[Interview] Jérôme Hadey – un nouvel EP aux styles très variés

[Interview] Jérôme Hadey – un nouvel EP aux styles très variés

À l’occasion de la sortie de son nouvel EP Never For Money Always For Love, l’équipe de JustFocus a rencontré Jérôme Hadey pour en découvrir plus sur son univers musical et artistique. Un artiste éclectique et très intéressant qui a su transmettre ses valeurs et son expérience dans ses musiques.

JustFocus : Tu as un sacré parcours dans la musique et dans le domaine artistique en général mais comment as-tu débuté dans la musique ?

Jérôme Hadey : Mes premiers pas dans la musique je les ai faits en tant que DJ vers 14-15 ans. Au début, je mixais principalement du rap à Strasbourg, j’économisais l’argent que mes parents me donnaient pour m’acheter des platines. Ça c’était mes premiers pas, j’avais aussi un label avec des amis où on mixait du hip-hop avec des rappeurs, des breakers… Après avec mon meilleur ami d’enfance Irfane, on s’est mis à faire des samples, de la musique pour le plaisir et c’est de là que tout a commencé.

JustFocus : Dans ton nouvel EP qui est sorti le 15 juin dernier, on retrouve un style plutôt éclectique avec de la soul, de l’électronique et de l’urbain, comment toi tu décrirais ton style de musique ? 

Jérôme Hadey : C’est exactement les 3 genres que j’essaie de mélanger. C’est pour ça que j’ai sorti ces trois titres. L’idée, c’était plutôt que de sortir un titre après l’autre et que les gens au final se perdent, je voulais sortir un EP qui représentait un peu les 3 genres musicaux qui sont présents dans ma musique. Il y a toujours un coté urbain, soul, électronique dans tous les morceaux mais avec une dominante à chaque fois d’un style. J’essaie de représenter au mieux mes valeurs à travers ces styles et ma musique.

JustFocus : Et dans ces styles musicaux, il y en a un que tu affectionnes particulièrement ? 

Jérôme Hadey : C’est peut-être la soul que je préfère au final, c’est ce qu’il y a de plus important pour moi. Après c’est pas facile car je les aime bien tous les trois. D’un autre côté, moi j’ai grandi avec le rap, toute ma jeunesse j’ai écouté que ça. C’est un peu ça qui m’a le plus marqué, qui m’a bercé mais si je devais en choisir un ce serait la soul, c’est l’âme de ma musique et de mes valeurs.

JustFocus : Pour ton nouvel EP tu as collaboré avec différents artistes, comment cela s’est passé ?

Jérôme Hadey : Ça s’est super bien passé. RZA, je le connais depuis très longtemps, je l’ai rencontré quand j’avais 18 ans et depuis on est devenus assez proches, c’est même le parrain de mon fils alors autant te dire que la collaboration s’est faite toute seule. Loco Dice, c’est différent je le connais depuis moins longtemps, je suis un grand fan de ce qu’il fait, je lui ai demandé s’il pouvait me faire un remix et il a tout de suite accepté. Après lui aussi est un grand fan de RZA alors ça a bien aidé pour la collaboration. 

JustFocus : Dans ta carrière, tu as travaillé sur de nombreux projets mais qu’est-ce qui t’a motivé à sortir ce nouvel album ?

Jérôme Hadey : C’est vrai que j’ai travaillé sur beaucoup de choses assez différentes les unes des autres mais je suis toujours resté proche de la musique. De 2000 à 2010, j’ai travaillé beaucoup dans la musique mais j’ai aussi fait un an d’humanitaire, de la musique de films, de documentaires, j’avais mes projets musicaux à moi, j’ai bossé avec différents labels. Et ce qui m’a motivé là dedans c’est toujours la musique. Moi je viens de Strasbourg où dans la musique on n’a pas beaucoup d’espoir de faire quoi que ce soit, où on se dit avoir une soirée en tant que DJ c’est déjà génial. Et d’un coup, j’ai eu toutes ces opportunités que j’ai sues saisir les unes après les autres avec toujours comme fil conducteur la musique. Ensuite j’ai monté ce projet en Toscane, la Villa Lena à un moment où j’étais dégoûté de la musique, j’avais signé chez Universal Music, ça ne s’était pas très bien passé. En plus de ça, il y a 4 ans j’ai eu un cancer, c’est à ce moment-là que je me suis demandé qu’est-ce qui est vraiment important pour moi ? C’est la musique. Après de fil en aiguille, ce projet a vu le jour et j’en suis très fier, c’était une nécessité. Et aujourd’hui je ne laisserai plus rien interférer entre moi et la musique.

JustFocus : En parallèle de ça, tu as fondé la Villa Lena, pourquoi ce choix ?

Jérôme Hadey : J’ai repris cette propriété en Toscane avec ma femme. Mon épouse vit de l’art contemporain, moi de la musique et on a eu comme projet de créer un lieu pour nos amis, pour les artistes, ce qui a donné la Villa Lena. On accueille en moyenne 10 artistes par mois dans notre résidence. Ça fait déjà 8 ans et depuis il y a dû y avoir plus de 600 artistes de domaines différents qui sont venus, que ce soit des artistes qui travaillent dans la musique, le cinéma, la peinture, la danse… C’est une utopie qu’on a montée avec mon épouse, un lieu de rencontres pour les gens, un lieu d’échanges, de créativité et de partage.

Just Focus : As-tu en tête d’autres projets pour le futur ?

Jérôme Hadey : En parallèle de mon album qui sortira en septembre, j’ai créé un nouveau label donc Villa Lena Recording pour permettre à tous les artistes qui viennent en Toscane dans notre domaine de pouvoir enregistrer et sortir leurs projets. C’est une certaine structure qui peut donner des opportunités à ces jeunes artistes. Tout se passe en Toscane à la Villa Lena, tous les artistes présents sur mon album font d’ailleurs partie de ce label. En fait, à la Villa Lena, beaucoup d’artistes me proposent en permanence des projets donc on peut dire que j’en ai une multitude.

Le nouvel EP de Jérome Hadey est déjà disponible depuis le 15 juin, découvrez ces pépites musicales dès maintenant en attendant la sortie de son album prévu pour septembre prochain.

 

Découvrez le nouvel EP de Jérome Hadey :

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.