, on est directement happé !

Quoique très peu bavard, ils assurent un set impecable : émotion, blues, un son parfait, renforcé par l’acoustique exceptionnelle de la salle Pleyel.

Autant dire qu’on se laisse complètement porter par leur musique qui mêle à la perfection les vieux titres comme les plus récents. On écoute Belle, Private Lily… On a plaisir à réentendre Cottonflower, Isabella, When I Ride, …  Une vrai nostalgie pour des titres qui n’ont pas pris une ride.

Moriarty

Le groupe s’amusera de l’enthousiasme du public qui veut absolument frapper dans les mains mais souvent se trouve en décalage avec la musique. Il se moquera aussi de ceux qui veulent absolument prendre des photos du haut du dernier balcon mais qui ne verront absolument rien sur la photo à cause de la distance.

Ils essayeront ensemble de se souvenirs d’anecdotes sur certains morceaux avant de se perdre dans des explications, et de finalement se rendre compte que ce n’était pas sur ce titre là mais sur un autre…

Ce concert n’a rien de la fête tonitruante à laquelle on pouvait s’attendre et pourtant il y a un joyeux (et plaisant) bazar sur scène… Encore plus après l’entracte ! Le groupe reste plutôt discret. On sent leur complicité toujours aussi présente, on a l’impression d’assister à une réunion de famille, mais on se sent un peu exclus… On aurait préféré être un peu plus impliqué. L’énergie passe, mais moins les paroles. Il y a une certaine retenue… Impossible de dire pourquoi. Les sourires sont pourtant présents sur tous les visages dans la salle et sur scène on sent que ça s’éclate !

Le concert se finira avec un inévitable Jimmy, repris en chœur par toute la salle Pleyel  suivi de Whiteman’s Ballad qui finira de consumer le public qui n’a pas arrêté de trépigner sur place…

Une seule chose à dire : le son était incroyablement bon, la setlist parfaite et la soirée merveilleuse !

Photos : Anouck ZANA (Noucky)

Laissez votre commentaire