[Critique] Juliette Armanet – « Petite Amie » : du charme et de la fraîcheur

[Critique] Juliette Armanet – « Petite Amie » : du charme et de la fraîcheur

[Critique] Juliette Armanet – « Petite Amie » : du charme et de la fraîcheur

Note

Summary:
Une chanteuse prometteuse, unique, sincère qui nous fait redécouvrir la beauté de la grande musique française avec un premier album divin !

80%

User Rating: 0 (0 votes)

Avec son premier album Petite Amie (chez Barclay), Juliette Armanet éblouit la sphère musicale française. Un opus égal, charmant et rafraîchissant qui ne laissera personne indifférent. 

Nous l’avions comptée parmi nos artistes à surveiller pour 2017 en janvier. Au mois d’avril, Juliette Armanet a dévoilé son premier album Petite Amie. Son single L’amour en Solitaire nous donnait déjà la chair de poule depuis plusieurs mois. Après avoir été comparée à Véronique Sanson grâce à la beauté de ses textes et parce qu’elle joue au piano, il a fallu se rendre compte que Juliette Armanet était bel et bien une artiste singulière et non une pâle copie de sa formidable aînée. 

La principale intéressée, qui a remporté le concours InRocKs Labs en 2014 a toujours déclaré être surprise de cette comparaison, elle qui a été beaucoup plus inspirée par William Sheller. C’est d’ailleurs là que ça devient intéressant. A l’écoute de ce premier album, on ressent clairement l’influence du virtuose dans l’atmosphère de cette jeune apprentie qui nous invite à un voyage plein de contes doux d’amours déçus et passionnés. Le titre Alexandre est une déclaration aussi belle que les plus grands titres de Monsieur Sheller. On ressent également l’âme puissante de ces chansons qui nous rappellent parfois Christophe.

 

Le story telling musical serait-il en train de renaître en France ? Avec Petite Amie, Juliette Armanet semble bien faire peser la réponse vers l’affirmative. Avec une voix fluette, profonde et très mélodieuse, Juliette permet en 12 titres de nous faire flotter. Les titres enchaînent dans une atmosphère égale sans jamais devenir monotone ou lassante. Que la musique soit dansante ou mélancolique, elle reste de qualité. La langue de Molière est traitée avec le respect qu’elle mérite.

Quelques titres sortent du lot comme Un Samedi Soir dans l’Histoire, Alexandre, Manque d’Amour et bien sûr L’Amour en Solitaire. La musique de Juliette Armanet semble hors du temps. Elle nous rappelle des temps musicaux lointains qui résonnent parfaitement en 2017. Rien de démodé ou de vintage, juste la classe de la musique intemporelle.

Ce premier chapitre de l’histoire Armanet nous laisse tout de même sur notre faim. Après une histoire si joliment contée, on est en attente de la suite. C’est en tout cas un premier essai remarquable qui mérite d’être applaudi et qui nous donne envie de goûter à la suite.

Juliette Armanet a en tout cas fait fi des modes tout en restant ô combien actuelle. Une artiste qu’on aura du plaisir à suivre pendant un long moment !

 

Laissez votre commentaire