[Jour 2] Rock en Seine : une programmation éclectique sous le soleil

[Jour 2] Rock en Seine : une programmation éclectique sous le soleil

Rock en Seine, 3 jours de festival, une programmation riche et éclectique, des milliers de festivaliers pour cette quinzième édition.

 

Dès 15 heures, Therapie Taxi arrive sur la Scène de l’Industrie. Ce trio reprend la pop française dynamique dans la veine de la Femme. De Pigalle à Coma Idyllique et Crystal Memphis, les Parisiens de Therapie Taxi arrivent à faire remuer un public déjà assez nombreux, vibrant sur les rythmes énergiques du jeune trio.

Therapie Taxi Rock EN Seine

 

Le soleil tape fort tandis que DBFC s’avance sur la scène de la Cascade, entonnant avec brio un rock fluide et assumé. Formé par Britannique David Shaw et du français Dombrance, ce duo remixe pop, rock et électro, revivifiant un Rock en Seine bien parti en ce samedi. Le groupe termine sur Leave My Room, titre impeccable et épicé qui laisse les festivaliers pantois.

 

Sur la Grande Scène, Band of Horses reprend du service : après cinq albums depuis 2004, le groupe revient sur le devant de la scène. Ballades folk et envolées rock rythment le répertoire de ces habitués, qui concluent sur un morceau connu de tous, The Funeral, applaudi à tout rompre.

Band Of Horses rock en seine

 

Pour Jain, Rock en Seine est la dernière date de sa tournée qui a duré deux ans. En l’annonçant au public de la Grande Scène, celle-ci a les larmes aux yeux et a du mal à contenir ses émotions. Pour la première fois, ses quatre musiciens sont visibles sur scène, et non cachés. Ces derniers seront plusieurs fois alignés aux côtés de Jain pour faire des combos de batterie.

Ce dernier concert pour Jain s’éloigne de ce qu’elle a l’habitude de nous servir. Les morceaux comme Heads Up et Hope sont assez rallongés et plus électro. Quoiqu’il arrive, Jain se donne à fond. Comme d’habitude, au moment de Come, elle descend parmi les premiers rangs pour enregistrer des voix dans son micro.

Jain Rock En Seine

 

Récemment dévasté par la mort de Simon, chanteur binôme du groupe, Her a donné un concert fort en émotions. Le chanteur Victor et le reste des musiciens ont assuré un concert grandiose. Queens, Blossom Roses et Quite Like sont des titres forts, à l’image de la plupart de leurs titres. Pour ce concert, tous ces titres ont pris une dimension encore plus forte. Victor a annoncé que Blossom Roses était l’une des dernières chansons sur laquelle Simon et lui ont travaillé alors que Quite Like est la première qu’ils ont sorti.

La fin du concert approche, le tube Five Minutes fait le bonheur du public, venu très nombreux acclamer et soutenir le groupe. Enfin, l’image de fond change pour laisser place à une photo de Simon, ce jeune prodige que nous n’oublierons pas de si tôt.

HER Rock En Seine

 

Annoncés comme une des têtes d’affiche de cette quinzième édition, The Kills accueille un public posté en masse sur la Grande Scène. En guise d’introduction, le duo formé de Alison Mosshart et Jamie Hince reprend Kissy Kissy, l’un de ses morceaux d’anthologie. On passe furtivement entre les albums, revisitant No Wow, Midnight Boom ou Blood Pressures: Les désormais classiques Black Balloon et Tape Song sont concurrencés par les derniers nés Doing it to Death ou encore Siberian Nights. Le public averti ne donne pas l’impression de se perdre dans le cheminement à travers presque quinze années de collaboration. Mention spéciale à un M.E.X.I.C.O. qui nous replonge dans le rock garage des débuts, toujours d’actualité. Monkey 23 clôt le bal, au fil duquel Jamie Hince livre une prestation de guitare impressionnante avec un manche de micro, tandis qu’une Alison Mosshart amusée lui lance des regards affectueux. En somme, un concert complet et dynamique, à grands coups de riffs ingénieux et d’une sincère alchimie en live, ce que The Kills sait faire de mieux.

The Kills Rock En Seine

 

À 22 heures, une marée humaine s’abat devant la Grande Scène pour accueillir PJ Harvey, la grande prêtresse du rock. Accompagnée par une horde de neuf musiciens sur scène, la Britannique présente son dernier album The Hope Six Demolition Project, inspiré par des voyages à travers le monde, notamment au Kosovo ou en Afghanistan. Totalement en osmose avec son groupe et le public, PJ Harvey livre une performance à la hauteur de nos ambitions, tout en gardant un parfait contrôle sur sa prestation d’une heure et demie. Plus proche d’un public de la dernière décennie, on retrouve PJ Harvey et la teneur de son écriture passionnée par la clarté de ses textes. D’une voix juste et magistrale, les titres s’enchaînent, dessinant une magnifique fresque musicale. Depuis son passage en 2003, PJ Harvey est désormais légendaire.

Fakear Rock EN SEine

 

 

Après avoir fait face à des spectateurs plutôt calmes devant PJ Harvey, nous arrivons devant la Scène de la Cascade remplie à ras bord en attendant Fakear. Ce dernier arrive accompagné de quatre musiciens : une harpe, une guitare, une batterie et un clavier. Au cours de ce set, Fakear nous sert ses plus gros tubes tels La lune rousse et Silver et le public ne s’arrêtera pas de bouger pendant une heure. Les plus mordus recréent même le logo du Français avec leurs doigts.

A la fin de ce concert de clôture du samedi, nous apprenons que Fakear est disque d’or depuis le jour-même. Vu le public présent, c’est tout sauf une surprise.

 

 

 

Rendez-vous demain pour la suite et fin du festival Rock En Seine avec The XX, Cypress Hill, The Lemon Twigs, Rone et plein d’autres !

 

Photos : Christophe Crenel et Olivier Hoffshir

Laissez votre commentaire