MaMA Event 2016 : un mercredi soir plein de fun et de surprises !

MaMA Event 2016 : un mercredi soir plein de fun et de surprises !

Le MaMA Event a débuté en trombe ce mercredi 12 octobre. Le quartier de Pigalle vibrait d’une belle énergie pour cette première soirée pleine de surprises et de découvertes.

Tout commence par une rapide visite de l’Elysée Montmartre pour récupérer son pass. Le fabuleux théâtre a rouvert ses portes depuis le 15 septembre et c’est avec une certaine émotion que nous avons pu redécouvrir cette superbe salle de concert complètement rénovée après l’incendie qui l’avait dévasté en 2011.

Mais pas de temps à perdre, la programmation du Mama Event est dense et il est difficile de faire un choix parmi les nombreux artistes qui jouent dans les différentes salles de Montmartre. Commence alors un petit marathon entre les stations de métro Pigalle et Anvers.

Road Trip avec The Slow Show

Notre premier choix se porte sur The Slow Show, un groupe en provenance de Manchester. Discrètement arrivé sur scène, le groupe va rapidement poser une ambiance poétique et somptueuse. La voix grave, grinçante mais douce et murmurante du chanteur nous rappelle Lou Reed. Les compostions se balancent entre une pop orchestrée et une folk itinérante. The slow show est une belle invitation au voyage. Dans la salle, le public est attentif et enthousiaste. Le chanteur se balade pieds nus sur scène, il s’accroupit, se penche vers le public, déambule comme s’il arpentait la pièce d’un appartement à la recherche d’une histoire à nous raconter. On se sent bien. Sur les visages, des sourires détendus…

Page facebook de The Slow Show

La folk intimiste de Siv Jakobsen

Direction le Petit Moulin ensuite, où dans l’intimité d’une cave voûtée nous attend Siv Jakobsen. La jeune norvégienne, seule avec sa guitare, se tient sur un tapis qui fait office de scène. Très vite, elle abandonne le micro, invite le public assit à même le sol à se rapprocher et vient jouer debout au milieu de tout le monde. Elle explique rapidement qu’elle ne parle pas du tout français, que c’est la première fois qu’elle joue à Paris. Elle devait y jouer il y a quelques temps, mais elle et ses amis avaient complètement oublié qu’elle devait donner un concert… elle se souvient cependant avoir passé un super weekend à Paris lors de son dernier passage ! Entre anecdotes personnelles et chansons folk, une belle complicité se tisse avec ceux qui sont venus la découvrir.

Page facebook de Siv Jakobsen

siv-jakobsen

En cadence avec Nouvelle Vague

On court ensuite à la Cigale où Nouvelle Vague s’apprête à monter sur scène. Le projet musical toujours en mouvement et en évolution vient proposer son nouvel opus, I Could Be Happy, dans les bacs le 4 novembre prochain. Sur scène, on retrouve Elodie Frégé et Mélanie Pain au chant. Comme à son habitude, le groupe nous surprend avec des reprises cadencées, à la sonorité Bossa Nova. C’est rythmé, c’est coloré et ça fait bouger la Cigale. Quoi de mieux pour se réchauffer parce qu’on a beau courir de salle en salle, dehors, il ne fait pas chaud du tout. On salue donc bien bas cette performance avec une belle énergie de la part des chanteuses qui, en plus de leurs superbes tenues, ont une présence scénique dynamique et sensuelle.

Page facebook de Nouvelle Vague

Dj Pfel et Dj Greem mettent le Divan du Monde en transe

Direction le Divan du monde à nouveau où le terrible duo de DJ Pfel et DJ Greem s’apprête à donner un live set des feux de Dieu. Et ça n’a pas loupé… Il a fallu quelques minutes pour que toute la salle danse, saute, hurle de bonheur sur les transitions infernales des deux DJs. On passe de l’électro au Hip Hop en passant par la voix de Britney Spears ou celle de Bowie, La musique rebondit sur un sample de Daft Punk avant de partir vers une autre dimension… Bref, perdu dans ce mix tonitruant, on en ressort avec la tête complètement retournée et les pieds frénétiquement agités. Un pur moment de délire qu’on a savouré dans l’excès !

Page facebook de DJ Pfel et de DJ Greem 

pfel-et-greem

Le monde magique d’Emilie & Ogden

Histoire de se calmer un peu, on va se perdre dans la salle calfeutrée des Trois baudets où Emilie, accompagnée de son fidèle Ogden nous invite dans son univers tamisé. Sur la scène, lanternes et confessions. La québécoise nous offre un concert adorable et captivant. Magie, évasion et fantaisie ; une musique qui navigue entre la folk scintillante et des sonorités parfois plus électro amenées par une rythmique lancinante à la batterie. Une sorte de trip hop avec une amplitude traditionnelle apporté par des instruments plus classique et une voix de fée lumineuse et vibrante. Bref quelque chose qui vous emporte et ne vous lâche plus !

Page facebook d’Emilie & Ogden

 

Au Mama Event on découvre de tous les styles. Chevalien a le sien, et il est bien atypique. Un trio surprenant aux sonorités peu communes. Ils ont de l’énergie à revendre et ça se ressent. Chevalien c’est le son de la terre quand elle se réveillera. Jeudi soir, c’est un chao de guerre organisée qui s’est déposé dans le creux de nos oreilles. Le batteur a une réelle capacité à mettre nos cœurs sur le mode rapide, on oscille entre une ambiance apocalyptique et un rap tout sauf urbain où le côté sombre est mis en avant. Le style ? Quand on est aussi original que Chevalien, on s’auto-proclame et c’est ce que le trio a fait. Ils ont baptisé de « Bath Music » le genre de leur nouveau projet « SUNDERGROUND ».

Si l’envie vous prend de vous prendre au rap’hardcore, il suffit d’aller sur le site de Chevalien !

L’insoutenable légèreté de Federico Albanese

Pour finir la soirée en douceur, on va se réfugier dans l’écrin néo baroque du Carmen où Federico Albanese berce de son piano un public serein qui sirote un dernier verre ou s’évade, les yeux fermés, vers le pays de Morphée. Nous l’avions découvert l’année dernière en première partie du Chopin Project d’Olafur Arnalds. Un instant en suspens dans la folie qui anime le quartier de Pigalle depuis la fin d’après-midi. Suspendu à ses mains, on écoute les notes s’évaporer. Ce n’est pas une musique complexe ou très élaborée, mais quelque chose de minimaliste et évanescent. Gros coup de cœur pour le dernier morceau plus électro.

Page facebook de Federico Albanese

federico-albanese

Une première soirée de Mama Event bien remplie… Et ce n’est que la première !

Suivez notre report du MaMA Event du jeudi…

… et du vendredi 

Retrouvez des vidéos du Mama Event sur youtube

Laissez votre commentaire